Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image
Scroll to top

Top

Pas encore de commentaire

[Salon de la GamesCom] Top 5 des quelques miettes restantes

[Salon de la GamesCom] Top 5 des quelques miettes restantes
Gornwain

Nous l’apercevons au dernier virage, c’est la dernière ligne droite avant l’arrivée finale ! Lectrices et lecteurs, la fin est proche ; ou plutôt celle de la GamesCom 2016 qui se terminait ce dimanche à Cologne. L’occasion pour moi de faire un dernier arrêt sur une poignée de licences méritant votre attention.
Attachez vos ceintures, pour ce sublime et indifférent top 5 de l’enfer

N°5 : Ride 2

C’est le franc successeur du premier Ride, nouvelle licence créée par les créateurs de la série MotoGP, qui a obtenu à l’époque un résultat plutôt mitigé. Le studio Milestone a donc décidé de passer le deuxième rapport le 7 octobre sur PC, Xbox One et Playstation 4.
Toujours typé assez arcade, il se veut accessible et amusant comme d’habitude (les puristes de la conduite pourront pleurer). #HatersGonnaHate :mrgreen:  
Chaque sensation de course est vraiment différente d’une moto à l’autre, qu’on dénombrait autour d’une centaine à l’époque, pour passer à 230 aujourd’hui. Comme Forza, le jeu proposera quelques anecdotes historiques et techniques sur les marques et types de moto choisies. 30 destinations au programme, avec pas moins d’une cinquantaine de circuits (Nürburging 😈 ) et un gros effort qui a été consenti sur les graphismes, toujours en amélioration selon Milestone.

Ce qui fait la différence :

La force de Ride, c’était la customisation à outrance pour la moto (pneus, carénage, suspensions, …) et pour le pilote (gants, visière, casque, combinaison, …) et autres. Résultat : 1200 pièces différentes (800 pour le premier) en partenariat avec nombre de marques du secteur.
Le gameplay étant remis au centre dans la quasi-totalité des jeux de course, il était logique que Ride 2 fasse aussi un effort concernant le système de progression, qui sera basé sur un système de World Tour ainsi que d’un classement à échelle globale pour encourager le multijoueur (sous la forme de nombreuses récompenses).
En gros, un « Gran Turismo de la moto » fait par des passionnés du genre 😉

N°4 : Season after Fall

Créé en France, après plus de 3 ans de développement chez le studio montpelliérain de Swing Swing Submarine, ce jeu de plateforme à la Metroidvania nous attend pour le 2 septembre 2016 sur PC et Mac.
On incarne donc un petit renard, possédé par l’esprit de la forêt, qui doit alors partir à la recherche de l’esprit de chacune des 4 saisons, pour sauver la dite-forêt. Pour y parvenir, il faut résoudre des puzzles avec les pouvoirs accordés par les saisons.
La bande-son est juste incroyable, lyrique, façon « Bambi » de Disney ; des graphismes peints à la main façon aquarelle. Le plus important dans le jeu, c’est les énigmes/puzzles puisque l’on ne peut mourir dans Season after Fall. Et évidemment, on ne peut s’empêcher de faire la comparaison directe avec Ori and the Blind Forest ; force est de constater que le développement s’est passé AVANT celui d’Ori, et que Microsoft était derrière avec son chéquier, donc d’un certain côté, ça n’a absolument rien à voir (ne fait pas la comparaison toi dernière ton écran te dis-je). 👿 

N°3 : Little Nightmares

Prévu pour le printemps 2017 sur Xbox One, PC et Playstation 4, Bandai Namco se fait plaisir en soutenant le jeu vidéo indépendant et notamment le studio Tarsier (qui a travaillait sur les Little Big Planet) dans une licence basée sur un concept simple : regarder le monde et les peurs qu’il recèle à travers les yeux d’un enfant.
On part donc sur un environnement en 2,5D, où l’on interprète une petite fille en capuchon jaune appelé Six. Enfermée dans un complexe sous-marin, le but du jeu est de s’enfuir tout bêtement ! Mais attention à l’atmosphère oppressante qui y règne…
La taille du personnage contraste avec le reste de l’environnement, ou presque tout est démesurément grand. L’ambiance est bizarre/glauque, sombre et très malsaine : un parfait mix à mon gout. 😎 
Très travaillé au niveau du son, les graphismes cauchemardesques ne sont pas en reste et sont à tomber. On interagit avec beaucoup de choses (on escalade, attrape des objets, …), en jonglant entre quelques puzzles/énigmes, des plateformes, et de l’infiltration. Unique objet dans nos mimines : un briquet.
Pas de dialogues dans ce titre, le jeu fera passer son histoire par son environnement (à vous de la découvrir) 😉 Compter 6 à 8 heures environ de votre temps pour le finir.

