Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image
Scroll to top

Top

8 Commentaires

Rétro-Test : Super Mario Bros 2 sur Nes

Rétro Test : Super Mario Bros 2 sur Nes
Bastien

 

Amateur de rétro gaming, ce premier Rétro Test du blog Julsa.fr est pour vous ! Nous sommes en 1988, époque à laquelle les hostilités entre Nintendo et Sega débutaient afin de savoir qui était le meilleur constructeur de console de salon, avec respectivement la NES (Famicom) et la Master System. Cette période charnière dans le monde vidéoludique voyait également l’émergence de « mascottes » propre à chaque constructeur; à l’heure où Sega hésitait encore entre Sonic et Alex Kidd pour porter son étendard, Nintendo avait quant à lui bien compris que sa mascotte ne pouvait être que le gentil plombier Mario, lequel lui avait permis d’asseoir définitivement sa notoriété 3 ans auparavant avec Super Mario Bros.

 

 

Ainsi, Nintendo a jugé opportun d’éditer une suite à son hit de 1985 (logique marketing oblige) – suite qui n’en sera finalement pas vraiment une, puisque la véritable suite de Super Mario Bros. s’est vue être intitulée « Super Mario Bros. : The Lost Levels » (uniquement disponible chez nous sur Super Nintendo dans la compilation Super Mario All stars) – mais qui aura le mérite, pour une fois, de sortir en Europe 4 ans avant sa sortie au Japon ! (vous avez dit cobaye? non non….)

De fait, de ce Super Mario Bros 2 n’émergera aucun lien direct avec le 1er opus. En effet, cet épisode est à part dans tous les jeux de la licence Mario. Ici point de fleur vous permettant de cracher des boules de feu, point de niveau aquatique où Mario pourra nager, Bowser n’existe même pas et le méchant du jeu s’appelle Wart !

 

 

Nintendo a donc vraisemblablement voulu révolutionner de fond en comble sa formule de base.

Nous nous trouvons donc avec un jeu vous proposant d’incarner un personnage au choix parmi les suivants : Mario, Luigi, Toad et Princesse Peach, chacun a une particularité différente, Mario a des capacités équilibrées, Luigi est lent mais saute très haut, Toad est très rapide mais la hauteur de ces sauts ne rivalise pas avec celles de ces 3 acolytes, Peach quant à elle est un peu lente mais compense par sa faculté de « voler » pendant quelques secondes.

Une fois votre personnage sélectionné, vous voilà parti dans une aventure pour le moins très particulière de 20 niveaux répartis en 7 mondes, assez compliqué voire très compliqué à terminer sans utiliser les Warp Zone, peut être est-ce le Mario le plus difficile que je connaisse d’ailleurs ! L’histoire, très alambiquée, vous envoie dans un rêve que Mario est en train de faire, ce qui explique les situations assez incongrues que vous allez rencontrer, comme par exemple ce niveau, particulièrement rébarbatif, où vous devez creuser du sable constamment pour progresser. –‘

 

 

Le gameplay est assez rigide et crispant, et la progression dans le jeu requiert une grande patience et beaucoup de sang froid. Pour vous défendre, vous pourrez toujours attraper vos ennemis et les envoyer les uns sur les autres pour les détruire, mais vous pourrez aussi utiliser des…. légumes ! Bien que tuer ses ennemis à coup de navets ou de poireaux m’a beaucoup amusé lorsque j’étais plus jeune, j’avoue être toujours un peu étranger au concept de létalité d’un légume….

Votre personnage aura aussi la possibilité, de temps à autre, de jouer au chimiste en herbe en attrapant une « potion magique » qui lui permettra, lorsqu’il la jettera, de faire apparaitre une porte sur le point de chute, cette porte vous permettra d’accéder pendant quelques secondes au « Sous Espace » (sorte d’envers du décor) et vous donnera parfois l’occasion de découvrir des objets pouvant être utile pour votre progression (point de vie, 1Up, Pièces, Clé… etc.), le tout est de savoir où les poser !

 

 

Graphiquement, le jeu est correct pour ce que la NES est capable d’offrir, et en revanche bien plus beau que son prédécesseur, les musiques sont de bonne facture mais vraiment (trop) redondantes et finissent très vite par casser les oreilles du joueur !

Un épisode en demi-teinte donc, le tout est d’adhérer à cet univers particulier que Nintendo a souhaité créer pour la deuxième aventure de sa mascotte; pour autant, ce jeu aura eu le mérite d’apporter quelques personnages qui font désormais partie intégrante du monde de Mario, comme les Shyguys (Maskass), Pokey (Le cactus qui bouge), Bob-Omb ou encore Ostro (Birdo).

 

 

Ma note : 14/20

 

Merci à Bastien, pour ce premier Rétro-Test. Restez connecté, le prochain arrive bientôt 😉

 

  • Loin de moi l’idée de dire que tu as fait une erreur dans ton article, mais disons que tu as oublier un détail important…

    En effet, ce Super Mario Bros 2 est surtout une réadaptation du jeu Yume Kōjō: Doki Doki Panic pour le marché américain.

    Ceci explique pour il y a bestiaire totalement différent entre le premier épisode et cette « fausse suite ».

    La version originale en vidéo :
    http://youtu.be/7utCPsyXEN8

  • Bastien

    C’est effectivement une occultation, volontaire qui plus est, car je n’estimais pas ce detail d’une importance capitale, mais il est vrai que le changement radical de cet episode par rapport aux autres s’en voit tout de suite plus « logique » lorsque l’on prend en compte cet element.

    Mais si demain nous trouvons Crash Bandicoot dans une adaptation de Ghouls n Ghosts, je ne suis pas convaincu que l’on pourra pour autant cautionner le changement ! ^^

  • (putain… « oubliER »… Je veux mourir !)

  • Et « Ceci explique pourQUOI » !!

  • Bastien

    Un ami de la langue française, ça fait plaisir ^^ je ne t’en tiens pas rigueur 😉

  • Je me suis fait la même réflexion, quand j’ai vu un rétro test sur le 2, je me suis dit que c’était surtout pour parler de cette arnaque de jeu pour les ricains 🙂

  • honnetement j’l’ai usé jusqu’à la corde ce jeu. Je l’ai prefere au 3 que je trouvais trop fouilli.

    Mais Nintendo, c’est comme Fender en guitare. On change pas une recette qui marche. On se tape toujours la meme chose depuis des annees (depuis mario 64, mario ca se repete, zelda idem), mais le public en redemmande.

    Moi mon mario prefere est presque celui ci, et mon zelda favori est le renegat : le 2.

  • j’ai jamais réussi a le finir :s 🙁