Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image
Scroll to top

Top

Pas encore de commentaire

[Manga] Avis / Critique : Drakengard - Destinées écarlates

[Manga] Avis / Critique : Drakengard – Destinées écarlates (Tome 1)
Lusgem
  • Le 3 juin 2016
  • https://twitter.com/lusgem

Drakengard, si le nom vous évoque quelque chose de lointain, c’est très certainement que vous avez aperçu cette licence sur vos PS2 une dizaine d’années auparavant. Ce fut mon cas, j’avais apprécié passer des heures à terrasser des hordes d’ennemis sur un champ de bataille à l’aide d’un dragon. Cependant la licence s’est essoufflé avec un troisième opus ayant été privé d’une sortie physique sur nos terres européennes et ayant des retours pas vraiment positif. Pourtant, la licence continu de vivre, surtout pour ceux qui cherchent les origines du jeu Nier, qui connaîtra une suite très prochainement avec Nier Automata, et qui a un lien avec le tout premier Drakengard. On peut dire que j’attendais ce manga, je l’attendais même beaucoup… Et pourtant…

Drakengard – Destinées écarlates nous propose l’aventure de One, un puissant guerrier capable d’invoquer un dragon, et de Nero, un elfe violent. Comme son sous-titre nous l’indique, dans Drakengard, il y a énormément de sang. En effet, l’objectif de nos deux protagonistes est de massacrer des villages entiers de personnes contaminés par une maladie octroyant des yeux rouges, puis les brûler.

Alors voila, l’histoire commence, on les voit massacrer des gens, sauver des gens pour les tuer ensuite, sans aucune pitié. La violence ne me gène pas en général tant qu’elle sert le récit, mais là, on peut avoir l’impression que le récit n’est qu’un prétexte a toute cette violence (Le manga est déconseillé aux moins de 16 ans, ce que j’ai rarement vu). Les personnages principaux semblent avoir néanmoins une certaine profondeur et on souhaite en savoir un peu plus sur leurs origines, surtout One qui est intriguant sous plusieurs point que vous découvrirez au long du tome. Alors voila, ce que vous aurez en ne lisant que le manga sans ce qui est autour : de la violence et du sexe avec quelques points intéressants mais qui ne sont pas vraiment développés à travers ce tome. Vous pourrez quand même admirer le travail du dessinateur Zet qui a un coup de crayon taillé pour le gore et les personnages charismatiques.

Maintenant je vais vous parler de ce qui est plus intéressant que le manga en lui même. Entre chaque chapitre, on a le droit a des éclaircissement sur l’univers de Drakengard à travers des discussions entre le scénariste Jun Eishima et Taro Yoko (Scénariste de Drakengard et de Nier). Ces approfondissements sont vraiment intéressants mais font le travail qu’aurait du faire le manga. Un des problèmes de ce manga, c’est qu’il est plus démonstratif qu’explicatif, il laisse le lecteur dans l’ombre totale et ne lui offre pas vraiment d’éléments de compréhension à l’intérieur de celui ci, et c’est bien dommage car l’univers semble le mériter.

Drakengard est disponible aux éditions Kurokawa et sera complet en trois tomes.

© Square Enix/Eishima Jun, ZET/Drag-On Dragoon: Shi ni Itaru Aka Project

Pour Conclure

6.5

sur 10

J'aurais aimé que Drakengard nous offre une expérience plus approfondie à la place de ses scènes de violences extrêmes qui ne servent pas vraiment le récit. Les petites discussions présentes entre les chapitres sont nécessaires pour apprécier ce manga et son univers.