Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image
Scroll to top

Top

2 Commentaires

[Test] Pokkén Tournament (sur Wii U)

[Test] Pokkén Tournament (sur Wii U)
Lusgem
  • Le 28 mars 2016
  • https://twitter.com/lusgem

Beaucoup teasé ces dernières années, un jeu faisait rêver énormément de fan de la licence Pokémon, il s’agit de Pokkén Tournament, sorti le 18 mars dernier sur Wii U. Développé par Bandai Namco et en étroite relation avec des personnes ayant travaillé sur la franchise Tekken, Pokkèn a d’abord vu le jour sur les bornes d’arcades japonaises pour enfin arriver chez nous dans sa version finale sur Wii U. Enfin un vrai jeu de combat entièrement dédié à Pokémon sur console de salon ? C’est en tout cas ce que laissait présager ce qu’on pouvait voir avant sa sortie, mais est-ce vraiment le cas ?

Un scénario (presque) absent

Dans Pokkén, vous allez pouvoir jouer contre l’IA dans des ligues, contre vos amis en mode versus, et contre n’importe qui en ligne. Le mode « histoire » étant celui de la ligue Ferrum, c’est de celui-ci dont je vais vous parler maintenant. La ligue Ferrum est composée de quatre ligues différentes (auxquelles s’ajoute la ligue Fer après la fin du jeu). Ces ligues suivent toutes le même schéma, vous enchaînez d’abord des phases de qualification jusqu’à atteindre le top 8 pour pouvoir participer à un tournoi. Une fois le tournoi remporté, vous allez pouvoir affronter le champion de la ligue à laquelle vous participez pour gagner un rang et accéder à la ligue supérieure. Le plus long dans ces ligues, sont les phases de qualifications. Vous devez en effet participer à cinq combats sans interruption pour progresser dans le classement, le rang maximum que vous pouvez gagner lors de ces phases est celui du dresseur le mieux classé parmi les cinq. Si vous voulez gagner un peu de temps, vous devrez donc regarder la liste des dresseur présent avant de vous engager et donc choisir celle avec le meilleur dresseur à l’intérieur. Cette astuce est vraiment utile car si pendant les deux premières ligues ces phases vous sembleront relativement rapides, ce ne sera pas le cas des suivantes puisqu’elles seront composées de 80,90 et 100 dresseurs. Les ligues deviennent de plus en plus dures mais personnellement, je n’ai pas perdu de combat en ligue avant la fin des qualification de la ligue rouge (3ème ligue). Le jeu est assez facile contre l’IA mais prendra une autre tournure en ligne.
Maintenant je vais réellement vous parler du « scénario » de Pokkén. On s’en doutait un peu, un jeu de combat n’a pas forcément besoin d’une histoire très complexe. Mais là, on sent que l’histoire est vraiment mise de coté, on a quelques événements à la fin des deux premières ligues (qui sont pratiquement les mêmes) où on peut apercevoir (à travers l’unique cinématique du jeu) et combattre le mystérieux Shadow Mewtwo. Puis, après avoir fini la ligue rouge, on a le droit à de vrais événements d’histoire, on doit se déplacer sur la map pour aller combattre plusieurs dresseurs, puis Shadow Mewtwo. Mais c’est tout, il n’y a que ça, tout tourne autour de Shadow Mewtwo et des pierres de synergie (dont je vous présenterai la fonction plus tard dans ce test). Mais ces éléments ne sont pas dénués d’intérêt, ils servent principalement à introduire les deux personnages déblocables du jeu, à savoir Mewtwo et Shadow Mewtwo.

