Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image
Scroll to top

Top

8 Commentaires

[Cinéma] Avis / Critique: Jack et la mécanique du coeur

[Cinéma] Avis / Critique: Jack et la mécanique du coeur
ERROR_815
  • Le 3 février 2014
  • https://twitter.com/ERROR_815

Le 5 Février prochain sortira sur nos écrans Jack et la mécanique du cœur, adapté du livre La mécanique du cœur, écrit par Mathias Malzieu. Ce premier film d’animation made in France de 2014 est-il un conte poétique magnifique, ou un simple divertissement pour enfants ? Réponse…

Jack et la mécanique du cœur est le tout premier film de Mathias Malzieu et de Stéphane Berla. Le premier nom ne vous dit rien ? Et pourtant, il s’agit du chanteur du groupe français Dionysos. Quant au second, il a réalisé par le passé des clips pour -M- ou encore Dionysos justement. Avant de vous donner mon avis sur ce film jetons un œil sur le synopsis :

Édimbourg 1874. Jack naît le jour le plus froid du monde et son cœur en reste gelé. Le Docteur Madeleine le sauve en remplaçant son cœur défectueux par une horloge mécanique. Il survivra avec ce bricolage magique à condition de respecter 3 lois: premièrement ne pas toucher à ses aiguilles, deuxièmement maîtriser sa colère et surtout ne jamais Ô grand jamais, tomber amoureux. Sa rencontre avec Miss Acacia, une petite chanteuse de rue, va précipiter la cadence de ses aiguilles. Prêt à tout pour la retrouver, Jack se lance tel un Don Quichotte dans une quête amoureuse qui le mènera des lochs écossais, à Paris jusqu’aux portes de l’Andalousie.

« maman, tu fais comment le matin pour te coiffer ? »

Avant d’écrire cette critique, je suis allé voir quelques avis de spectateurs sur internet. A ma grande surprise, ils étaient quasiment tous unanimes, le film est magnifique, poétique, réussi, bla bla bla… Et là je n’ai rien compris. Pour ma part j’ai voulu sortir de la salle au bout de 20 minutes. Alors soit j’ai clairement loupé quelque chose, soit j’ai perdu mon âme d’enfant (mais ça j’en doute, il m’arrive encore de jouer aux Lego…). Mais je trouve que Jack et la mécanique du cœur est d’une incohérence totale sur beaucoup de points… Avant de parler du négatif, faisons un point sur le positif, car oui, il y en a.

L’histoire avant tout, celle-ci est originale, bien écrite et pourra plaire aux petits comme aux grands. L’aventure de Jack nous permet de passer d’Edimbourg, à Paris jusqu’en Andalousie. Chaque endroit possède sa propre identité visuelle plutôt réussie et donne l’occasion au spectateur de voyager dans des ambiances totalement différentes. Et c’est au travers de ce voyage que nous serons amené à rencontrer des personnages hauts en couleur, comme Georges Méliès et… et… Ah bah c’est tout, le reste des personnages sont tous ternes et sans âmes. Je crois bien que c’est ici que s’arête les points positifs du film. Et je vous assure, je cherche pour en trouver d’autres… je n’en vois pas.

J’ai des ronces partout sur moi… tout va bien.

Car voilà, pour moi Jack et la mécanique du cœur est un ratage total. L’univers visuel déjà : on ne sait pas vraiment ou se place le film, est-il inspiré par l’ambiance graphique des films de Tim Burton ? Y a-t-il une influence du travail de Michel Gondry ? Est-ce entre les deux ? Impossible de se placer quelque part. Et qu’on ne vienne pas me dire que le film à son identité propre, je n’y crois pas une seconde. D’un côté on à l’ambiance pseudo terne et coloré, un peu glauque et poétique à la Burton, qui fonctionne quand c’est lui qui la pratique, en revanche, chez les autres ça ne marche pas. D’un autre coté on a le droit à l’esthétique papier mâché et bricolage digne de Gondry, notamment lors du voyage en train et en skate (entre du Gondry et du Little Big Planet) ou encore lors de la session marionnette (qui doit durer a peine 2 minutes). Bref difficile de savoir ou se placer. Le film pioche dans des influences graphiques sans parvenir à s’offrir une identité visuelle propre à lui. Le seul petit point positif niveau ambiance et réalisation est la partie du train fantôme, plutôt réussi je dois l’avouer

Et que dire de la réalisation technique et de l’animation. Entre des personnages inexpressifs au possible, des cheveux qui n’ont bénéficiés d’aucune physique, des sourcils et des moustaches réalisés par le stagiaire du coin… Graphiquement j’avais l’impression de regarder un dessin animé diffusé le samedi matin sur Gully. Côté animation ce n’est pas la joie non plus. Les personnages sont rigides et ne dégagent aucunes émotions. Honnêtement, j’ai vu des projets étudiants en école d’animation meilleurs que ça.

