[Cinéma] Avis / Critique : Star Wars VIII, l’incompris

par DrCalcifer

 

 

 

 

Les Derniers Jedi, film de Rian Johnson, date de sortie au cinéma: 13 décembre 2017

(Attention, des spoilers sont présents dans l’article)

 

Ce n’est pas une surprise, beaucoup de fans sont très conservateurs. En fin de compte la plupart veulent retrouver dans chaque épisode la même chose mais pas trop. Quelques petits changements par-ci par-là, mais rien qui ne doit réellement bousculer leurs repères. C’est une chose qu’on peut comprendre. Mais au fond, The Last Jedi représente t-il un bouleversement au point de parler d’une trahison au travail de JJ Abrams ou pire, à l’esprit de la saga Star Wars? Rien n’est moins sûr ! Parlons un peu des éléments qui fâchent quelques personnes au point de demander une pétition pour l’annulation pure et simple de cet épisode.

Récapitulons les principaux reproches que font certains fans 

 

Faire table rase du passé en « supprimant » les Jedi et les Sith

 

Un sacrilège pour la plupart des adorateurs da la saga Star Wars. Une hérésie qui ne respecterait pas la mythologie mise en place par George Lucas et constituerait donc un affront à l’esprit de la saga. Comment Star Wars pourrait se passer des Jedi et des Sith ? Quelle idée scandaleuse ! 

Et pourtant… Rian Johnson, le réalisateur, n’a fait que suivre l’évolution logique d’une galaxie qui ne comportait déjà presque plus ni de Jedi, ni de Sith, il suffit de revoir les épisodes IV, V, VI et même VII pour s’en convaincre. Les Sith se sont éteints avec la mort de Dark Vador. Luke a voulu former une nouvelle génération de Jedi, ce fut un échec. Dont acte. Est-ce que cela signifie la fin d’une confrontation entre le côté lumineux et le côté obscur de la Force ? Certainement pas, cette opposition peut tout à fait prendre une autre forme que le conflit Jedi/Sith. De plus, il se pourrait même qu’à l’avenir, quelques nuances bienvenues soient apportées dans cette vision manichéenne du bien contre le mal, c’est une piste lancée (mais non développée) par Les Derniers Jedi. Il suffit juste d’attendre un peu et de voir comment la franchise Star Wars se développe.

 

L’origine de Rey et sa formation

Voilà un point qui est très intéressant. Je lis souvent cet argument « Le réalisateur a fait exprès de ne pas céder aux attentes des fans pour surprendre le spectateur à tout prix« . C’est peut-être en partie vrai mais je crois que c’est un peu plus compliqué: l’identité de Rey est un élément très révélateur qui entre en résonance avec notre époque ! Une époque dans laquelle les héros ne deviennent pas des héros par leurs naissances, leurs héritages biologiques. Ils ne sont pas des élus et ne sont pas prédestinés à devenir la figure messianique (je vous encourage à lire cet intéressant article de SyFantasy.) C’est ce qu’à voulu exprimer Rian Johnson avec Les Derniers Jedi, se détacher de plus en plus de la figure messianique non seulement avec Rey mais également à la fin du film avec le petit garçon inconnu qui s’empare de son balai grâce au pouvoir de la Force. Cette idée du réalisateur est précisément le reflet de notre monde: une époque où les icônes et les repères de l’ancien monde disparaissent progressivement, une époque faite d’incertitudes et de doutes et dans laquelle il n’y a pas de sauveur. En fin de compte, tous les épisodes Star Wars parlent d’une époque bien spécifique (par exemple les épisodes I-II-III représentent bien le début des années 2000 avec les failles et les doutes de nos démocraties occidentales).

