Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image
Scroll to top

Top

Pas encore de commentaire

Test : WWE'12

Test : WWE’12
Bastien

 

Après avoir reçu le nouvel opus de Smackdown VS Raw, sobrement intitulé cette année WWE’12, j’ai pu m’y essayer ce weekend, et je vous en livre le test à chaud.

Tout d’abord, je tiens à préciser que le dernier Smackdown auquel j’ai joué était le 2009 sur Xbox 360, une période relativement longue s’est donc passée me concernant, et mon jugement risque peut être de manquer un petit peu d’objectivité (ou pas remarque).

 

Pour effectuer ce test, il m’a fallu déjà revenir aux fondamentaux de la série et me réapproprier le gameplay via quelques matchs en mode « Exhibition », et j’avais oublié à quel point ce dernier était compliqué ! Mais bon après 15 min on arrive à bien gérer la chose…

 

Le gameplay donc, l’organe central du jeu, est très technique. Il ne faut pas arriver sur le ring en appuyant sur tous les boutons et espérer gagner, c’est sûr que cela ne sera pas le cas. Car concrètement, ce qui vous donnera la victoire dans WWE’12, c’est votre capacité à être réactif et à parer avec synchronisation les attaques de votre adversaire ; pas de synchronisation signifiera irrémédiablement votre KO sans autre forme de sommation, et celui-ci pourra intervenir très vite, pour peu que vous soyez en mode « Fatal 4 Way » et que vous vous preniez un ou plusieurs coups de chaise entre les dents…

 

 

Mais un autre point de WWE’12 est, je trouve, assez notable, à savoir le graphisme. Certes comme je l’ai dit plus haut, mon seul point de comparaison est un opus d’il y a 3 ans, néanmoins force est de constater que c’est beau, il y a certes quelques pixels disgracieux qui traînent par-ci par-là dans les décors, mais les personnages sont vraiment très bien modélisées, et la caméra zoom bien sur les différentes prises exécutées sur le ring, on a l’impression de voir les Superstars comme si l’on regardait l’émission Raw !

 

Et les Superstars, parlons-en, le roster est très étoffé. On a environ une trentaine de personnages accessibles dès le début, plus un certain nombre à débloquer au cours du jeu. Pour ma part, j’étais un peu déçu de ne pas retrouver certaines Superstars comme Shawn Michaels, Chris Jericho, Batista ou Ric Flair, mais bon c’est vrai que j’ai 3 ans de retard… Tant que John Cena et Triple H sont là, c’est le principal ! ^^ On aura aussi l’occasion de jouer avec les magnifiques Divas de la WWE, mais bon c’est anecdotique… Le catch c’est un truc de mecs, on est pas là pour voir des danseuses ! (ouuuuh macho !!! hé oui, vous avez raison ;p)

 

Au niveau des modes de jeu, on retrouve exactement les mêmes choses que dans les précédents volets, Exhibition, Fatal 4 Way, Royal Rumble, TLC, Steel Cage Match, Tag Team etc. mais aussi et surtout le fameux Road To Wrestlemania sorte de mode Histoire. C’est ce mode qui va donner réellement de l’intérêt au jeu, car on va participer à plusieurs histoires l’une après l’autre, on va ainsi commencer avec Sheamus, pour ensuite poursuivre avec Triple H puis probablement avec quelqu’un d’autre mais je me suis arrêté là au moment où j’écris ces lignes.

 

 

Le doublage n’est pas en reste lui non plus car nous avons droit à toutes les voix originales des différents protagonistes, y compris concernant les commentateurs. Les musiques elles aussi sont très réussies, mention spéciale à l’opening « Burn It To The Ground » de Nickelback qui, curieusement, colle très bien avec l’ambiance (alors que le groupe n’est pas à proprement parler synonyme de testostérone et de violence brute).

 

Tout va bien dans le meilleur des mondes donc ? Presque. Car WWE’12 n’est pas non plus exempt de tout défaut. Le défaut majeur concerne l’animation des combattants, on a franchement l’impression de diriger des robots avec des balais dans le c**, et s’il est bien un point qui n’a pas évolué depuis l’opus 2009, c’est bien celui-ci. Et le problème c’est que ce souci d’animation provoque un dommage collatéral, celui de la vitesse d’action qui est, il faut bien l’avouer, poussive au possible. Il est vrai que le catch reste une grande et vaste comédie, mais lorsque l’action s’arrête entre deux bourres pifs juste parce que l’ordinateur est incapable de faire en sorte de « lier » les actions entre elles, c’est assez dommage et cela renforce l’esprit truqué des joutes… 

 

 

Conclusion : Malgré quelques lenteurs d’animations, ce WWE’12 est un très bon cru. Je n’ai pas suffisamment de recul pour prétendre que ceux qui ont déjà l’opus 2011 pourront passer leur chemin, en revanche, ce qui est sûr, c’est que les fans de catch seront aux anges avec ce volet, tant la durée de vie y est conséquente. Techniquement très beau, assez élitiste dans son gameplay mais très fun dès lors où l’on essaye de le maîtriser ; WWE’12 représente une valeur sûre du jeu de combat, et en plus de ça on peut jouer à 4 en même temps, idéal pour varier les plaisirs en soirées entre deux parties de FIFA 12 ! Une très bonne surprise pour ma part !

 

Ma note : 17/20

 

WWE’12 est disponible sur Xbox 360 et PS3.