Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image
Scroll to top

Top

3 Commentaires

[Série TV] Critique Sense8

[Série TV] Critique Sense8
Camorra

Vraiment ? Les frères Wachowski se lancent dans une série ? Et une série signée Netflix en plus ? Ça a de quoi intriguer, le duo étant capable du meilleur (au pif, Matrix) comme du pire (toujours au pif, Matrix 2 et 3)… Certes, sur cette série, vous avons plutôt affaire à un trio, Joseph Straczynski (Babylon 5, Spider Man version comic…) venant compléter l’équipe niveau réalisation, mais le marketing a plus mis l’accent sur le duo, et on sent vraiment leur patte dans cette série donc nous allons mettre Straczynski de côté pour cette critique, tu nous pardonneras Joseph.

Une petite bande-annonce

 Synopsis

Commençons par le synopsis, il est simple, très simple, 8 personnes éparpillées aux 4 coins du monde se retrouvent connectées pas une vision commune, celle de la mort d’une femme. Suite à ça, les 8 protagonistes peuvent voir ce que les autres voient, ressentir ce que les autres ressentent, se déplacer (mentalement parlant je veux dire, leurs corps restent sur place) pour rejoindre leurs potes de vision ou prendre le contrôle des corps des 7 autres membres du groupe.

Alors ça peut sembler un peu léger comme thème, oui ok, une histoire de « transcendance humaine » c’est sympa, mais comment tenir une série entière avec ça ?
C’est là que les frères Wachowski mettent en œuvre tout leur talent, ce qu’ils avaient brillamment fait sur Matrix, c’est à dire prendre des thèmes plus ou moins philosophiques (ici, l’évolution humaine, l’égo…), des questions de société (clairement c’est l’homosexualité qui prime, mais chaque personnage présente un ou des problèmes liés à sa propre culture), y ajouter une dose d’action, une photographie impeccable et pour couronner le tout une intrigue supplémentaire, ici une mystérieuse organisation qui pourchasse le groupe pour en faire… Ben on ne sait pas trop au fait, mais peu importe… L’important dans cette série ce sont les personnages et leurs liens, ce qui me fait une belle transition pour la présentation des personnages 😉

Les personnages

jonas

 

Je vais commencer par mon préféré, Jonas (Sayid dans Lost), qui pour le coup ne fait pas partie des 8. Sayid de Lost est un peu présenté comme le « mentor » des 8, mais il jouera un rôle bien plus important, et surtout bien plus ambiguë que simple mentor, je vais m’arrêter là pour éviter le spoil mais gardez en tête que c’est de loin le personnage le plus complexe, et par extension, le plus intéressant.

 

 

Pour les autres, un tableau sera plus simple !

PhotoNomPaysProblématique(s) abordée(s)Point(s) fort(s)Caractéristique(s)
 kala KalaInde

 – La mutation intensive de l’Inde

– La place de la religion en Inde

ScienceRomantique 
 sunSunCorée du Sud– La place de la femme en Corée Arts martiauxBadass
 capheusCapheus aka « Van Damme »Kenya

 – La pauvreté

– La corruption et l’accès à la médecine

Conduite Humour
 wolfgangWolfgangAllemagne– Le poids de la famille Maniement des armes à feuHumour
 litoLitoMexique

 – L’homosexualité et la célébrité

– La télévision comme opium du peuple

Jeu d’acteur Romantique
 nomiNomiSan Francisco

– L’homosexualité dans une famille conservatrice

– Lobotomie 

 Hacking Transgenre, militant(e)
 rileyRileyLondes/Islande

 – Poids des superstitions

– Drogue

 Sagesse Elle est un peu au centre du groupe
 willWillChicago

– Les gangs

– Les rôles prédestinés aux USA

 Formation de flic En relation avec Jonas

 

Evidemment, des liens privilégiés vont se former entre plusieurs duos, mais tout le monde va s’entraider pour régler les problèmes des autres, c’est un peu ça la morale de l’histoire, cette série c’est une grosse métaphore sur ce que la mondialisation pourrait apporter de positif, c’est un peu utopique, voire même complètement idéaliste mais ils posent là leur point de vue, et une fois n’est pas coutume à Hollywood, ce n’est pas l’Amérique qui va sauver le monde et prêcher la bonne parole, tout le monde est sur un pied d’égalité, c’est beaaaaaau