Ensuite, un point qui repose, je pense, sur un malentendu: la formation de Rey. Peut-être que certains spectateurs s’attendaient à un entraînement intensif, avec des combats au sabre laser entre Rey et Luke et des cabrioles dans tous les sens comme dans la prélogie. Sauf que la maîtrise de la Force ne passe pas simplement par un entraînement physique, c’est avant tout quelque chose d’intérieur, de spirituel. On touche à l’aspect mystique de Star Wars; la Force est un élément quasi religieux. Dans L’Empire contre-attaque, alors qu’il est en plein entrainement, Luke arrive presque à faire léviter un énorme X-Wing mais échoue. Rey, à la fin des Derniers Jedi, fait léviter des rochers. La différence entre les deux personnages ? La force de conviction ! Luke « n’arrive pas à y croire » (c’est lui-même qui le dit) lorsque Yoda fait déplacer le vaisseau grâce à la Force. Yoda lui répond « voilà pourquoi tu échoues ». Luke est en plein doute et connaît donc l’échec.
A la fin des Derniers Jedi, Rey, contrairement à Luke dans l’Empire contre-attaque, y croit et parvient à réaliser l’impossible pour sauver la résistance. Elle ne doute pas, elle agit parce qu’elle a des convictions fortes.
Est-ce que cela signifie que Rey est plus puissante que Luke ou que sa formation est terminée ? Bien sûr que non, elle réalise cet exploit à un instant T mais le chemin à faire avant d’achever sa maîtrise de la Force est encore long et elle le sait. C’est pourquoi elle décide de prendre les derniers livres des Jedi que Luke conservait sur son île pour poursuivre sa formation.

Kylo Ren

Un personnage qui fait également débat. Un antagoniste moins charismatique que Vador mais bien plus intéressant que lui et j’assume pleinement ce que j’écris. Anakin Skywalker est passé du côté obscur pour une raison que je considère comme… idiote et puérile. Ainsi, je trouve que c’est plutôt du côté de la prélogie qu’un mythe s’effondre : celui de Vador qui n’était finalement qu’un gamin désaxé, incapable de passer à l’âge adulte. Kylo est différent parce que son évolution est traité d’une autre façon. Il n’est qu’un ado paumé qui se cherche dans SW7. Mais pas dans le 8, il commence enfin à s’assumer avec ses névroses. Son passage total vers le côté obscur ne se fait pas en une fraction de seconde, et Kylo décide de basculer complètement…par choix ! Il n’est plus la marionnette d’une volonté extérieure comme ce fut le cas pour Vador, Kylo devient ce qu’il voulait être et se construit luimême.
Voilà un élément que je trouve très réussi et passionnant à voir, bien plus que la crise d’adolescence d’Anakin.

Snoke

Oui, nous ne connaissons pas son origine à l’exception du fait qu’il n’est pas un Sith. Oui c’est frustrant. Est-ce une nouveauté dans la saga Star Wars de ne pas connaître le passé d’un personnage? Non ! Avant la prélogie, nous ne connaissions rien de l’Empereur dans les épisodes V et VI (et les épisodes I, II et III ne nous en apprennent guère plus, juste l’ascension d’un homme politique/Sith dans une république corrompue). Il s’agissait d’un empereur maléfique, mentor de Vador. Point. Quant à Snoke, peut-être que des informations seront dévoilées sur lui dans SW9. Ou peut-être pas. Quoi qu’il en soit, il n’avait visiblement pas autant d’importance que cela . Est-ce un mal ? Pas pour moi, j’aimais ce personnage mais je le trouvais malgré tout trop classique, une sorte d’Empereur Palpatine 2.0. Réitérer le schéma du vieux méchant surpuissant n’était, à mon sens, pas très intéressant

L’humour

Disney aurait rendu Star Wars infantile par un humour trop présent durant le film. Je suis d’accord pour dire que les petites blagues sont un peu lourdes. Qu’elles sont parfois inappropriées dans certaines situations pourtant dramatiques. Mais l’honnêteté m’oblige à vous dire (que je ne suis pas socialis…ah non désolé) que SW8 reste INFINIMENT plus mature que les épisodes I et II (pourtant il s’agit des films de George Lucas, Disney n’y est pour rien). Rappelez-vous de l’épisode I et de Jar JarLa Menace Fantôme est dans ce type d’humour en permanence. Pas The Last Jedi qui sait arrêter les pitreries et n’a pas cet esprit infantile.

 

Luke

Le personnage que j’ai adoré dans le film et qui, contrairement à ce que j’ai pu lire, a un comportement tout à fait logique en tant qu’ermite dépressif et désabusé. Luke a perdu sur tous les plans, il n’a pas réussi à instaurer un nouvel ordre Jedi et son neveu est passé du mauvais côté. Sa volonté de s’isoler et d’en finir avec les Jedi est totalement compréhensible et légitime. Il se fait pourtant violence et donne des conseils à Rey plus qu’il ne la forme réellement, parce qu’il est foncièrement bon et souhaite malgré tout apporter une aide à la résistance contre le Premier Ordre. Un personnage qui ira jusqu’à la mort, ultime acte héroïque, pour ses alliés. Ainsi, on peut rapprocher Luke de certaines figures mythiques des œuvres de la tragédie Grecque, notamment celles d’Euripide.

