Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image
Scroll to top

Top

Pas encore de commentaire

Rétro Test : SSX 3 sur PS2

Rétro Test : SSX 3 sur PS2
Bastien

 

A quelques semaines de la sortie du reboot SSX sur consoles HD, six ans après le dernier épisodes sur PS2, j’ai jugé opportun de revenir sur ce que je considère comme étant le meilleur épisode de la série : SSX 3 sur PS2.

 

Sorti en fin d’année 2003, SSX 3 révolutionne le jeu de snow-board sur console. Avant lui SSX et SSX Tricky avaient déjà tracé un sillon bien marqué dans la poudreuse, mais cet opus va magnifier le tout et se hisser comme la référence du genre sur PS2.

 

Dans SSX 3, on va nous proposer toutes sortes de modes de jeu, de la course simple, au contre la montre, en passant par le half pipe, le slope style et le big air. Ce qui m’avait plu à l’époque, c’est que l’on pouvait dévaler la montagne avec son rider et choisir le mode de jeu que l’on voulait, un peu à la manière d’un Need For Speed Underground, dans lequel on doit se rendre dans une zone pour sélectionner une course ; on pouvait également choisir de ne pas sélectionner de mode de jeu, et dévaler la pente en toute liberté s’assimilait ainsi à une sorte d’entraînement…

 

 

Et de l’entraînement il va en falloir pour maîtriser toutes les ficelles du jeu, car même si le gameplay est un modèle d’ergonomie, force est de constater qu’il faudra maîtriser tous les tricks pour gagner un maximum de points, tout en gardant à l’esprit qu’il ne faudra pas être trop gourmant lorsque vous les exécuterez car certains tricks sont longs à se lancer, et votre rider, lui met très peu de temps à se rapprocher de la terre ferme… et qui dit trick trop gourmand, dit chute ; qui dit chute, dit perte des points liés au trick, voire perte du combo de tricks que vous auriez pu éventuellement avoir !

 

Lors des courses, le but du jeu ne sera pas de faire des tricks, mais d’arriver premier à la fin ; ainsi il vous appartiendra de savoir s’il faut privilégier de faire des tricks, qui vous permettra d’obtenir par ailleurs un bonus de vitesse dans une jauge spécialement dédiée, soit de tracer votre sillon en ligne droite, sans gagner de boost, au risque de se faire dépasser sur la ligne d’arrivée par quelqu’un qui aura été plus clairvoyant et aura pu concilier les deux stratégies aux moments opportuns. Les courses seront d’ailleurs de plus en plus dures, des snow-boarders faisant office de « trafic » seront sur les pistes, des arbres feront leurs apparitions sur le trajet, des plaques de gel vous empêcheront de bien diriger votre rider, des avalanches se déclencheront, des raccourcis seront à trouver, on pourra mettre des taquets aux adversaires, bref de grands moments en perspective ! A noter d’ailleurs que le monde dans lequel on évolue est très vaste, avec 3 versants que l’on pourra visiter, dont un beaucoup plus dédié au hors piste, et qui vous met vraiment dans l’ambiance. En commençant votre course au sommet de la montagne, il vous faudra environ 30 min pour descendre l’intégralité de la montagne, c’est vous dire le pied total !

 

 

Le half pipe consistera à enchaîner un maximum de tricks sur un parcours en forme de cuvette, le plus gros score gagne à la fin ; le slope style est un peu le même concept, sauf que là vous serez sur un parcours dans lequel vous pourrez utiliser des rampes, etc. et être ainsi beaucoup plus créatifs niveau tricks ; enfin le big air consistera à une sorte de gros tremplin duquel vous devrez faire la plus grosse figure possible en une fois.

 

Graphiquement, le jeu envoie du bois, ça va vite, c’est bien animé, et on se croit véritablement à la montagne ! Le temps change également en cours de partie, permettant de jouer tantôt de jour, tantôt de nuit, tantôt à l’aube… Vraiment bien optimisé !

 

On pourra également personnaliser son rider au niveau des vêtements, de son équipement, des tricks qu’il sera capable d’exécuter, bref il sera fortement peu probable que votre rider ressemble à celui de quelqu’un d’autre !

 

 

Côté bande son, on a là aussi droit à du très beau boulot, très rock n roll et techno, de grands noms tels que Chemical Brothers, Placebo, NERD, Basement Jaxx, Fatboy Slim, Queens of the Stone Age, Yellowcard ou encore Felix Da Housecat ont prêtés leurs morceaux au jeu d’EA Big, et le simple fait d’entendre les titres de SSX 3 me font m’imaginer sur les pistes avec mon snow-board ! – encore faudrait-il que je sache parfaitement skier, ce qui est loin d’être le cas – Je vous conseille par ailleurs les morceaux « Go ! » de Andy Hunter, et « Good Times » de Finger Eleven, que j’ai découvert dans ce jeu et dont je suis totalement fan !

 

Mention spéciale à la voix off qui présente une émission de radio dans le jeu et qui s’occupe des transitions entre chaque morceaux, qui vous donne des indications sur la météo, sur les résultats des dernières compétitions auxquelles vous avez participé, c’est un détail mais j’ai trouvé que cela renforçait l’immersion !

 

 

Conclusion : SSX 3 est un pur jeu d’arcade, simpliste mais assez exigeant tout de même dans son déroulement, fun, jouissif, dépaysant, mon coup de cœur niveau jeu de sport sur la PS2, indéniablement ! Je fonde de grands espoir sur le prochain opus PS3 / Xbox 360, en espérant qu’il soit au moins aussi bien que celui-ci ! Je ne manquerai d’ailleurs pas de vous en écrire le test dès que je le possèderai 😉

 

Ma note : 18/20