 

C’est bien joli tout ça mais…

 

Bon, ne vous y méprenez pas, je présente un peu Sense8 comme un chef d’œuvre, mais, si c’est indubitablement une série très riche, parfois envoûtante, avec des personnages très bien construits et attachants, des dialogues plutôt bien foutus… on est loin de la perfection !
Le gros bémol, ce qui m’a vraiment dérangée, c’est la tendance qu’ils ont parfois à partir en live, mais vraiment partir en live, ces scènes de 10 minutes où il ne se passe strictement rien, on nous balance juste des images comme ça, des flash, des images de naissance (âmes sensibles s’abstenir), pas forcément en lien avec l’intrigue du moment en plus, juste une sorte de délire artistico-psychédélique… Alors je veux bien qu’ils aient voulu se démarquer des autres séries, mais là, franchement ça va trop loin, on se croirait parfois devant un tableau d’art moderne (on ne se connait pas encore mais vous verrez à quel point je déteste l’art moderne, cette grosse arnaque du 20ème siècle), donc non Andy et Lana Wachowski, non, on est dans une série, un divertissement, mettez-y des thèmes tant que vous voulez mais pas de délire comme ça, vraiment, arrêtez par pitié.

carte

Autre bémol, c’est le rythme, on a clairement deux parties dans cette série, disons les deux premiers tiers « la découverte », avec un rythme très (trop ?) lent, beaucoup de questions existentielles (c’est vrai que de voir des gens que nous sommes les seuls à voir, du jour au lendemain, il y a de quoi se poser des questions). Et le dernier tiers où l’action prend une place bien plus grande et où l’histoire avance très (trop ?) vite. Ca donne un peu l’impression qu’ils ont commencé le montage tranquillou et ont fini par vouloir tout raccourcir pour rentrer dans le format prévu par Netflix (10 épisodes à la base, 12 au final), mais sans avoir le temps de retoucher la première partie… Dommage
Et enfin, dernier bémol, c’est que nous avons dès cette première saison les réponses à la plupart des questions que nous nous posons, qui sont les 8, pourquoi eux, qui est la nana du début, comment tout fonctionne… Par contre la réalisation laisse une légère porte ouverte à la fin, histoire de justifier une éventuelle saison 2 qui ne viendra probablement pas. Ce qui m’amène, transition magique numéro 2, à parler de la suite de la série 😉

 

Une saison 2 ?

 

Je ne sais pas si les audiences ont été à la hauteur des attentes de Netflix (difficile de battre un Orange is the new black ou un Daredevil) mais en tout cas les critiques ont été très divisées et la série est peut-être trop atypique pour justifier les coûts exorbitants de production (parce-que la série a bien été tournée pour de vrai aux 4 coins du monde), et franchement, même si j’ai vraiment bien aimé, je ne suis pas sûre d’avoir envie d’une deuxième saison, tout a déjà été dit dans ces 12 épisodes.

 

UPDATE 1 : Il y aura bien une saison 2 finalement !

UPDATE 2 : Si vous avez aimé la série (ou pas) je vous conseille le petit documentaire sur le tournage, disponible sur Netflix

Pour Conclure

8

sur 10

Pour conclure, et pour résumer aussi, c’est une bonne série, elle se regarde bien, les personnages sont bien construits (pas que les 8 d'ailleurs, il y a aussi pour chaque membre du clan des personnages secondaires qui sont tout autant attachants), l’intrigue est aussi soignée, sans parler de la photographie avec des plans dignes du cinéma… Mais bon, on a quand-même ce rythme un peu bancal et ces délires psychédéliques qui viennent partiellement gâcher le tout, dommage.
  • Isa Brivady

    Perso j’ai bien aimé. Mais il faudra faire fort si saison 2 il y a car beaucoup de séries au top.

  • Christophe

    Hello,

    Cette série me plaît beaucoup et je pense que je ne pourrais
    pas m’en passer ! Merci pour ce partage.

    Au revoir.

  • abyssefamine

    trop mou, trop de perso, on s’y perd par conséquent tout dépendra de la saison 2 !!!