Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image
Scroll to top

Top

Pas encore de commentaire

[Cinéma] Avis / Critique : Kong: Skull Island

[Cinéma] Avis / Critique : Kong: Skull Island
ERROR_815
  • Le 8 mars 2017
  • https://twitter.com/ERROR_815

Cette semaine sort sur nos écrans Kong Skull Island, un énième film sur le roi de la jungle, vu et revu au cinéma. Et pourtant, ce nouveau Kong s’annonce comme une pièce maîtresse dans l’univers du gorille géant créé en 1933.

Kong Skull Island est réalisé par Jordan Vogt-Roberts, si le nom ne vous dit pas grand chose, c’est normal. L’homme n’a réalisé que deux films par le passé (The Stars My Destination en 2016 et The Kings of Summer en 2013), mais cette troisième réalisation occupe pourtant tous les espaces publicitaires parisiens depuis plusieurs semaines… Et ça, c’est sûrement grâce à un casting plutôt réussi, car on retrouve dans les rôles principaux : Tom “Loki” Hiddleston (Avengers, Only Lovers Left Alive), Samuel L.Jackson (qu’on ne présente plus, mais quand même : Pulp Fiction, Django Unchained, Avengers, Star Wars et j’en passe), Brie Larson (Scott Pilgrim, Room, Don Jon), John C.Reilly (Guardians of the Galaxy, Les cowboys, Gangs of New York, Aviator), John Goodman (10 Cloverfield Lane, Dalton Trumbo, Community) et Corey Hawkins (The Walking Dead, N.W.A – Straight Outta Compton). Un casting assez fou qui va donner au film des moments à la fois drôle mais surtout épiques. Mais avant ça, jetons un œil au synopsis :

Un groupe d’explorateurs plus différents, les uns que les autres s’aventurent au cœur d’une île inconnue du Pacifique, aussi belle que dangereuse. Ils ne savent pas encore qu’ils viennent de pénétrer sur le territoire de Kong…

Kong Skull Island prend le parti réussi de nous placer dans une ambiance post guerre du Viêtnam vraiment réussi. On retrouve les couleurs orangées, la jungle luxuriante, les musiques d’époque qui te mette direct dans l’ambiance (avec une BO démente de rock’n roll à base de Rolling Stones, de Black Sabbath et bien d’autres), l’équipement militaire américain totalement badass… Bref de ce côté-là, l’ambiance est totalement réussie et Jordan Vogt-Roberts arrive à nous amener dans son univers dès les premières minutes du film. Mais Kong Skull Island, c’est aussi un casting de dingue énuméré plus haut. L’ensemble des acteurs est à la hauteur de gorille géant, Tom Hiddleston ne brille pas par un jeu d’acteur incroyable, mais incarne et interprète comme il faut le baroudeur dans sa jungle, embauché pour faire le mec badass, explorer le terrain et accessoirement sauver des vies. Samuel L.Jackson nous offre un colonel de guerre américain venu sur une île pour défoncer du monstre (et il le fait bien). Quant à Brie Larson, celle-ci incarne l’équivalence de l’Ann Darow de l’histoire original, à savoir LA nana du film pour qui Kong à forcément un petit béguin.

Le film navigue aussi subtilement entre scènes totalement épiques et moment de détente plus léger ou l’humour prend la place de l’action grâce notamment à Hank Marlow (incarné par John C.Reilly), personnage un peu à l’ouest qui s’est perdu sur cette île mystérieuse presque 20 ans avant que de nouveaux arrivants débarquent sur l’île. Coté epicness en revanche, on est sur quelque chose de vraiment grisant… Que cela soit au niveau des attaques militaires sur l’île, mais surtout les apparitions et combats de Kong contre diverses créatures démesurément grandes, la sensation ridicule d’infériorité de l’homme sur ces géants est tout simplement incroyable. Les effets spéciaux sont dingues, les combats (tous les combats) sont des moments jouissifs d’action totalement extrême, et si vous avez la chance de le voir en IMAX, le ressenti est encore plus ouf.

Pour Conclure

8

sur 10

Kong Skull Island est une réussite sur tous les points, drôle, prenant, avec un casting et une BO de dingue, mais surtout des moments d’anthologie totalement extrême, on passe quasiment deux heures scotché sur son siège à en prendre plein les yeux ! Du grand kiff ! Oh et je vous conseille fortement de rester jusqu’à la toute fin du générique pour une scène bonus qui ne présage que du bon… ;)