Georges Méliès, le beau gosse de la fin du 19 ème siècle

Et enfin, le clou du spectacle, les doublages. Alors oui quand on est musicien et qu’on réalise un film avec plein de musiques, c’est sympas d’inviter tous ses potes du milieu, mais ça colle pas quoi. Jack, qui lorsque le film démarre vraiment a à peine 11 ans, est quand même doublé par Mathias Malzieu (le chanteur de Dionysos donc) qui en a 40 ! L’incohérence est totale, ça colle pas une seconde et ça se voit à l’écran. Après si on me dit que Jack a eu une puberté bizarre et que ça voix à mué super tôt mais que son corps n’a pas changé… bon pourquoi pas, on est plus à ça près, mais quand même ! Pareil pour le personnage de Gorges Méliès qui graphiquement à l’écran pourrait avoir entre 30 et 40 ans max (et encore, il n’a aucune rides) et qui est doublé par… Jean Rochefort ! 83 ans quoi ! Encore une fois, je dis non. Et enfin l’apothéose niveau doublage, le pompon, le personnage de Joe. Le méchant du film, gotique, grand, tout de noir vêtu, bref le cliché du gotique est doublé par… Je vous le donne en mille, Grand Corps Malade ! Là c’était plus possible. D’accord le « chanteur » a une voix assez dingue et impressionnante (perso je suis pas fan), mais justifier le doublage de ce personnage par une voix comme celle-ci, ce n’est juste pas possible. Le seul personnage pour qui le doublage passe plutôt bien est celui de Miss Acacia, doublé par Olivia Ruiz. Pareil que pour Jack, lors de sa première apparition Miss Acacia à 10 ans, et est doublé par une chanteuse de 34 ans, mais on s’y fait rapidement.

Nous avons 11 ans et sommes doublé par des adultes de 40 ans…

Puis forcément, qui dit doublage fait par des chanteurs, dit forcément chansons toutes les 30 secondes (oui là j’exagère un peu). Alors pour le coup, cette partie n’est pas vraiment objective car voilà, je ne suis pas un grand fan de Dionysos, ni d’Olivia Ruiz, ni de Grand Corps Malade, pas fan du tout même. Donc je peux concevoir qu’on puisse apprécier la BO du film. En revanche, quand on réalise un film destiné à un public jeune, on ne cale pas des chansons en anglais et espagnole au milieu de chansons en français. A la rigueur on leur met des sous-titres pour les aider à comprendre, d’autant plus que les chansons ont un rapport avec l’histoire. Et puis c’est un film pour un public jeune et pourtant il n’y a rien de drôle dans celui-ci, d’accord c’est poétique et tout, mais les enfants au cinéma il faut les faire rire, ne serait-ce qu’un petit peu

Pour Conclure

2

sur 10

Voilà, je crois que je vais m’arrêter là au risque de me mettre toute l’équipe du film à dos. Je peux reconnaître que Jack et La Mécanique du Cœur puisse être un film « poétique » qui pourra plaire aux enfants et aux fans de Dionysos et d’Olivia Ruiz. Pour les autres, passez votre tour. Je sais qu’en ce début d’année 2014 des films d’animations il n’y en a pas des masses, mais celui-ci n’en vaut vraiment pas la peine.
  • Bastien

    Et pan! Cartouche distribuée! Lol

  • BOUUUUUUUUUUUUUUUUUUUU Oh le trop méchant que tu es !

    Moi j’ai adoré ce film!
    Il est beau, poétique! Parfois joyeux parfois très triste.Je ne me suis pas ennuyé une seul fois.
    Je trouve que quand un français aussi talentueux qu’il puisse être sort un excellent CD, qu’il adapte parfaitement en livre et qu’ensuite il le porte au ciné il serait bon de l’encourager.
    Je suis d’accords que l’inspiration de Tim Burton ce ressent tout au long du film mais, les inspirations de Mathias Malzieu nous font voyager d’un mode tellement psychédélisme qu’on ne peut que saluer son travail.

    Mais il faut dire que je connais l’album sur le bout des doigts, que j’ai passé la moitié du film à chanter, on a le livre et on va à tous les concert de Dionysos :p

    *Je te jette des cailloux !

  • Et aussi, pour les doublages !
    Il ne pouvait pas prendre d’autre personnes… Les personnes et leurs histoires font parties de l’album sortie en 2007 et les voix étaient été déjà attribués depuis longtemps au artistes.

