Test Rollerdrome : le Tony Hawk en mode shooter !

par JulSa_

L’un de mes meilleurs souvenirs vidéoludiques, c’est Tony Hawk’s Pro Skater. Il n’y a rien de tel que de skater en essayant de garder un compteur de combo le plus élevé, de s’arranger à faire des tricks plus avancés et à ne jamais s’arrêter de bouger, de cocher des défis tout en prêtant attention à l’horloge qui tourne en priant de battre le meilleur score. C’est un étrange mélange de concentration zen qui fait aussi bien transpirer vos paumes et que grincer vos dents. C’est parfait.

C’est une ambiance que je ne pensais pas revoir, mais Roll7 a réussi à la capturer presque parfaitement avec Rollerdrome, en troquant le réalisme et le punk pour le cell shading et la techno, tout en ajoutant la seule chose qui manquait à Tony Hawk : le meurtre. Beaucoup, beaucoup de meurtres.

rollerdrome capture decran

Rollerdrome met en scène Kara Hassan, une nouvelle venue dans le sport sanglant qui fait fureur dans le futur. Malheureusement, malgré une mise en place intéressante, Rollerdrome ne fait pas grand-chose de sa narration, la cachant dans des sections à la première personne entre les niveaux qui vous font marcher dans l’environnement en interagissant avec des notes sur le mur et des objets aléatoires. C’est une façon ennuyeuse de raconter une histoire et Rollerdrome ne fait rien pour y remédier.

Heureusement, tout le reste de Rollerdrome est tellement bon que cela n’a pas vraiment d’importance. Au cas où vous ne l’auriez pas remarqué, la boucle de jeu de base est extrêmement similaire à celle de THPS. Au lieu d’exécuter des figures pour faire uniquement le meilleur score, ici, vous les exécutez afin de pouvoir garder vos armes chargées pour tuer avec style tout le monde en vue.

Chaque trick que vous exécutez vous donne des munitions et les tricks les plus avancés vous donnent des balles supplémentaires, ce qui vous incite à rester constamment en mouvement et à effectuer des actions plus folles. C’est cela qui donne l’impression que le tir fait partie du mouvement et vice versa, plutôt que d’être deux mécanismes séparés en un.

rollerdrome gameplay

Au début, vous vous contenterez probablement de vider un chargeur dans un ennemi, puis de patiner pour faire quelque 180 de base, en laissant le compteur de combo s’écouler pendant que vous prenez votre temps. Mais au fur et à mesure que vous vous familiarisez avec le fonctionnement de Rollerdrome, vous tirerez au ralenti à la Max Payne tout en vous tortillant comme Mike McGill avec un compteur de combo à deux chiffres, le tout sans transpirer.

Cependant, ce n’est pas aussi simple que d’être une machine à tuer en patins, du moins pas au début. Chaque arène est également remplie d’ennemis qui essaient de devenir eux-mêmes des champions, tous avec leurs propres tactiques spéciales que vous devez garder à l’esprit et contourner. Les simples crétins ne vous toucheront que si vous êtes proche d’eux, ils sont donc faciles à gérer, mais ils seront bientôt rejoints par des ennemis équipés de lance-roquettes, de snipers, de jetpacks et même de combinaisons mécaniques, tous présents sur le terrain en même temps et cherchant à vous tuer.

rollerdrome capture

Heureusement, comme dans Doom Eternal, chacun d’entre eux est faible face à certains types d’armes et de stratégies. Kara commence avec une double paire de pistolets à la Lara Croft, mais au fur et à mesure de votre progression, vous débloquerez un fusil à pompe, un lance-grenades et une arbalète chargée. Les multiples types d’ennemis ayant des faiblesses différentes font que Rollerdrome ressemble parfois à un jeu de puzzle, vous demandant de passer d’une arme à l’autre à la volée pour faire face à ce qui se trouve devant vous, tout en conservant votre compteur de combo et vos munitions en ayant l’air cool. Et ce n’est pas toujours simple.

Tout comme OlliOlli World avant lui, le succès de Rollerdrome dépendra de votre volonté de rejouer les missions pour améliorer lentement votre ancien score. Il y a un total de 16 missions, dont la plupart peuvent être terminées en une quinzaine de minutes la première fois, ce qui signifie que pour finir le jeu une première fois vous en aurait pour enfin cinq ou six heures en fonction de votre niveau.

 

Pour tirer le meilleur parti de Rollerdrome, vous devez retourner sur les niveaux pour essayer d’obtenir un plus grand compteur de combos, obtenir un meilleur temps global, et compléter tous les défis optionnels. Il n’y a aucune raison de faire cela, si ce n’est votre propre sentiment d’accomplissement, mais si c’est une motivation suffisante pour vous, je vous garantis que vous pouvez passer des jours entiers dans ce jeu. J’aurais aimé qu’il y ait un peu plus de contenu sur Rollerdrome pour qu’il n’ait pas à compter autant sur la rejouabilité, mais la courte durée des niveaux fait que le jeu est parfaitement concentré.

Si améliorer vos propres scores ne vous suffit pas, la plus grande valeur de rejouabilité de Rollerdrome est le mode de jeu Out For Blood qui se débloque après avoir terminé l’histoire principale. Bien qu’il vous fasse passer par les 16 mêmes missions, il remixe les niveaux pour que tous les ennemis les plus difficiles soient présents dès le début. Cela vous mettra à l’épreuve tout ce que vous avez appris et servant de test final. C’est un véritable défi qui exige que vous maîtrisiez les mécanismes, mais pour ceux qui ont investi dans la façon de jouer à Rollerdrome, cela devient rapidement la meilleure façon de jouer.

Vous pourriez également aimer

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.