Le capitaine Phasma

Un personnage qui se révèle sans background. Là encore, ce n’est pas une nouveauté dans l’univers Star Wars. On ne connaissait rien de Boba Fett non plus dans les épisodes V et VI. Personnellement ça ne me gêne pas particulièrement et sa mort (?) ne m’a pas choqué. 

Bien entendu le film n’est pas exempts de défauts, quelques séquences longues qui n’apportent rien à l’intrigue, la scène de Leia dans l’espace (RIP Carrie Fisher) qui parait un peu « too much » (mais en ce qui concerne les scènes « ridicules » la prélogie en est bien pourvue aussi, ce n’est pas exclusif à l’épisode VIII) une romance assez incompréhensible entre deux personnages… Et je me pose encore des questions, notamment sur les Chevaliers de Ren qui n’apparaissent toujours pas dans cet épisode VIII. Mais je tenais à le défendre face à la virulence de certains. Pas pour entrer dans un rôle de chevalier blanc. Mais parce que j’ai aimé The Last Jedi. Maintenant je peux comprendre les déceptions mais je pense qu’il faut rester raisonnable, ce n’est pas la fin du monde. Personnellement j’ai été extrêmement déçu par La Menace Fantôme à l’époque de sa sortie (aujourd’hui, j’arrive à l’accepter) mais je ne suis pas parti en croisade contre George Lucas pour autant. Si votre vision personnelle de ce que doit être Star Wars ne correspond pas à celle de Rian Johnson, c’est dommage mais cela ne fait pas de The Last Jedi un mauvais épisode ou un mauvais film pour autant.

L‘avenir de la saga est encore bien mystérieux, je pense que le plus sage est d’attendre pour voir ce qu’il nous réserve.

Related Posts

3

OursOuzbek 16 janvier 2018 - 14 h 05 min

Aïe aïe aïe… J’ai beaucoup de points de désaccord. Si tu permets, je vais tenter de répondre point par point :

– Le film fait tout un foin sur le fait d’effacer le passé, la fin des Jedis / siths (jusque dans son titre), et pourtant, dans l’une des dernières scènes, Luke précise bien qu’il ne sera pas le dernier Jedi, en faisant allusion à Rey. Le film opère un virage à 180° dans la dernière ligne droite, et on termine sur un Kylo Ren très méchant et maitre du côté obscur, et une Rey très gentille qui maitrise le côté clair. Alors même s’ils ne seront peut être plus appelés « Sith » et « Jedi » , il n’y a rien qui change fondamentalement. Le film donne l’impression de prendre un risque… Sans rien changer en profondeur.

– Les fameuses origines de Rey, couplées au garçon du plan de fin, qui donneraient le message innovant « tout le monde peut maitriser la force, pas besoin d’être un skywalker »…
A-t-on oublié que le personnage de Yoda (ep5) est précisément là pour délivrer le même message : qu’importe la taille, même la plus insignifiante des créatures peut devenir un grand maitre grâce à la force.

D’autant plus que la prélogie montre des tonnes de Jedi (qui-gon, windu, et autres) , ainsi que beaucoup d’enfants « sans parents célèbres ». C’est évident depuis des lustres que tout le monde peut maitriser la force. Je comprends pas vraiment pourquoi les gens s’extasient devant un message qui a été délivré plusieurs fois au cours des 6 premiers films… ( quant à l’histoire de « l’élu » de la prélogie, j’ai jamais été fan de cette vision des choses )

– Tous les épisodes de Star wars ne parlent pas d’époque spécifique. C’est le cas pour la prélogie, en partie. Mais la trilogie originale, elle, est complètement intemporelle, et c’est ce qui fait sa force. Et c’est pour moi un des défauts du 8 , il est beaucoup trop ancré dans son époque, et ne pourra pas traverser le temps.

