Avis Treize Nuits de Vengeance – Tome 2

par Inconnu Day

Un peintre étrange, passionné de serpents, qui déménage en pleine nuit et dérange l’idéal à sens unique d’un frère et d’une sœur…

Une femme poussée à la délectation de la cervelle humaine

Un bourreau qui vit avec la femme qu’il doit exécuter et qui souhaite mourir…

 

Une domestique au service du Shogun qui organise la conception et circulation d’objets sexuels pour arriver à ses fins…

La déchéance d’une famille de samurai ruinée à la mort de celui-ci… 

La folle attirance d’une femme pour les cordes du voleur le plus connu d’Edo…

 

La romance dévorante d’une femme pour un homme tatoué d’un serpent mortel…

Le destin furieux des jeux de sumo d’un couple hors du commun : un masseur aveugle et une géante

Une petite vendeuse de luciole proposant des services aussi forts qu’addictifs

 
Treize Nuits de Vengeance tome 2

Treize Nuits de Vengeance : désir empourpré

Comme pour le premier tome, ce titre est une succession d’histoires courtes réparties entre 1 et 6 chapitres. Si le premier tome se concentrait plus sur la relation entre l’amour et la vengeance, celui-ci s’engouffre dans l’Ero guro. Les relations intimes entre les êtres et l’appétence de plaisir que cela peut susciter sont mises à nu, et s’expriment dans leur laideur la plus glaçante. Une interprétation du genre ero guro, finement macabre, qui joue tout autant sur l’environnement froid que sur les expressions des personnages. Un sublime portrait d’un aspect sombre de l’humanité. 

Ce deuxième tome de Treize nuits de vengeance sort le 26 Janvier 2024. Tout droit sortie de l’esprit de Kazuo Kamimura en 1976, ce second tome fait presque 600 pages, le tout dans la sublime édition Sensei de Kana.

A lire aussi :   Avis 24 Histoires d'un temps lointain

La culpabilité du jour, le plaisir de la nuit

Côté dessin, nous sommes évidemment toujours en présence d’un titre portant la marque des années 70. Une marque de toute façon inhérente à son genre. Le trait est maîtrisé et la gestion des trames, quoique très discrète, est sans défaut. Si les trames de fonds sont finalement assez peu présentes, l’effort est particulièrement fait sur les scènes de paysages, à la façon des shojo plus contemporains. Les cases sont grandes et assez classiques, donnant un aspect souvent froid et calme à l’œuvre.

 
Treize Nuits de Vengeance tome 2

Les scènes de sexe sont bien plus présentes dans ce tome que dans le précédent. Si la vulgarité est magnifiquement esquivée, la nudité et les multiples sous-entendu en font un titre réservé à un public mature. Bien plus que le premier tome d’ailleurs. Ainsi, les “14 ans et +” ne me semblent plus véritablement appropriés.

L’édition Sensei de Kana est extrêmement qualitative malgré le nombre de pages, même s’il faut noter que les pages couleurs sont un petit peu plus discrètes dans ce tome que dans le précédent.

  • Z
    Treize nuits de vengeance - Tome 2
    18,50 €

Conclusion

A qui s’adresse ce titre ? A n’en point douter à des adultes. Une certaine ouverture d’esprit graphique ainsi qu’une certaine curiosité pour l’ero guro seront évidemment un plus pour faire mouche avec ce chef-d’œuvre. Il est certes totalement indépendant du premier tome, mais je conseille toutefois de posséder les deux.

 

J’ai énormément apprécié Treize Nuits de Vengeance, que ce soit le premier ou le second tome. Il met en avant un genre méconnu et très intéressant, qui nous fait réfléchir sur l’humanité et sur nous-mêmes. Kazuo Kamimura nous livre ici une excellente prestation et me donne, on ne peut plus, hâte de découvrir ses autres titres (également chez Kana dans la collection Sensei).

A lire aussi :   Avis Oneira - Tome 1

Vous pourriez également aimer

À PROPOS...

Julsa.fr est une fenêtre sur l’univers du jeu vidéo et de la high-tech. Notre mission ? Découvrir et partager avec vous les pépites du web, les jeux incontournables et les innovations technologiques qui façonnent notre quotidien. Plongez dans une exploration enrichissante et demeurez à la pointe des tendances digitales. En savoir plus…

Julsa.fr – © 2010-2024 -Tous droits réservés