Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image
Scroll to top

Top

Pas encore de commentaire

[Cinema] Avis / Critique : La Fine Equipe ou plutôt la fin d’une équipe

[Cinema] Avis / Critique : La Fine Equipe ou plutôt la fin d’une équipe
TeMrn
  • Le 15 décembre 2016

“La Fine Equipe” raconte l’histoire de Varek, un petit groupe de rap de quatre personnes mené par Stan, la chanteuse black au flow ravageur. Le problème c’est que le groupe bat de l’aile et n’arrive pas à décoller. Un jour, Stan rencontre Omen, un de ses fans. Il lui propose ses services gratuitement pour aider le groupe lors de leur prochaine tournée, organisée à l’arrache par Stan pour sauver le groupe. Omen, ce petit blanc pas toujours réveillé, limite bordélique deviendra t-il le sauveur du groupe ?

 

La réponse n’est pas compliqué à trouver puisque l’on comprend dès le début ce qu’il va se passer, l’intrigue est sans surprise. On nous présente Stan la meneuse comme étant le personnage principale mais dès l’arrivée d’Omen on remarque vite qu’il va prendre une place importante dans la suite de l’histoire. Ce dernier est interprété par William Lebghil, qui joue Slimane dans Soda au côté de Kev Adams. Il apporte une touche de fraîcheur et d’humour à l’histoire nécessaire pour éviter de s’endormir.  

 

la-fine-equipe-1

 

Même s’il n’y a pas trop de suspens dans la narration, “La Fine Équipe” est avant tout un film sur un groupe: un crew dont les membres sont comme une famille. Tous issus de la banlieue et de l’immigration. Et même s’ils sont tous français, ils se revendiquent haut et fort “blacks d’abord!”. Omen lui est le petit blanc qui ne vient pas de la cité et qui n’est pas accepté par le groupe. Un peu comme le “chat blanc” qui va leur porter la poisse…

 

Le film manque de rythme, il y a des grosses longueurs mais on peut quand même apercevoir des messages fort dans ce film. Comme par exemple la volonté de Stan de s’émanciper en tant que femme dans un milieu majoritairement masculin. Et aussi une déclaration d’amour à la langue française. Tous les lyrics du groupe “Varek” ont été travaillées avec Oxmo Puccino. Il y a aussi un message fort contre la prédestinations des personnages issus des banlieues et sur les apparences qui peuvent être trompeuses.

 

Pour Conclure

4

sur 10

Pour conclure : Pour ceux qui arriveront à rentrer dans le film, vous verrez que ce n’est pas si creux que ça, qu’il y a une volonté de la réalisatrice à faire passer des messages qui lui sont chers. Dommage que la mise en scène, le rythme et l’esthétique du film peinent à servir ces messages.