    Ça aurais choqué tout le monde si il avait tout changé.

    En faite il faut connaitre pour apprécié et jugé comme il ce doit 🙂

    • Kkooooll

      « En faite il faut connaitre pour apprécié et jugé comme il ce doit  »
      Et Blum, une phrase simple, cinq fautes d’ortographe graves – un retour à l’école s’avère urgent

    • Kkooooll

      « En faite il faut connaitre pour apprécié et jugé comme il ce doit  »
      Et Boum, une phrase simple, cinq fautes d’ortographe graves – un retour à l’école s’avère urgent

  • * Je te rejettes des cailloux !

  • Phaxay

    Franchement, je suis totalement contre cette critique.
    2 / 10 pour un film aussi magnifique que Jack et la Mécanique du coeur, je trouve ceci un légèrement « abusé » si on peut utiliser ce terme ^^
    Certes le film a une patte graphique clairement inspiré de tim Burton… Mais et alors?
    Les doublages ne sont effectivement pas vraiment adaptés mais passé les premières minutes, on s’y fait largement.
    Et… c’est tout? Cela ne justifie absolument pas 2 / 10 quand on voit la qualité de la musique, de la mise en scène, de l’univers et de l’histoire.
    Au niveau du scénario, on a quelque chose d’assez basique, avec un héro différent des autres, qui entame un parcours initiatique par amour etc… Mais qui sert surtout à enclencher le début de son aventure. On se rend vite compte que le scénario n’est qu’un moyen de nous transmettre des dizaines et des dizaines de subtilités et clins d’oeil dont le film regorgent. Rien qu’en citant de mémoire, par exemple les horloges qui composent les roues du train, le mouvement régulier des personnages semblable à … une horloge lors de la première rencontre entre Jack et Miss Acacia, les larmes qui se transforment immédiatement en boules de glaces… tout ceci constituent un parti prit totalement assumé par la graphiste.
    Et je n’ai même pas envie de parler de tout le reste puisque je préfère laisser la magie opérer.

    Cordialement

  • Bonjour. Franchement, les personnes qui ne connaissent rien à l’Univers de Mathias Malzieu devraient fermer leur gueule. Littéralement.

    Premièrement, ce dessin animé n’est en aucun cas pour les enfants, et devrait être interdit aux moins de dix ans, faute de compréhension. Ayant moi-même lu le livre il y a quatre ans de cela, je sais de quoi je cause 😉 De plus, il y a des scènes un peu… Comment dire… Gore et porno.

    Concernant les personnages, je les trouve franchement irrésistibles. Leur ressemblance avec les doubleurs est frappante, car ils racontent tous une histoire, en lien direct avec Dionysos et leur bien-aimé chanteur. Et le fait que Jack ira traverser toute l’Europe pour retrouver l’amour de sa vie est un acte complètement fou, car Jack est fou, fou amoureux de la « Petite chanteuse qui se cogne tout le temps aux choses », si je cite le livre (et le film, si j’ai bonne mémoire.)

    – Jack est le reflet de Mathias Malzieu. Il a écrit ce livre pour déclarer sa flamme à Olivia Ruiz, qui l’a quitté avant que ce bouquin soit terminé. Peut-être pour ça que ça se termine dans les deux cas?

    – La jolie Miss Acacia est, quant à elle, le miroir d’Olivia Ruiz, dont j’ai parlé plus haut. Même caractère, même apparence. Le fait qu’il lui pousse des fleurs (plus précisément, des acacias!) est pour souligner son aspect plutôt agressif. Elle peut laisser Jack tout seul devant sa caravane, pendant plusieurs heures et ne pas lui ouvrir.

    – La voix de Grand Corps Malade va superbement à Joe. Elle est grave, elle fait peur, pour souligner la haine de Jack a envers son ennemi juré.

    – Mais malheureusement, je passerai pas outre le fait que je n’aime pas vraiment Méliès. Tout d’abord, le mouvement ondulatoire de sa moustache m’a choquée (j’exagère pas un peu? o:-) Si, je pense, mais bon… De plus, Jean Rochefort est le seul qui n’au aucun lien avec Dionysos. Je ne m’attarderai pas là-dessus.

    Je crois que j’en ai assez dit. De toute façon, je n’ai plus beaucoup de temps devant moi pour m’occuper de mon ordi, et tout a été dit au-dessus.

    Tout ça pour dire que ce film a été un réel délice visuel, et que le reverrai bien une troisième fois.
    *lance des tomates pourries à l’auteur de la critique négative*