– Le fait que Luke connaisse l’échec, à plusieurs reprises, est une des raisons qui fait de lui un meilleur héros (au sens personnage principal d’une histoire) que Rey. Comment peut-on craindre pour quelqu’un qui n’échoue jamais ? Comment peut-on espérer le voir réussir ? Comment peut-on juger son évolution ? L’échec est un moyen de rendre le héros humain et attachant. Si un héros n’est qu’un amas de qualités, sans défaut, il perd toute sa saveur.

Quand bien même il s’agit d’une force de conviction (et c’est très vrai, symboliquement la force représente exactement la confiance en soi et les convictions), le fait que Rey maitrise ses pouvoirs avant même d’avoir reçu une quelconque formation (à la fin du 7) rend tout apprentissage quasiment inutile.

Dans le même esprit, le fait de voir un garçon d’ecurie esclave utiliser la force rend complètement inutile l’academie Jedi de la prélogie, puisqu’apparemment il n’y avait pas besoin de s’entrainer.

– On ne sait pas grand chose de l’empereur dans la trilogie car d’une part, c’était prévu de l’expliquer dans la prélogie, tout comme la chute de vador, et d’autre part, il n’y avait pas encore de contexte au moment de la trilogie, donc il était facile d’admettre qu’un empereur maléfique regnait sur la galaxie, ça faisait partie de l’univers. En revanche, les ep 7 et 8 sont des suites, et se doivent donc d’être cohérent avec les épisodes précédents, et d’expliquer les changements s’il y en a. L’arrivée de nul part de Snoke, et du premier ordre, est un énorme problème car elle n’est pas cohérente si on a pas plus d’explication que ça. C’était pas compliqué de prendre 2 minutes dans l’épisode 7 ou 8 pour expliquer pourquoi la situation a autant changée depuis la fin du 6.

– c’est assez malhonnête de dire à ceux qui reprochent l’humour du 8 qu’il y a aussi de l’humour débile dans l’épisode 1 et 2 … C’est vrai d’un côté, mais vu que tout le monde reproche également l’humour débile des épisodes 1 et 2, avec des running-gag bien lourdingue (coucou jar jar) , c’est pas vraiment le meilleur point de comparaison.
Personnellement je préfère largement les répliques cinglantes entre Han et Leia dans la trilogie, qui, en plus d’être drole, font avancer leur histoire d’amour. Là on a juste des « gags ».

– Luke, c’est discutable, personnellement je ne pense pas que l’on puisse changer à ce point le caractère d’un personnage pour les besoins de son récit. Le jeune héros qui a vu le bon en Vador et a tout risqué pour le ramener du bon côté aurait paniqué en voyant le fils de sa soeur et de son meilleur pote au point de vouloir le tuer, même un bref instant ? Du reste, je me fie à la réaction sans équivoque de Mark Hamill, qui connait mieux le personnage que quiconque.

Après, soucis de cohérence entre le 7 et le 8 : dans le 7 on t’explique que Luke a laissé une carte qui permet de le retrouver. Il est logique de penser qu’il s’attendait à ce qu’on fasse appel à lui si la situation était vraiment catastrophique, où alors il attendait la venue de Rey, ou même d’une autre personne sensible à la force, peu importe, mais il attendait visiblement quelque chose.
Au lieu de ça, dans le 8, on a un Luke qui n’avait clairement pas envie d’être retrouvé et qui n’a jamais eu l’intention d’aider qui que ce soit ? Manque de cohérence, encore une fois.

– Et enfin, sur phasma… La encore, c’est une question de contexte. Boba-fett n’a jamais été vendu comme un personnage important de la trilogie, il est devenu culte par la suite, de par son charisme naturelle et la façon dont on le caractérise (« Pas de désintégration ! ») , mais il n’a jamais été vendu en tant que tel, donc les attentes à son sujet étaient légitimement très basse.
En revanche, Phasma représente quelque chose pour l’avancé du personnage de Finn, elle est présente partout dans la promotion du film, il y a quelque chose qui a été construit et voulu autour de ce personnage, pour au final … Rien.
Les deux situations sont donc très différentes !

Désolé pour la longueur !

