Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image
Scroll to top

Top

6 Commentaires

Test : Tekken Tag Tournament 2

Test : Tekken Tag Tournament 2
Bastien

 

12 ans ! Ca faisait 12 ans que je l’attendais ce Tekken Tag Tournament 2 ! Suite du premier opus ayant fait les beaux jours du line up de la PS2, je pense que c’est le seul jeu depuis longtemps qui m’ait donné irrémédiablement envie de pousser des « j’ai hâte, hâte, hâte ! » ou « vivement qu’il sorte !! » en voyant toujours + de screens ou de vidéos de son gameplay, l’attente en valait-elle pour autant le coup ? Réponse dans ce test.

 

Tekken et moi, c’est une grande histoire d’amour, j’ai toujours été fan depuis  le premier épisode sorti e en 1995 sur feu la première Playstation, et aucun épisode ne m’a depuis lors déçu de la franchise (à part peut être le 4 qui voulait trop tester de nouvelles choses). Puis est arrivé en 1999, le premier Tekken Tag Tournament en arcade. Curiosité de l’époque et terreur de mon porte monnaie, ce jeu de combat permettait au joueur de se constituer une équipe de 2 combattants avec lesquels il pouvait switcher en plein milieu de combat sans temps mort. Le personnage non contrôlé voyait ainsi sa santé se régénérer progressivement, et l’essence même des combats tenait donc à l’habile gestion des ressources de ses personnages. Simple mais efficace, ce système permettait de dynamiser grandement le gameplay et de faire rapidement mordre la poussière à son adversaire, si l’on parvenait à maîtriser le système de « tag », consistant à l’époque à envoyer ce dernier en l’air pour le rattraper avec son équipier, ou encore d’enchainer une projection inédite à 2. 

 

 

Dans Tekken Tag Tournament 2, on retrouve exactement ce même principe, peaufiné et étayé pour l’occasion. Comme dans le premier opus,  chaque personnage aura ses affinités ou ses dissensions avec d’autres, et plus vous formerez une équipe qui a des affinités (ex : Baek et Hwoarang, ou King et Armor King), plus diversifiées seront les prises tag, et plus rapidement votre partenaire rentrera en mode « rage », ce qui lui permettra de d’asséner des coups plus puissants.

 

Mais au chapitre des nouveautés, on notera aussi le « tag assault », qui consistera à ce que vous et votre équipier vous mettiez en même temps sur la tronche de l’adversaire, et lui fassiez perdre de l’énergie encore plus rapidement que d’habitude…

 

Pas avare en contenu, ce TTT2 propose environ une soixantaine de personnages jouables issus de tous les Tekken, et certains seront disponibles en DLC gratuits (on ne peut d’ailleurs que saluer la politique de Namco à ce niveau qui, à l’inverse de son confrère Capcom, n’a pas décidé de nous prendre pour des vaches à lait) ; ainsi les fans dont je suis auront le plaisir de retrouver des personnages que l’on a plus vu depuis…. 12 ans, comme Jun, Forest Law, Michelle, Ogre, Kunimistu, Angel, P. Jack, mais aussi des personnages que l’on a jamais pu utiliser auparavant comme Jinpachi ou Unknown, ou encore une petite nouvelle, Jaycee, qui n’est autre que Julia Chang, grimé différemment et avec un autre style de combat. Même si beaucoup de personnages exploitent les coups d’autres (exemple Forest Law et Marshall Law), il y aura quand même toujours une ou deux subtilités de gameplay entre les deux qui fera la différence en combat. En revanche Gon n’est pas de la partie, un moindre mal néanmoins, tant le roster est étoffé.

 

 

On notera également un mode personnalisation absolument dantesque, bien plus étoffé que celui de Tekken 6 ! En revanche on retourne aux fondamentaux de la série Tekken, car dorénavant pour vous dégoter de belles pièces pour customiser vos personnages, il vous faudra les débloquer en jouant et non les acheter ! En effet, les habits disponibles dans la boutique en échange de quelques G (monnaie du jeu) ne sont pas toujours du meilleur goût, par exemple Hwoarang n’a plus son kimono blanc en tenue par défaut, il vous faudra donc jouer un peu de temps avec lui pour le débloquer ! Un autre point positif de la customisation est que dorénavant nous pouvons changer la couleur de tous les habits via une palette de couleur quand Tekken 6 ne nous offrait que 6-7 couleurs par défaut ; les plus stylistes d’entre nous pourront s’en donner à cœur joie ! Il sera également possible de rajouter une pléthore d’accessoires sur ses personnages favoris et vous pourrez même les utiliser en plein combat ! Il est assez décontenançant de faire face à Lei et qu’il vous tue à coups de revolver, ou encore d’affronter Hwoarang et qu’il vous achève à coup de panneau « Road Sign »…  mais le concept est très marrant en tout cas ! Il était déjà possible de le faire dans Tekken 6 mais qu’avec un nombre limité de personnages ; cette fois, tout le monde est servi et le jeu précise même comment sortir les coups avec ces accessoires !

