Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image
Scroll to top

Top

Un Commentaire

[Cinéma] Avis / Critique: Gravity

[Cinéma] Avis / Critique: Gravity
ERROR_815
  • Le 30 septembre 2013
  • https://twitter.com/ERROR_815

Attachez vos ceintures, faites vos réserves d’oxygène, et prenez part à une aventure dont vous ne ressortirez pas indemne. Alfonson Cuaron vous emmène en road-trip dans l’espace avec son dernier film, Gravity.

A l’heure où j’écris ces lignes, cela fait 24 heures que je suis ressortie de l’avant-première de Gravity, le dernier film d’Aflonso Cuaron, à qui l’on doit Harry Potter et le Prisonnier d’Azkaban, ou encore Les Fils de l’Homme. 24 heures, et honnêtement, je ressent encore un vertige incroyable. Mais avant de vous en donner les raisons, petit retour sur le synopsis du film :

« Pour sa première expédition à bord d’une navette spatiale, le docteur Ryan Stone, brillante experte en ingénierie médicale, accompagne l’astronaute chevronné Matt Kowalsky. Mais alors qu’il s’agit apparemment d’une banale sortie dans l’espace, une catastrophe se produit. Lorsque la navette est pulvérisée, Stone et Kowalsky se retrouvent totalement seuls, livrés à eux-mêmes dans l’univers. Le silence assourdissant autour d’eux leur indique qu’ils ont perdu tout contact avec la Terre – et la moindre chance d’être sauvés. Peu à peu, ils cèdent à la panique, d’autant plus qu’à chaque respiration, ils consomment un peu plus les quelques réserves d’oxygène qu’il leur reste.

Mais c’est peut-être en s’enfonçant plus loin encore dans l’immensité terrifiante de l’espace qu’ils trouveront le moyen de rentrer sur Terre… »

GRAVITY

« Et sinon poupée, t’as prévus un truc en rentrant ? »

L’histoire ne prend pas part sur Terre pour un décollage en douceur, non. Gravity vous plonge d’entrée dans l’espace et son vide infinie. Avec une vue sur la Terre tout simplement sublime, l’aventure démarre lors d’une mission dans l’espace qui tourne mal. Dès les premières minutes, l’immersion est totale. La caméra flotte autour de la navette et le rendu est tout bonnement incroyable (d’ailleurs, le plan séquence de départ, qui dure bien 20 minutes est juste magnifique), on navigue entre les 3 astronautes qui réparent la station, font du Jet-pack dans l’espace ou joue tout simplement avec l’apesanteur. Et c’est à ce moment-là que tout tourne mal. Les personnages se retrouvent séparés, dérivant dans le vide interstellaire.

On retrouve dans les rôles principaux Sandra Bullock (Speed, et récemment Les Flingueuses) dans le rôle du docteur Ryan Stone. Personnellement, je ne suis pas un grand fan de Sandra Bullock, voir pas fan du tout, mais là… Son interprétation du personnage, d’une simplicité et d’une justesse remarquable m’a convaincu. On s’attache à elle, on désespère en même temps qu’elle, on stresse comme ce n’est pas possible. Cet attachement est d’autant plus important, que par moment on se met  littéralement sa place. La caméra passant en vue à la première personne, le stress des situations n’en est que plus percutant. Dans le second rôle on retrouve Mister « What else », George Clooney (In The Air, Ocean’s Eleven…). Le personnage nous fait rire, nous rassure, on se sent tout de suite moins seul dans ce vide.

gravity-photo-51dbf6e518f51

« Houston, j’ai eu un petit problème avec l’embrayage de la station… »

La force de Gravity c’est de nous mettre dans des situations ou tout semble perdu, de nous plonger dans un stress perceptible, de nous mettre à la place du personnage. Le film joue littéralement avec nos nerfs et les ascenseurs émotionnels sont nombreux ! Alfonso Cuaron nous offre aussi des images d’une beauté incroyable. Les différents plans sur la Terre sont tout simplement magnifiques et nous donnerait presque envie de faire une petite virée dans l’espace. Techniquement, le film est une pure réussite. L’explosion des différents éléments, et leur physique dans l’espace est grandiose et de toute beauté. Les plans de caméra et leurs déplacements sont aussi parfaitement maîtrisés et contribuent à nous plonger au cœur de l’action. Petite parenthèse, la 3D est ici plutôt bien gérée.

Mais cette beauté de l’espace est accentuée par une bande son percutante. Que ce soit au niveau de la musique, qui est simple certes, mais relativement puissante, les effets sonores du film sont aussi très bien travaillés et renforcent le réalisme de l’espace espéré et atteint par Gravity.

Quand au scénario, plutôt simple en soit, il arrive à enchaîner les moments de désespoir ultime et d’espoirs renaissants, une lutte pour la survie géniale.

o-GRAVITY-TRAILER-facebook

Et hop ! un petit backflip dans l’espace !

Voila, que d’éloquence pour Gravity. En générale j’arrive à trouver des points négatifs dans n’importe quel film, ici il est assez dure d’en trouver. Aller en cherchant bien je peux trouver un petit point qui ne m’a pas déçu mais bon. Les métaphores sur la vie humaine sont bien mise en scène et belles, mais auraient méritées d’être un shouya plus subtiles :p

Gravity est vraiment un film à voir au cinéma, je pense que le regarder plus tard chez soi devant sa télé ne doit pas du tout avoir la même saveur. Foncez-y. Un stress incroyable et une aventure humaine et épique réalisée par Alfonso Cuaron. Magnifique.

Ma note : 4.8/5

  • Ça fait un bon moment que j’ai envie de voir ce film-là. Après avoir lu ta critique, je suis encore plus impatient.