Pokkén Shadow Mewtwo

Un gameplay génial

Si le développement de Pokkén ne s’est pas du tout axé sur le scénario, on peut en revanche remarquer le grand soin apporté à la réalisation du gameplay. Les combats se déroulent en deux manches gagnantes et vous pourrez entre chaque manche choisir votre pokémon de soutien (parmi l’équipe que vous avez choisi avant le début du combat). Un combat dans Pokkén se déroule suivant deux phases, une phase terrain, où vous pourrez vous déplacer librement dans l’arène et une phase duel où vous combattrez en face à face. La transition entre les deux phases se fait après un coup puissant et de façon très fluide, cela n’est absolument pas un gène en jeu. Vous allez passer d’une phase à une autre plusieurs fois par combat. Une autre différence entre ces deux phases est que certaines attaques peuvent changer entre les deux, souvent pour un soucis de logique, mais il est assez facile de s’accommoder des nouvelles techniques. Les capacités des Pokémon sont pour la plupart assez proche de l’univers, et très agréable à regarder. De plus, on a la possibilité de se défendre (Bouclier qui se détériore au fil du temps et des coups), de contrer et d’effectuer des attaques d’empoignement (ce qui déclenche de belles animations). C’est fun, fluide et facile à prendre en main.
Petite particularité, en parallèle aux méga-évolutions introduites depuis la génération X&Y , dans Pokkén, on a le droit à une synergie. Les pokémons dotés de méga-évolutions prennent cette apparence (comme Méga-Dracaufeu X) mais les autres développent simplement un aura autour d’eux. Cette synergie est un lien entre le dresseur et le pokémon, rendu possible par l’énergie de Gaia, une pierre de synergie et une oreillette. Pour l’utiliser, il vous faudra charger une barre de Synergie en donnant et recevant des coups ou encore grâce a des orbes à ramasser sur le terrain. En mode synergie, vous devenez plus fort et plus résistant, et vous avez la possibilité de lancer une attaque spéciale très puissante. Mais ce n’est pas la seule particularité de Pokkén Tournament. Tout à l’heure, je vous ai parlé des pokémons de soutien, ce sont des équipes de deux Pokémons qui peuvent vous aider lors d’un combat, en attaquant, en vous offrant des bonus ou encore en diminuant les capacités de l’adversaire. Vous ne pouvez en choisir qu’un par manche parmi les deux que vous avez sélectionnés. Les paires de pokémon sont indissociables, et vous ne pouvez avoir trois équipes sur vous lors de la ligue.

Pokkén Suicune

Un casting complet ?

Complet ? Peut être pas par rapport à son nombre de personnages jouables. En effet, vous pourrez jouer 16 pokémons au total et même si il y a de grandes différences entre eux, vous aurez tout de même deux Pikachu et deux Mewtwo. Les personnages sont classés en quatre catégories : Standard, Technique, Vitesse et Puissance. Cela permet des combats très variés suivant celui qu’on prend. De plus, aucun des personnages ne se ressemble au niveau du gameplay, il n’y a donc pas de doublons. Nous pouvons aussi remarquer le soin apporté à leur sélection, nous pouvons retrouver des personnages que je n’aurais personnellement jamais imaginer dans un jeu de combat, comme Suicune ou encore Lugulabre. Malgré tout, pour un jeu qui s’adresse principalement au fan de la licence, on aurait aimé avoir un peu plus de personnages jouables. En plus de ceci, nous pouvons quand même voir d’autres pokémons à travers les 30 équipes de soutien disponibles et parmi les éléments de décor des terrains disponibles. Les terrains sont assez nombreux et ont pour particularité d’être plus ou moins longs et arrondis.

Pokkén jouables

Une manette spéciale indispensable ?

Afin de réaliser ce test, j’ai voulu me procurer la manette spéciale Pokkén créée par Hori censée reprendre le design du pad arcade de Pokkén au Japon. Cette manette a pour particularité de n’avoir que deux gâchettes L et R (les autres ont été rajoutées à coté des boutons select et start) et d’avoir une croix directionnelle à la place du joystick gauche. Ce qui est bien avec cette manette, c’est que les deux gâchettes inutiles dans Pokkén ont été enlevées et donc ne gênent plus (même si on s’habitue assez vite à utiliser les bonnes sur un pad pro classique ou sur le gamepad, on a plus tendance à appuyer sur ZR et ZL que R et L). De plus, la croix directionnelle permet de savoir facilement l’attaque qu’on utilise. Cette manette est filaire et se branche directement en usb sur la Wii U et son principal problème est qu’elle n’est utilisable que sur Pokkén.
La manette est donc très bien et pour Pokkén je la préfère au pad pro. Cependant, n’en achetez surtout pas deux dans l’espoir de jouer avec un ami puisqu’en mode versus, le deuxième joueur sera obligé de jouer sur l’écran du gamepad. Ce mode peut représenter un véritable confort de jeu mais vous oblige donc à utiliser les touches du gamepad et donc vous déstabiliser si vous avez l’habitude d’une autre manette. Autre élément important et surtout dérangeant concernant les manettes. Vous ne pouvez pas décider de commencer à jouer avec le pad pro, puis continuer avec la manette Pokkén une fois l’écran titre passé. Vous devez absolument choisir votre manette à ce moment là, car même si vous pouvez utiliser n’importe quelle manette sur la carte, lors des combats, la manette que vous n’avez pas sélectionnée au début sera temporairement inutilisable.

