Le manga Blue Giant au Cinéma !

par Inconnu Day

Dai débarque à Tokyo. Son but ? Devenir le plus grand Jazzman du monde. Avec pour seule affaire son saxophone ténor et un sac à dos, il cherche en priorité un endroit où répéter encore et encore. Pour l’hébergement, il débarque à l’improviste chez un de ses amis où il reste, faute d’argent. Quand il ne travaille pas sur des chantiers, il fait le tour des boîtes de jazz à la recherche de musiciens avec qui jouer. C’est ainsi qu’il fait la connaissance d’un jeune pianiste très prometteur : Yukinori…

Blue Giant : Galactique

Le film suit globalement la trame du manga, si ce n’est qu’il ne démarre qu’un petit peu plus tard, une fois Dai débarqué à Tokyo. Les environnements changent légèrement, ce qui ne pose aucun problème côté compréhension. Si l’histoire se veut assez simple, sa grande force réside essentiellement dans les émotions que transmet le héros, Dai, aux personnages secondaires comme au public. Le sujet de l’interprétation de la musique, et à plus forte raison du jazz, est très bien développé, couvrant quelques-unes des raisons qui poussent à s’infliger autant de contrainte pour quelques instants. Au cours des mois que couvre l’œuvre, chacun va beaucoup évoluer, progresser et grandir. Mais est-ce un début ou une fin ?

 

Le film fait un choix d’adaptation assez judicieux afin de se maintenir dans un format de 2 heures, une bonne partie étant occupée par les concerts. Quelques coupures nous replongent dans les excellents chapitres bonus du manga, prenant du recul sur les évènements. Un choix efficace, même s’il aurait probablement autant de sens intégré au générique. De la même façon, quelques flash back sont intégrés au film, même si une connaissance du manga est sans doute préférable pour en saisir le sens. La conclusion est légèrement différente du tome 10 du manga, sans pour autant la trahir. Une excellente idée qui offre une conclusion sublime au titre !

A lire aussi :   [Cinéma] Critique / Avis : Starbuck
Blue Giant Film

Blue Giant est un manga écrit par Ishizuka Shinichi depuis 2013 en 10 tomes chez Glénat. Il est suivi de Blue Giant Supreme en 11 tomes, de Blue Giant Explorer en 9 tomes et enfin de Blue Giant Momentum dont le premier tome sortira bientôt. Le film Blue Giant est sorti au Japon le 17 Février 2023, soit il y a plus d’un an. Il est sorti en France officiellement depuis hier, soit le 6 Mars 2024, malgré des dizaines d’avant-premières qui dure depuis des mois et des sorties internationales entre Octobre 2023 et Janvier 2024. A noter que c’est une distribution Eurozoom et qu’un certain nombre de goodies peuvent être offert avec la séance.

Géant mais pas pour tout ?

 

S’il y a un bien une chose qui se devait d’être excellente dans ce film, c’est la musique. De ce point de vue là, rien à redire. Les OST de Hiromi sont exceptionnels et vous transcendent du début à la fin du film. Le jazz se veut fort, frappant, intense et nouveau. Une claque peu commune qui n’a pas usurpé sa réputation. 

C’est le studio NUT qui est au dessin. La qualité globale de l’animation traditionnelle est très bonne malgré parfois quelques finitions un petit peu rapide par ci par là. Rien qui ne pourra entacher l’incroyable travail de réalisation de Tachikawa Yuzuru, qui fait défiler toute sa palette d’effets pour suivre la musique et la force qu’elle représente. Le design, quant à lui, se veut assez proche du style très personnel du manga, tout en trouvant un juste milieu avec un côté un peu plus coloré. De l’excellent travail.

A lire aussi :   [Cinéma] Avis / Critique : The Place Beyond the Pines #Club300
Blue Giant Film

Une ombre plane toutefois sur le géant bleu : la 3D CGI. La crainte que j’ai eue devant le trailer il y a plus d’un an s’est malheureusement réalisée. Si les scènes de concert peuvent être somptueuses, les plans larges sont réalisés en 3D et il faut bien avouer qu’ils sont loin d’être à la hauteur. La retranscription des mouvements n’est pas très naturelle, les ombres sont hachurées, les carrures sont rigides et les expressions complètement plates. Une 3D qui laisse d’ailleurs sa place dans la plupart des plans proches ou d’une réalisation plus travaillée. Si l’idée de représenter les instruments en 3D à fait ses preuves depuis longtemps, intégrer également les personnages, probablement dans un souci de coût de production, était visiblement une erreur. C’est sans conteste le plus gros point noir du film.

 

Conclusion

Devez-vous aller voir Blue Giant ? Sans hésitation : OUI ! Malgré la 3D qui sort parfois un petit peu du titre, la bande originale reste un chef d’œuvre, l’interprétation des personnages est très qualitative et l’adaptation du manga a fait d’excellents choix. 2h à passer, seul ou en famille, à découvrir ou redécouvrir un genre peu médiatisé et qui saura à coup sûr vous atteindre.

Galactique. C’est le meilleur mot pour qualifier cette histoire. J’ai passé un excellent moment sur ce film, qui m’a mis les larmes aux yeux plus d’une fois par l’intensité de son interprétation. Je retrouve avec plaisir la claque monumentale du manga. Je me souviendrais très longtemps de ce film.

 

Vous pourriez également aimer

À PROPOS...

Julsa.fr est une fenêtre sur l’univers du jeu vidéo et de la high-tech. Notre mission ? Découvrir et partager avec vous les pépites du web, les jeux incontournables et les innovations technologiques qui façonnent notre quotidien. Plongez dans une exploration enrichissante et demeurez à la pointe des tendances digitales. En savoir plus…

Julsa.fr – © 2010-2024 -Tous droits réservés