 

D’un point de vue des modes de jeux, on ne retrouve rien de nouveau, aucun mode histoire (c’est bien dommage mais en même temps nous sommes en présence d’un spin off et non de la suite de Tekken 6), en revanche nous avons droit aux classiques modes arcade, team battle, versus etc. ainsi qu’au mode « fantôme », clone du mode arcade de Tekken 5, qui permet aux joueurs d’affronter des fantômes des meilleurs joueurs mondiaux ou ceux des développeurs, pour ensuite gravir des échelons et gagner des titres (1st dan, disciple, grand tekken, brawler, avenger, etc.), mais aussi les fameux éléments de customisation dont je parlais plus haut. Un mode assez intéressant fait également son apparition, à savoir le « Labo de Combat ». Dans celui-ci, vous dirigez Combot (l’équivalent de Mokujin dans Tekken 4), et vous vous lancerez dans un didacticiel assez bien fichu pour apprendre les rudiments du jeu. Par la même occasion, vous pourrez également acheter des techniques – pompée sur les autres personnages – pour customiser votre Combot à votre convenance, une bonne idée donc, aussi bien pour les néophytes que pour les experts de Tekken.

 

 

Tekken Tag Tournament 2, ce n’est pas que du 2 vs 2 ; en effet pour la première fois dans un Tekken Tag, il est possible de faire du 2 vs 1, celui jouant tout seul voyant sa santé se régénérer automatiquement et plus rapidement que son adversaire qui se trouve sur la touche. Pour ceux que le 2 vs 2 ou le 2 vs 1 rebute, il restera également l’option du 1 vs 1, bien appréciable également !

 

Beaucoup de personnages ont ainsi vu dans cet opus leur palettes de coups quelque peu étoffées, les stages sont en partie recyclés des autres Tekken (comme les niveaux School ou Moonlit Wilderness), d’autres sont en revanche des originaux créés pour l’occasion, comme le niveau se déroulant à Paris, celui se déroulant dans le pays du Père Noël (si si !) ou celui, plus contestable je trouve, de Snoop Dogg…  Les stages sont parfois destructibles (beaucoup + que dans Tekken 6) et on peut même faire tomber dans le vide ou dans l’eau, les badauds qui vous regarde combattre, ça ne sert évidemment à rien mais j’ai trouvé ça fun lol

 

Deux autres modes sympathiques viennent étoffer le tout, le mode « Musique de Tekken », qui vous permettra de changer les musiques des stages avec les vôtres ou encore avec les anciennes musiques de Tekken qui seront bientôt disponible en DLC, là encore gratuit selon toute vraisemblance. Le mode Theatre, quant à lui, vous permettra comme son nom l’indique de visionner toutes les cinématiques du jeu, mais aussi celles des anciens Tekken.

 

 

L’ensemble du soft se tient donc bien, même si les graphismes ne sont pas parfait (l’aliasing est encore et toujours là), l’action se déroule tellement rapidement en combat qu’il est impossible d’y prêter attention. Quelques freezes dans les combats sont néanmoins bien présents, y compris quand on joue en off-line, et ça, c’est nettement plus dommageable car le timing dans un Tekken est prépondérant pour espérer gagner… J’ai pour ma part installé le jeu sur le disque dur et le problème semble avoir pour le moment disparu… A voir donc.

Enfin, un point négatif concerne le gameplay, bien plus rigide et demandant davantage de précisions que Tekken 6 (par exemple en ce qui concerne les coups utilisant les diagonales), il devient de fait beaucoup plus difficile de jouer à ce jeu sur Xbox 360 que sur PS3, ce n’est que mon avis, d’autres me contrediront certainement à ce sujet.

 

Conclusion : Le roi est mort, vive le roi ! Se rapprochant de la perfection pour tout fan de la série, Tekken Tag Tournament 2 enterre selon moi Tekken 6, car il à tout pour plaire ; sa durée de vie exceptionnelle et son nombre de personnages conséquent, et la possibilité de jouer en 1 vs 1 font de ce jeu le Tekken le plus complet de tous les temps. Bien sûr, l’ensemble aurait pu encore être amélioré, en proposant notamment un mode Histoire et des graphismes un peu plus travaillés, mais il serait vraiment inopportun de sabrer cet opus tant il est génial à parcourir. Le Tekken ultime de mon point de vue, jusqu’au prochain Tekken évidemment ! 😉

 

Ma note : 18/20

 

Tekken Tag Tournament 2 est disponible sur PS3, Xbox 360 et bientôt Wii U