N°2 : Kingdom Come Deliverance

Attendu courant 2017 sur PC et Playstation 4 et développé par Warhorse Studios, on va s’intéresser à un monde ouvert sandbox cohérent, doté d’un système de combat technique et d’interactions sociales réalistes à l’époque du Moyen Âge (promis par un certain Kickstarter)
Le synopsis : Henry, fils de forgeron a vu sa famille massacrée dans une attaque de bandits mené par Sigismund, le demi-frère de l’Empereur du Saint-Empire Romain . Il crie vengeance !
On est en face d’un réalisme exacerbé, possible par l’évolution d’un personnage totalement libre, et non linéaire suivant les parties (libre de ses actions, en bien ou en mal…). L’intrigue est située dans la Bohème du 15e siècle, et le détail apporté à la reconstitution de la région est à souligner (certains vestiges existent encore aujourd’hui pour de VRAI 😮 ).
Il n’est jouable qu’en total solo pour le moment. Le studio a tranché pour plus de qualité au détriment de la quantité : il n’y aura donc pas de centaines de quêtes, mais chacune sera incroyablement impliquante, et résoluble de nombreuses façons. Par conséquent on pourra au choix aller à la pêche aux indices auprès des PNJ (qui ont chacun leur « journée-type »), qui sont aussi particulièrement bien rendu au niveau des interactions, se basant sur de multiples facteurs personnels propres ; ou bien les agresser purement et simplement. 😛 
Plusieurs approches pour les attaques sont à envisager, à mettre en parallèle d’une localisation des dégâts, suivant le type d’armure ou la zone du corps touché en temps réel. La partie arme et combat est aussi bien remplie (personnalisation du style de combat, crafting, avantages/inconvénients de son arme face à l’armure de l’adversaire, …).
Le CryEngine est au service des graphismes, très développés avec une carte annoncé à 9 km² (39 pour Skyrim, et 130 pour The Witcher) mais la qualité surpasse la quantité ! Du coup, du fait d’un réalisme très recherché, la phase d’optimisation devra être une des priorités du studio pour éviter les effets de clipping, de retard d’affichage de textures, …
Sa sortie se déroulera sous la forme de 3 actes.

N°1 : Get Even

Le studio The Farm 51, quasi inconnu au bataillon nous sort une possible perle de sa coquille. Dans une ambiance sombre et pesante, dans une atmosphère d’asile psychiatrique pas si abandonné que ça …  Nous incarnons Cole Black, amnésique de son état (attendez voir ?) qui est à la recherche d’une certaine Grace, qu’il n’a apparemment pas pu sauver. (Coucou Shutter Island)
Annoncé comme un FPS orienté action, il est difficile de décrire ce jeu, mélange de fantastique et d’horreur. Les seuls objets que l’on possède pour le moment se résument à un smartphone des plus sophistiqués certes et d’une arme de poing, mais qui passe rapidement au second plan.
La mémoire est au centre de l’intrigue, ou l’on se retrouve successivement dans la peau autant de l’acteur de l’action que du spectateur de celle-ci ; l’instinct de survie et le réflexe animal guident la progression durant tout ce temps.
Minimaliste et facile à prendre en main, on nous plonge directement dans un ensemble angoissant très propre, avec des lumières de très grande qualité ; un boulot monstre sur le sound design à également été abattu. Le joueur est dans un état de tension et d’inquiétude constante, qui mérite on l’espère d’être intensifié par la VR (le studio y réfléchit…)
Le diagnostic sera posé pour mars 2017 sur PC, Xbox One et Playstation 4.

 

Ce fut un plaisir de faire ces quelques jours de GamesCom avec vous. J’espère que j’ai répondu aux attentes de la majorité d’entre vous concernant les titres vidéoludiques, même si TOUT abordé est un non-sens total vu la déferlante de titre présent sur le salon.
Pouce bleu. J’aime. RT
Vous savez ce qu’il vous reste à faire 😀