Répondre
DrCalcifer 17 janvier 2018 - 17 h 55 min

@OursOuzbek
Bonjour, ce n’est pas un problème, c’est intéressant de pouvoir débattre et c’est normal d’avoir des désaccords ! Alors pour te répondre:

– Dire que le film opère un virage à 180° par rapport à une phrase prononcée par Luke est un peu rapide. Skywalker est un personnage (et un mythe) de l’ancien monde qui ne connaît comme référence que la notion de « Jedi » pour le côté clair de la Force et « Sith » pour le côté obscur. Lors de son affrontement avec Kylo Ren, il retrouve la foi et ses convictions ! Ce qui l’amène à penser que Rey, parce qu’elle est du bon côté, deviendra une grande utilisatrice du côté lumineux de la Force et donc un chevalier Jedi. Mais Luke ne connait pas le futur et il est possible que Rey ne suive pas TOUS les principes Jedi à la lettre dans un certain avenir. On peut tout à fait imaginer qu’elle utilise le savoir Jedi sans en appliquer les préceptes. Elle ne pourra donc pas être qualifiée de « chevalier Jedi » même en étant du côté clair de la Force. La phrase de Luke ne change rien au message de Star Wars VIII et peut-être même que Star Wars IX sera la confirmation que le « passé est définitivement brûlé ».

On retrouve ainsi l’affrontement entre les 2 côtés de la Force qu’il y a dans Star Wars depuis le premier épisode, c’est d’ailleurs ce que j’ai écrit. Ce qui ne change pas fondamentalement l’opposition classique entre le Bien et le Mal. Par contre, le fait que Rey ne devienne peut-être pas une Jedi en étant malgré tout une utilisatrice importante du côté clair de la Force est, à mon sens, bel et bien innovant.
Une petite chose que tu écris et qui me semble erroné : « Rey qui maîtrise le côté clair ». Non, elle ne le maîtrise pas ! Elle l’utilise à la fin du film, à un certain contexte (désespéré qui plus est) mais elle n’est pas encore assez formée pour affirmer qu’elle maîtrise encore la Force. Sinon, elle ne prendrait même pas la peine d’amener dans son vaisseau les derniers livres de Luke.

– Ici je ne vois pas où est ton désaccord. Je dis que Johnson a voulu faire du personnage de Rey une héroïne sans parenté avec les Skywalker ou un Jedi connu (ce à quoi s’attendaient les fans et qui a suscité des commentaires violents) parce qu’il a voulu se détacher de plus en plus de la traditionnelle figure messianique qu’on retrouve dans un nombre important de films. Mais je n’ai jamais écrit qu’utiliser la Force quand on ne s’appelle pas Skywalker était, en soi, une idée originale. En tout cas ce n’est pas le propos de mon paragraphe sur les origines de Rey.

-Si, tous les épisodes Star Wars parlent d’une époque. Pour moi c’est même une évidence, aussi bien dans la prélogie que dans la trilogie. Ce qui est intemporel, c’est la lutte du bien contre le mal. Mais quand on analyse chaque épisode, on peut voir qu’ils sont bien le reflet de l’état d’esprit d’une époque et on ne peut que constater la présence de nombreux éléments qui renvoient à notre propre monde. Comment ne pas voir le traumatisme de la seconde guerre mondiale dans la trilogie avec la présence de l’empire totalitaire, dominateur et génocidaire inspiré du IIIe Reich et ses exactions ? Du costume des officiers jusqu’à la xénophobie de l’empire (qui méprise les extraterrestres), voilà qui rappelle furieusement quelque chose !
Star Wars est aussi un miroir !

– Rey n’est pas qu’un amas de qualités, loin de là ! Sa tentation du côté obscur dans l’épisode VIII rend le personnage plus complexe qui n’y paraît. D’autre part, ce n’est pas parce qu’elle réussie un exploit (que Luke n’a pas connu lorsqu’il était apprenti) que Rey ne connaît aucune défaite ! C’est notamment le cas avec Snoke contre qui elle est totalement vulnérable à la fin du film (heureusement que Kylo, par sa traîtrise, finit par tuer son mentor).
Pour les autres points, comme je l’ai indiqué précédemment : non Rey ne maîtrise pas la Force ! Son apprentissage n’est absolument pas inutile parce que rien n’indique que ce qu’elle a fait avec les rochers se reproduise. De même, l’académie Jedi permettait aux êtres comme Rey de canaliser leurs pouvoirs en plus d’inculquer aux apprentis des préceptes et un certain art de vivre. Sans oublier que les Jedi sont liés aussi à un aspect politique: ce sont les gardiens de la République.
Donc avoir un pouvoir pour l’utiliser ponctuellement est une chose ! S’en servir et le canaliser en toutes circonstances en est une autre.

