MF Ghost – Avis à mi-parcours

par Inconnu Day

Au Japon, dans les années 2020, la voiture à conduite automatique a pris le pas sûr la conduite manuelle. Mais à contre-courant de tout ça, un mystérieux conducteur organise une course qui deviendra la plus suivie grâce à internet : la MFG. Des pilotes du monde entier viendront s’affronter sur les routes japonaises et devenir ainsi les nouvelles stars du sport automobile.

Plusieurs années après les débuts de cette course, le haut du classement est monopolisé par les supercar les plus performantes de ces dernières années, notamment celles de Porsche. Même la Nissan GTR35, la fierté du Japon, est reléguée à la troisième place. Mais les choses vont peut-être changer. Un nouvel arrivant fait son entrée dans la course : Kanata Livington, fraîchement sortie d’une école de pilotage anglaise. Il conduit une Toyota GT86, un coupé sportif à la puissance bien en deçà de celles de ses concurrents. Mais contrairement aux autres nouveaux de la MFG, il participe aux qualifications avec un seul objectif : finir dans le top 15 et affronter les meilleurs pilotes. Si tout le monde le prend pour un doux rêveur, ils changent d’avis quand ils remarquent ses temps anormalement bas. Et pour cause, puisqu’il serait l’élève du légendaire Takumi Fujiwara

Initial D vers MF Ghost

Suite indirecte d’Initial D et de son “Project D”, MF Ghost remet au goût du jour la légendaire saga de Street Racing éteinte 15 ans plus tôt en la professionnalisant. Fini l’époque où l’on descendait les petites routes de montagnes pendant la nuit. Réseaux sociaux, drone, argent, idoles en petites tenues moulantes, mégalomanie, circuit et voiture hors de prix, tout y est ! Nous sommes bien dans le secteur automobile moderne.

 

D’ailleurs, la Toyota Trueno AE86 laisse sa place à sa descendante la GT86. Un coupé sport de 200 chevaux pour 1200 kg. Une voiture plus petite et moins puissante que ses concurrentes directes. Un bon choix, certes bien moins typique que l’AE86, mais tout de même plus original que la plupart des voitures modernes.

gt86

Adaptation du manga éponyme de Shigeno Shuichi, également auteur d’Initial D (en 48 tomes chez Crunchyroll), MF Ghost possède actuellement 18 tomes depuis sa sortie début 2017 et n’est pas publié en France pour le moment. Comme on pouvait s’y attendre, le mangaka a gardé son style graphique très 80’s, ce qui se transmet jusque dans le chara design de l’anime. Ce dernier est en simulcast sur Crunchyroll depuis le 1er octobre 2023. Il est prévu pour 12 épisodes et 6 sont déjà sortis.

A lire aussi :   [Manga] Avis / Critique : Ultraman (Tome 1)

Sortie de route ?

A mi-chemin, il faut bien avouer que d’un point de vue scénario, le titre est assez mal engagé. Le premier épisode qui se devait pourtant prometteur, sortant la saga Initial D de sa léthargie, s’est avéré long et assez frustrant, puisque ne possédant rien de plus qu’une scène de démarrage, le reste étant occupé par les prémices d’une romance. Les second et troisième épisodes sont consacrés à la qualification. Presque 40 minutes de course où le héros est seul, les événements peu nombreux et les rebondissements quelque peu téléphonés. L’épisode 4 introduit quelques pilotes en prétextant un nouvel intermède faussement romantique. Les épisodes 5 et 6 nous proposent enfin une course, mais nous y reviendront.

 


Pour une saison aussi courte, il faut bien avouer que les quelques mystères encore présents sont très vite désamorcés. Le scénario réutilise des éléments qui existent pourtant depuis Future GPX Cyber Formula, incroyable anime sorti en 1991. De plus, si les dernières saisons d’Initial D avaient un défaut, c’était sans conteste de faire énormément parler les personnages pendant les courses pour mettre en avant l’action et surtout la temporiser. Un fait qui prend des proportions d’autant plus disproportionnées dans MF Ghost.

Le dérapage de trop ?

Du point de vue de la qualité graphique, le studio Felix Film nous livre une très bonne prestation. Le chara design de Shigeno est respecté, les voitures sont belles, la 3D globalement bien intégrée et les paysages à la hauteur de ce qu’on attendait d’une ville de campagne japonaise. Le traditionnel eurobeats, qui a fait connaître la saga en partie grâce au mème “Déjà Vu”, est également de la partie et plutôt de bonne facture.

A lire aussi :   Anime Devil May Cry de Netflix - Tout ce que vous devez savoir


En revanche, deux problèmes viennent entacher tout ça : le rythme et la réalisation. Si commencer la course à la fin d’un épisode est un grand classique des anime automobile, la faire durer sans véritable raison ne l’est pas. Compacter la course autour de l’action et mettre celle-ci en avant est généralement la technique utilisée pour ajouter du dynamisme à l’histoire, quitte à couper une bonne partie du parcours. Faire présenter le même point par différents personnages n’est également pas la meilleure des choses à faire pour mettre en avant un mouvement technique. La réalisation, quant à elle, est d’une platitude remarquable. Les quelques angles de vues originaux sont réutilisés encore et encore. Les scènes d’action sont même coupées en plein milieu de leur élan par des paysages. Des mouvements finalement sans grands spectacles sont mis en avant à outrance, pouvant aller jusqu’à causer une lassitude chez le spectateur.

 

MF Ghost Vs Initial D

Si quelques extraits de course parviennent à susciter l’intérêt, le rythme ou la réalisation viennent malheureusement faire redescendre les tours. Associer de l’eurobeats sans pour autant l’associer à une réalisation exceptionnelle, comme c’était le cas dans Initial D, laisse une sensation de dissonance. Comme si on avait collé un enrobage Initial D sur Wangan Midnight. Là où Initial D nous accrochait dès le début en introduisant la course en premier, ici l’attente est longue. Très longue. Enfin, malgré une qualité graphique abominable, même pour l’année 98, Initial D avait compris qu’avec une bonne réalisation, un scénario à couper le souffle et une exécution graphique irréprochable étaient loin d’être nécessaire. Une leçon que ferait bien de se remémorer MF Ghost.

Je suis globalement déçu par la première moitié de ce titre, il ne faut toutefois pas voir les choses tout en noir. Appuyé par une bonne qualité graphique, MF Ghost peut encore se reprendre et nous proposer une bonne réalisation. Au sixième épisode, les choses commencent à s’améliorer, l’espoir est encore permis.

Point fortPoint faible
GraphismeScénario
AutomobileRéalisation
Suite d’Initial DRythme

Vous pourriez également aimer

À PROPOS...

Julsa.fr est une fenêtre sur l’univers du jeu vidéo et de la high-tech. Notre mission ? Découvrir et partager avec vous les pépites du web, les jeux incontournables et les innovations technologiques qui façonnent notre quotidien. Plongez dans une exploration enrichissante et demeurez à la pointe des tendances digitales. En savoir plus…

Julsa.fr – © 2010-2024 -Tous droits réservés