Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image
Scroll to top

Top

3 Commentaires

Rétro Test : Tekken 1 sur Playstation

Rétro Test : Tekken 1 sur Playstation
JulSa_
  • Le 31 août 2011
  • http://www.julsa.fr

 

Comme chaque mercredi voici le nouveau Rétro-Test de Bastien ! Cette fois-ci c’est Tekken 1 sur Playstation qui passe sur le banc d’essai. Amateur de baston et de bourre-pif en tout genre, le rétro test qui va suivre est pour vous !

En effet, nous allons parler aujourd’hui d’un jeu de combat qui reste pour moi un classique du genre et une référence en la matière, j’ai nommé Tekken, jeu sorti en novembre 1995 sur la première Playstation, et qui va s’imposer comme une licence phare de cette console.

 

A l’époque dans l’univers du jeu de combat 3D, un seul éditeur avait la suprématie, il s’agissait de Sega, dont le très bon Virtua Fighter n’en finissait plus de compter des adeptes. Jusqu’à ce jour béni des dieux (j’exagère à peine), où un petit éditeur outsider, nommé Namco, va venir marcher sur les plates-bandes de Sega à grands coups de taloche dans la poire.

 

 

Car Tekken n’est ni plus ni moins, à la base, que la réponse directe de Namco à Sega. Tous les codes qui ont fait la notoriété de Virtua Fighter ont ainsi été repris, arrangées, repensés, voire magnifiés par Namco.

 

Le synopsis est assez travaillé, il est suffisamment rare à cette époque de voir des jeux de combats avec un vrai scénario pour qu’on le souligne. Ainsi l’histoire va tourner autour du personnage de Kazuya Mishima et de son père, Heihachi. La femme de ce dernier étant décédée en mettant au monde Kazuya, Heihachi considéra que son fils était le seul responsable de ce décès.

 

Eprouvant de la haine envers lui, Heihachi tenta de l’assassiner en le jetant dans un ravin alors qu’il n’était encore qu’un enfant. Seulement, Kazuya en réchappera et profitera d’un tournoi d’arts martiaux organisé par son père pour réapparaître et se venger de lui.

 

 

Graphiquement, nous avons droit à un jeu de qualité, avec une 3D bien maîtrisée, alors que nous n’étions qu’au tout début de ce que la Playstation avait à offrir. Les environnements sont très jolis, avec des décors très différents les uns des autres, on retrouvera donc le temple d’Angkor Vat, la banquise, un stade, une île…, du tout bon ! A noter que les environnements sont infinis à l’époque, c’est-à-dire qu’il n’y a aucun mur pour bloquer vos déplacements, ce qui dynamise davantage les joutes.

 

17 personnages, en incluant ceux à débloquer, sont jouables dans ce jeu, et l’équilibrage vitesse/force/technique entre eux est bien maîtrisé. Le character design des persos est très bien pensé aussi, on retrouvera donc entre autres, Nina, l’assassin professionnel ; King, le catcheur mexicain ; Law, l’artiste martial qui a tout emprunté à Bruce Lee ; Yoshimitsu, sorte de « Robin des bois » humanoïde ; Jack, le robot militaire ; Kazuya, l’écorché vif un peu grunge… etc.

 

 

Côté son, on retrouve de superbes musiques en qualité CD, qui se marient bien avec les environnements (mention spéciale à la musique « Stadium » que, personnellement, j’adore) ; les bruitages quant à eux présentent une certaines redondance, mais correspondent parfaitement aux protagonistes à qui ils sont rattachés (rugissement pour King, cris à la Bruce Lee pour Law, etc.)

 

Le gros point fort de Tekken, par rapport à son concurrent Virtua Fighter, est qu’il est beaucoup plus accessible et simple à jouer, le gameplay est beaucoup plus intuitif, sans pour autant être moins technique. N’importe quel novice pourra sortir un combo dans Tekken, pourvu qu’il soit capable de mémoriser une suite de boutons ! Un petit tour dans le mode « Practice » suffira à vous montrer la relative facilité de ce soft dans tout les cas 😉

 

Conclusion : Namco signe ici un de ces premiers gros hits de la Playstation, d’autres suivront, avec notamment les suites de Tekken, mais aussi Soul Blade, Air Combat ou encore Time Crisis. Le jeu est accessible tout en restant une valeur sûre du combat technique, et les protagonistes sont aujourd’hui devenus des icônes du jeu de combat, permettant de prouver s’il en était besoin, la notoriété qu’a réussi à se créer Tekken.

 

Ma note : 17/20

 

  • Ca me rappelle mon jeu de baston préféré sous psone « soul blade »

  • J’ai toujours preferai Street Fighter a Tekken mais je prefere largement Tekken 3 (avec gon et la parti de volley ball).

    Sinon tres bon test bravo

  • Je viens de me rendre compte que j’ai fait une faute d’orthographe dans mon test et que j’ai oublié les guillemets à « petit éditeur » lol, sinon la vidéo m’a donné l’occasion de percuter que heihachi a exactement les même bruitages que jack, la loose !!

    merci à vous pour vos coms, et @bartounet, soul blade sera bientôt testé 😉