Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image
Scroll to top

Top

Pas encore de commentaire

[Cinéma] Avis / Critique : Need For Speed

[Cinéma] Avis / Critique : Need For Speed
ERROR_815
  • Le 15 avril 2014
  • https://twitter.com/ERROR_815

Adapter Need For Speed sur grand écran? Pari risqué ! Car oui, nous ne sommes pas dupes, les adaptations de jeux vidéo au cinéma on a déjà donné, et on s’est fait avoir à chaque fois quasiment… Mais pourtant il semblerait bien que celui-ci change la donne. Alors, transition du pad au grand écran réussie, ou vulgaire copie d’un Fast and Furious ? Réponse :

Sortie il y a bientôt 20 ans, la série Need For Speed a fait un long chemin sur nos consoles. Avec de très bons épisodes, et d’autres beaucoup moins… On ne peut nier le fait que NFS est devenu un incontournable du jeu de voiture. Et le 16 Avril prochain, Scott Waugh nous livrera sa version de cette série mythique. Inconnu au bataillon dans le monde des réalisateurs, Scott Waugh n’a eu qu’un « vrai » film à son actif avant Need For Speed (Act of Valor, 2012), avant ça, le bonhomme était principalement cascadeur et acteur, avec des rôles dans xXx, Mr. & Mrs. Smith, ou encore Starship Troopers 2. Avec un CV comme celui-ci, on est en droit ne pas être rassuré quant à l’adaptation du jeu… Et pourtant ! Mais avant de rentrer dans les détails, retour sur le synopsis :

Tobey Marshall et Dino Brewster partagent la passion des bolides et des courses, mais pas de la même façon… Parce qu’il a fait confiance à Dino, Tobey s’est retrouvé derrière les barreaux. Lorsqu’il sort enfin, il ne rêve que de vengeance. La course des courses, la De Leon – légendaire épreuve automobile clandestine – va lui en donner l’occasion. Mais pour courir, Tobey va devoir échapper aux flics qui lui collent aux roues, tout en évitant le chasseur de primes que Dino a lancé à ses trousses. Pas question de freiner…

GRAVITY

En voiture Simone !


Oui, je suis d’accord avec vous, le pitch n’est clairement pas un truc de dingue. Coté casting on retrouve dans le rôle principale Aaron Paul, si ce nom ne vous dit rien, c’est que vous avez vécu dans une grotte l’année précédente. Pour rappel, le bonhomme s’est fait connaître grâce à son rôle dans Breaking Bad (moins prestigieux, il a aussi eu des petits rôles dans les séries Urgence ou encore Beverly Hills…). Á ses coté, Dominic Cooper qui incarne Dino (Captain America 1 & 2), Imogen Poots (A Very English Man, Le Quatuor), Michael Keaton, le Julien Lepers américain ! (Robocop, Very Bad Cops), et Kid Cudi qui fait ses débuts dans le cinéma ! Les acteurs jouent dans l’ensemble plutôt bien, Aaron Paul, bien que son rôle ne soit pas extraordinaire nous prouve une fois de plus qu’il est un très bon acteur, Dominic Cooper s’en sort bien, Kid Cudi joue le rôle du « rigolo » de la bande, et le fait comme il faut, quand à Imogen Poots dans le rôle de la Barbie blonde, ça passe.

GRAVITY


Au premier abord, il est difficile de ne pas comparer le film à la célèbre saga Fast and Furious, ce qui est logique : des courses clandestines au volant de gros bolides, des courses poursuites avec la police, des rivalités, des histoires d’amour pas très intéressantes, et une fin que l’on voit venir dès les premières minutes. Mais ce qui différencie ce NFS d’un Fast and Furious ce sont d’abord ses courses de voitures qui contrairement aux films portés par Vin Diesel, se font en « circuit » totalement ouvert et non fermé. Cela a pour conséquence de devoir esquiver le trafic automobile, de voir la police débarquer à n’importe quel moment, bref, que du danger en plus. Et c’est en ce premier point que le film rejoint assez fidèlement le jeu vidéo. La seconde différence vient des voitures elles-mêmes. Bon je n’ai vu que les deux premiers Fast and Furious à l’époque, mais cette saga était avant tout tunning, néons de partout et nitro à tout va lors des courses. Dans Need for Speed, pas de tunning, pas de néons, et pas de Nitro, les courses se font à bord de gros bolides, comme cette Mustang inspirée du modèle Shelby GT500 (placement produit réussi d’ailleurs pour les 50 ans de Mustang cette année), ou encore d’autres grosses voitures de course dont j’ai oublié le nom mais qui ressemblaient limites à des vaisseaux spatiaux.

GRAVITY


Et forcément qui dit grosses voitures, dis forcément grosses cascades, et ça tombe bien, c’est la spécialité de Scott Waugh et celles-ci sont pour le moins réussies ! Ça fonce dans tous les sens, ça pète, ça se crash, le tout filmé en caméra embarquée pour la plupart, le résultat est impressionnant ! Et que dire des courses de voitures, ces derniers roulent à des vitesses incroyables, et au cinéma, avec le son, la sensation est géniale !

Il n’y a pas grand choses à reprocher au film si ce n’est son scénario un brin simplet dont la fin peut être devinée dès les premières minutes du film, une histoire d’amour pas franchement passionnante, et un Michael Keaton qui ne sert pas à grand choses. On espère aussi qu’Aaron Paul, après avoir brillé aux cotés de Brian Cranston dans la série Breaking Bad, ne va pas s’enfermer dans des rôles du genre,  sans grandes profondeur, il serait dommage de gâcher son talent ainsi.

Pour Conclure

7.5

sur 10

Sans être le film de l’année, Need For Speed a le mérite d’être une réussite dans son genre et une bonne adaptation du jeu vidéo. Les deux heures que dure le film passent à une vitesse incroyable, on ne s’ennuie pas une seconde, c’est dynamique, drôle (juste ce qu’il faut) et bien filmé, on en ressort avec une envie de rouler à 200 sur le périph’ ! A voir.