-Mais la prélogie ne nous apprend pratiquement rien sur l’empereur. Il s’appelle Palpatine, vient de Naboo et a conspiré pour renverser la république (on s’en doutait un peu dès la trilogie). Et donc ? Peut-on dire que l’on connait beaucoup mieux le personnage à la lueur de ces informations ? Je ne pense pas, non.
En réalité, plus que la personnalité de l’empereur, c’est Anakin et son basculement vers le côté obscur qui intéressaient avant tout. Palpatine reste encore bien mystérieux, dans la trilogie comme dans la prélogie.
Pour le reste, 30 années se sont écoulées depuis l’épisode VI. Le Premier Ordre est né des décombres de l’Empire, constitué par des nostalgiques de ce régime. Quant à Snoke, j’ai indiqué que ne pas en savoir plus sur le personnage est frustrant. Ce qui ne veut pas dire qu’il restera à jamais un mystère: l’épisode IX pourrait nous en apprendre davantage (et même des spin off, ce n’est pas à exclure je pense). Personnellement je préfère attendre de voir l’ensemble de cette nouvelle trilogie avant de l’accuser d’incohérence sur ce point précis.

-Ce qui est malhonnête, c’est justement de dire que l’humour du VIII est aussi débile (voir pire) que dans les épisodes I et II; critique que j’ai lu notamment sur les réseaux sociaux, uniquement pour dire que Disney a infantilisé la saga Star Wars (George Lucas s’est très bien débrouillé tout seul pour ça avec sa prélogie). Si j’ai pris La Menace Fantôme et L’Attaque des Clones pour exemples, c’est parce que la plupart des fans en colère font justement ce point de comparaison. Mais si tu préfères que l’on compare l’humour de Star Wars 8 avec celui de la trilogie originale, il n’y a aucun problème: je trouve les petites blagues avec Finn assez lourdes dans SW8 mais pas plus que les gags avec C3PO, R2D2 ou/les Ewoks. Donc je pense que ceux qui reprochent à SW8 son humour parfois lourdingue devraient être cohérents et faire la même critique à la trilogie. Chose qu’ils ne font pas.

-Luke est un personnage complexe qui n’a pas révélé toutes les facettes de sa personnalité dans la trilogie. Il a évolué avec l’âge et avec l’expérience ! Et je pense que c’est une bonne chose, s’il était resté exactement la même personne qu’à l’âge de 20 ans cela aurait été assez problématique. Les gens changent et les certitudes peuvent partir en fumée. Quant à la réaction de Mark Hamill, il faut la remettre dans le contexte de l’interview. Il dit qu’il a « bien eu du mal à accepter le sort de Luke », mais qu’il a « vu le film depuis » et qu’il reconnaît « avoir eu tort ». Il poursuit en disant :
« Je crois qu’être poussé à sortir de sa zone de confort, c’est une bonne chose. Si ça avait été encore une histoire de Jedi entraînant de jeunes padawans, ça aurait été déjà vu et personne ne peut faire ça mieux qu’Alec Guiness. En tout cas, je n’aurais même pas essayé. Donc non, ce n’est pas le Luke des films originaux, mais c’est le Luke de la nouvelle génération. »

Luke a bel et bien changé, c’est comme ça.

Pour l’histoire de la carte, je n’en ai pas parlé mais oui, c’est une interrogation et pour le moment un manque de cohérence du film et un point négatif.

– Enfin pour le capitaine Phasma, ce que tu dis sur la promotion du personnage dans le film relève de quelque chose que je déplore: le merchandising. Un personnage qui est là pour faire vendre des figurines et qui ne sert pratiquement à rien alors qu’on voulait nous faire croire le contraire. Et c’est pourquoi j’estime que sa mort est finalement une bonne chose.

Bonne fin de journée à toi

Répondre
Arikami 8 février 2018 - 8 h 51 min

Pour les fans de Star Wars, je viens de trouver un boutique qui déchire avec des figurines de collection vraiment pas chères http://www.arikami.fr/

Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.