Test Gotham Knights : Un jeu Batman d’un genre différent !

par JulSa_

Nous attendions avec impatience Gotham Knights, qui marque le retour de l’univers (et de la ville) de Batman avant la sortie du jeu Suicide Squad de Rocksteady l’année prochaine. Disponible sur Xbox Series S/X, PlayStation 5 et PC, j’ai pu jouer à la version Xbox Series X.

Tous les fans de la série Arkham ont dû rester patients. Pour le développeur WB Games Montréal, 9 ans se sont écoulés depuis leur dernier jeu (Arkham Origins), et le dernier vrai jeu non VR de la série était Arkham Knight, qui date de 2015. Comme Gotham Knights laisse également derrière lui la génération précédente de consoles, j’étais curieux de savoir si cela allait faire avancer la franchise.

À bien des égards, c’est le cas, mais il y a aussi des parties qui freinent le jeu. On pourra dire que ce n’est pas (à proprement parler) un “jeu Batman”. Le chasseur masqué est ici mort, et c’est à ses alliés de reprendre la bataille qui se poursuit contre les célèbres méchants de Gotham City. En effet, la criminalité est en hausse, et Gotham est une ville en plein bouleversement. En incarnant Robin, Batgirl, Nightwing et/ou Red Hood, vous devez à nouveau nettoyer les rues.

408368 63511eb329c84

Le fait de pouvoir travailler avec ce casting relativement récent est un plaisir, car il donne aux joueurs la possibilité d’explorer des parties et des personnages moins connus de l’univers de Batman. Cela signifie également qu’il faut voir comment ils interagissent les uns avec les autres, découvrir leurs origines et voir comment ils évoluent dans leurs nouveaux rôles à la suite de la chute de Batman. Si vous avez vu les bandes dessinées et les séries animées associées, vous n’aurez peut-être pas l’occasion de vous en rendre compte, mais si ce n’est pas le cas, vous adorerez la narration. Vous pouvez alterner entre les perspectives des quatre héros principaux en passant de l’un à l’autre, et vous verrez différentes conversations et parties de l’histoire se dérouler en fonction de votre personnage actif, même si une seule histoire est racontée.

Ce qui est encore plus impressionnant, c’est qu’il est possible de jouer toute la campagne en mode multijoueur coopératif, et que l’on peut entrer et sortir quand on veut. C’est d’ailleurs ainsi que j’ai commencé à jouer, mais j’ai finalement terminé la campagne en mode solo. Pour quelle raison ? Ce n’est pas parce que ce n’était pas amusant, mais parce que les performances du mode multijoueur sont inférieures à celles du mode solo et doivent être optimisées.

Cela ne signifie pas pour autant que le mode solo est sans défaut, et l’annonce faite avant la sortie du jeu que Gotham Knight allait supporter une fréquence d’images maximale de 30 fps s’est avérée être un signe d’avertissement quant à l’état d’optimisation du jeu. Et même si c’est un peu la norme sur les consoles d’aujourd’hui, je ne suis pas accro aux 60 images par seconde (bon ok un peu), mais un bon jeu fonctionnant à un taux stable de 30 fps peut me convenir sans problème. Le problème est que Gotham Knight ne fait pas cela, ou du moins pas tout le temps.

408368 6351200b17605

Le jeu est beau à regarder, mais dans les scènes très animées et/ou à grande vitesse (avec des véhicules), le jeu a du mal à suivre, brisant l’immersion cinématographique qui est si bien mise en place avec d’excellents modèles de personnages et de beaux environnements. Cela affecte également les combats, qui, comme vous vous en doutez, représentent une part importante du jeu. Malgré les ralentissements occasionnels, il est difficile de ne pas regretter la fluidité des combats des jeux Arkham, dont certains ont plus de dix ans à ce jour. Vous vous sentez comme un dur à cuire lorsque vous êtes en mission furtive et que vous abattez les gens un par un, mais lorsque les choses commencent à bégayer dans une scène de combat, c’est beaucoup moins convaincant.

Heureusement, la plupart des éléments de l’histoire (hors combat) ne sont pas affectés par les problèmes de performances. Gotham Knights est un RPG d’action, et bien que la plupart des éléments du RPG soient excellents, la partie action n’est pas à la hauteur pour le moment. Tenez-vous-en à l’exploration, à la résolution de crimes et à l’accomplissement de quêtes furtives autant que possible, et vous vous amuserez – bien que ce ne soit pas vraiment ce que les fans de longue date recherchent.

 

Les activités hors-combat méritent cependant d’être mentionnés, car l’exploration est récompensée par de nouveaux objets et équipements, et chaque personnage peut monter en niveau et être équipé de compétences et d’équipements individuels. Et bien que les personnages semblent différents les uns des autres, ils sont suffisamment proches dans la façon dont ils sont contrôlés pour qu’il soit confortable de passer régulièrement d’un personnage à l’autre au lieu de s’en tenir à un seul pour toute la campagne.

C’est cette diversité et cette flexibilité entre les personnages et les choses à faire qui font qu’il est si dommage que le combat soit décevant au lancement, car Gotham est merveilleusement réalisée et semble vivante avec des crimes à chaque coin de rue, donnant à votre équipe beaucoup de choses à faire. Vous trouverez également une tonne de quêtes secondaires facultatives et d’objets à collectionner dans Gotham, de sorte que le jeu a tous les ingrédients pour être un véritable bijou. S’il avait été lancé avec un peu plus de développement, il aurait peut-être été le pas en avant que nous espérions pour la franchise.

Vous pourriez également aimer

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.