Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image
Scroll to top

Top

Pas encore de commentaire

[Test] Gravel (PS4) : Une nouvelle licence rafraîchissante

[Test] Gravel (PS4) : Une nouvelle licence rafraîchissante
Maxi

Si on réfléchit bien, nous sommes en manque de jeu de course sur les consoles actuelles, Forza du côté de Microsoft, Gran Turismo chez Sony ou encore Need for Speed. Après la série des WRC et Moto GP qui rassemble une bonne communauté fan d’auto et de moto, Milestone arrive avec un tout nouveau titre de bolide, Gravel. Nous retrouvons (enfin) un côté arcade proposant un bon nombre de circuits et de type de course. Alors, ça roule ?

 

 

Sebastien Loeb simulator

Gravel est une sensation de fraîcheur sur PS4, Xbox One et PC. On recherche encore un jeu de course arcade digne de ce nom qui pourrait faire rappeler un Ridge Racer par exemple. Ce jeu peut se permettre de monter en haut du classement pour ce type de jeu. C’est vrai, Gravel nous permet d’oublier tous les problèmes de la route et de foncer à toute vitesse dans des circuits de sable, terre, gravier… On remarque donc la multitude de circuits qui ne se ressemblent pas du tout et qui nous permettent d’appréhender différemment une course. Nous retrouvons les aides de conduite habituels, avec les flèches au sol qui permettent au joueur de savoir quel trajectoire et vitesse sont idéales. Et une fonctionnalité qui peut rappeler les Forza Horizon, le « rewind ». Ce retour en arrière permet de refaire, histoire de quelques secondes, une trajectoire loupée par le joueur. Le petit bémol, c’est qu’on peut l’utiliser beaucoup trop souvent, ce qui permet de ne pratiquement faire aucune faute de parcours. Le jeu reste beau sans pour autant exploser la rétine, nous pouvons contempler les paysages au fond et les détails du sable ou de la mer. On voit bien ici la pâte de Milestone avec les WRC mais aussi que Milestone essaye de récupérer quelques phases de gameplay de Forza ou de Sega Rally. (pour les plus vieux qui connaissent!).

On ne va pas s’en plaindre, Gravel est un mélange d’action, de course, de tension qui permettra aux joueurs de foncer à 200 km/h sans forcer et ressentir cette sensation de vitesse qu’on retrouve ci bien dans les jeux de course arcade.  Côté Intelligence Artificielle, les IA sont assez bourrins mais très prévisibles, on prévoit alors leurs trajectoires pour les prendre de l’intérieur et les dépasser sans aucune difficulté. Le jeu tourne à 30 FPS sans baisse de framerates (ce qui peut paraître logique aujourd’hui), pas de 60 FPS sur PS4 Pro ou Xbox One X.

Un solo dur comme de la pierre

Passons du côté du solo, et c’est là la force de Gravel. Nous sommes dans un show télévisé, où le but est de gagner le plus de point possible par championnat pour gravir les échelons et affronter les plus grands pilotes de la planète. A vous de réussir les courses à éliminations, les contre la montre, les multi-lap et les uns contre un. Comme vous pouvez le voir, il y a une pléthore de type de courses qui se varient au fil du temps. On ne s’ennuie pas une seconde et nous prenons plaisir à défier les pilotes pour devenir le meilleur. Les phases de championnat sont entrecoupées par des un contre un avec de grand pilote qui se joue en trois courses. On sent une légère hausse de difficulté et une intelligente plus poussé dans ce type de course. Vous pourrez débloquer de nombreuses voitures au fil des catégories de courses (au nombre de 20 sections avec 5 champions/pilotes). Une voix off nous accompagne tout au long du « Off Road Master » (titre du solo). La voix n’est pas extraordinaire comme sur Burnout ou Forza par exemple, mais elle fait le job et ne dérange pas du tout. Nous pouvons compter une dizaine d’heure pour terminer ce mode solo, sans réel but de le refaire pour améliorer un temps…

 

 

Un multijoueur qui pédale dans la gadoue.

Et c’est là le gros point noir de ce jeu. Milestone ne s’est pas attardé sur le multijoueur de Gravel. On aurait aimé un mode écran splitté comme à l’ancienne des jeux de voiture pour se chamailler sur qui a la plus grosse…conduite. Mais non, pas cette fois, on se contentera du monde solo à partager à une manette et d’un mode multijoueur plus que douteux. Eh oui… malheureusement on fait vite le tour de ce mode multijoueurs sans réel but, on ne peut alors qu’inviter des amis ou lancer un matchmaking pour quelques courses… Lors des premiers jours, les parties se lancent rapidement mais il faudra prévoir quelques minutes d’attente dans les mois qui suivent pour foncer sur les titines des adversaires. On peut noter quelques baisses de FPS à certains moments sans que ça dérange grandement. En bref, si vous voulez jouer à Gravel pour le multijoueurs, vous prendre moins de plaisir que le solo, qui est lui très travaillé.

 

 

Les points positifs :

  • Un solo riche
  • Des courses toutes différentes les unes aux autres
  • La beauté des paysages
  • Des sensations dès la première course

Les points négatifs:

  • Le mode multijoeur très pauvre
  • On aurait aimé plus de difficulté
  • Le rewind trop présent

Pour Conclure

7.5

sur 10

ENFIN. Milestone réussit à satisfaire les fans de jeu de course arcade. Tout le monde peut y jouer, la prise en main n'est pas compliquée, la sensation de vitesse est présente en quelque seconde (et immersif en vue FPS) et nous prenons plaisir à faire ce mode solo non redondant. En bref, Gravel réussit, sans pour autant être révolutionnaire, à convaincre qu'il peut se faire une place dans ce genre. Malgré un multijoueur presque absent, Milestone confirme leur talent concernant les jeux de courses. En espérant avoir une suite en améliorant les quelques erreurs !