[Test] The Last of Us Part II

par JulSa_

Il y a sept ans, The Last of Us se concluait sur un plan déchirant, autant dans ce qu’il représentait que ce qu’il laissait supposer. Dire que la suite du jeu de Naughty Dog était attendue tient du doux euphémisme tant le jeu avait générait des débats enflammés autour de ses personnages mais aussi de son gameplay. Nul doute que cette Part II suivra le même chemin tant ce second volet va plus loin dans ses thématiques, son histoire ou bien encore sa violence omniprésente. .

Débutant 4 ans après la fin de The Last of Us, Part II va s’atteler, 30 heures durant, à faire avancer son récit tout en plongeant dans le passé de ses personnages pour nous faire comprendre comment a évolué leur relation. Ainsi, à travers plusieurs révélations, cette suite ose nous bousculer dans ce qu’on croyait acquis tout en développant différentes thématiques à l’image de la vengeance, centrale dans le récit et indissociable d’une sauvagerie ne semblant avoir aucune limite. Représentative de ce monde post-apocalyptique ayant perdu tout repaire, cette escalade dans la violence sert néanmoins le récit qui ne cessera de nous retourner émotionnellement du début à la fin. Ne versant jamais, à l’image du premier épisode, dans une morale bien pensante à travers une notion trop précise du bien et du mal, le scénario opte au contraire pour une zone grise de laquelle les personnages émergeront constamment pour légitimer leurs actes.

Dès lors, le scénario ne cessera de nous émouvoir en nous faisant pleinement vivre l’aventure à travers des émotions comme la joie, la colère ou la tristesse. Véritable chemin de croix pour Ellie, The Last of Us Part II s’avère émotionnellement épuisant en allant toujours plus loin dans la notion de vengeance à travers une escalade de violence. On accueillera alors à bras ouvert certains passages empreints de poésie, nous permettant de souffler tout en profitant de moments de tendresse bienvenus. Tout en faisant intervenir de nouvelles factions, le titre développe son univers et y intègre plusieurs antagonistes dont le magnifique personnage d’Abby qu’on apprendra à connaître au fil de la progression.

S’articulant autour d’un récit puissant comprenant néanmoins quelques étirements narratifs, le gameplay de ce volet s’avère lui aussi impressionnant à plus d’un titre. Ayant amélioré tout ce qui fonctionnait moyennement dans le précédent épisode, cette suite se pose également comme un excellent jeu d’action/infiltration où la survie passera aussi bien par l’exploration que votre capacité à éliminer vos ennemis en silence. Profitant d’un level design très réussi, de nouveaux ennemis (dont les chiens rendant certains passages particulièrement corsés) et d’une tension quasi constante, le titre enchaîne les morceaux de bravoure mélangeant grand spectacle et horreur via des infectés ici aussi plus nombreux. Bien que construit sur les mêmes bases que le premier volet, cette seconde partie s’avère donc beaucoup plus variée, notamment dans les lieux traversés, et immersive que ce soit dans ses séquences d’infiltration ou ses moments contemplatifs.

Invitant le joueur à explorer zones semi ouvertes et intérieurs claustrophiques afin de trouver les matériaux pour améliorer son équipement et ses aptitudes, le titre met surtout le joueur face à des situations radicales qui le feront réfléchir sur les conséquences de ses actes. Plus ludique, plus profond, extrêmement généreux à travers une durée de vie avoisinant les 30h, The Last of Us Part II porte la marque de son auteur et suscitera donc énormément de réactions, ne serait ce que pour son traitement scénaristique.

Merci Romain pour le test.

Related Posts

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.