Manette pokkén 2

 Le « super » village

Un gros aspect bien inutile et beaucoup trop utilisé dans Pokkén, la personnalisation ! Si vous n’avez pas de skins pour vos pokémons vous en aurez pour votre dresseur et votre coach. Si la coach n’a que quelques tenues déblocables au fur et a mesure des combats, votre dresseur lui pourra décider de s’acheter une nouvelle coupe de cheveux, paire de lunettesVos Pokégolds ne serviront d’ailleurs qu’à ça. Vous pouvez aussi par ailleurs personnaliser votre titre en gagnant des succès au fur et à mesure des matchs. Mais la personnalisation ne s’arrête pas la et prend une forme un peu plus utile ici. En effet, vos pokémons pourront monter en niveau et ainsi répartir des points de compétences dans quatre catégories différentes (Attaque, défense, synergie et stratégie), et ce qui est bien ici, c’est qu’on peut modifier cette répartition à tout moment dans le village.
Ce village, mon grand amour… Le gros problème de Pokkén c’est qu’à chaque fois qu’on veut changer de pokémon jouable ou de soutien, on doit revenir dans ce village. Et c’est vraiment frustrant, on dirait que les développeur ont voulu qu’on se rende moins compte du faible nombre de personnages jouables, en nous forçant presque à ne jamais en changer. On peut aussi modifier les compétences d’encouragement, ce sont des bonus accordés par votre coach qui s’activent à un certain round et qui concernent les jauges de soutien et de synergie. Enfin, je vais vous parler un tout petit peu des fonctionnalités amiibo, en plus de la carte présente dans les premiers tirages de Pokkén qui vous permet de débloquer Shadow Mewtwo (en combat local, solo et entraînement), vous pouvez utiliser les autre figurines que vous avez en décoration chez vous pour… débloquer d’autres éléments de personnalisation ou encore gagner des golds. La carte de Shadow Mewtwo, en plus de devenir totalement inutile une fois le personnage débloqué définitivement dans le jeu, doit être activée à chaque démarrage de Pokkén pour être utilisable.

Pokkén village 

Points positifs :

  • Le gameplay

  • Le matchmaking ultra rapide

  • Chaque pokémon à son gameplay

  • C’est beau et fluide

Points négatifs :

  • Un peu facile

  • Les qualifications de ligue sont très longues

  • On aurait aimé un peu plus de personnages…

  • Les allers-retours dans les menus

Pour Conclure

7

sur 10

Pokkén m'a convaincu grâce à un gameplay fluide et efficace. Cependant, la faible densité du casting m'a un peu déçu et la difficulté présentée ici ne représentait pas un véritable challenge, une fois Shadow Mewtwo débloqué, je ne vois plus l’intérêt de continuer à jouer contre l'IA. Heureusement que le mode en ligne fonctionne bien, en espérant que le jeu perdure. Si vous êtes amateur de Pokémon et de jeux de combat faciles d'accès, je ne peux que vous conseiller de jouer à Pokkén.
  • Jeremy

    Salut,

    Ce jeu est tout simplement génial. C’est vraiment dommage qu’il n’y ait pas plus de personnages jouables.

    Au revoir

    • Peut-être qu’il y aura des mises à jours ou DLC plus tard ! 🙂