Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image
Scroll to top

Top

Pas encore de commentaire

Gamescom 2014: Dying Light, ou comment ne pas trainer la nuit avec des zombies

Gamescom 2014: Dying Light, ou comment ne pas trainer la nuit avec des zombies
Stark Bears Alexis

Dying Light était un jeu qui m’avait interpellé lors de ses premiers trailers. Mélanger des déplacements à la Mirror’s Edge, avec des zombies, et du crafting dans l’esprit de Dead Rising, ça pouvait être très sympa. 

 

J’ai pu me faire une idée pendant la Gamescom, à travers une mission en coop.

dyinglight_screenshot06_gamescom

Lâchés dans un sous-sol lugubre, avec pour amis quelques armes craftées, et une lampe dont la batterie descendait très vite, il fallait planter une bombe tout en se défendant contre des morts-vivants agacés par le bruit et la lumière. Une excellente manière de découvrir le maniement du personnage. Une fois cette tâche complétée, il fallait s’enfuir à toute blinde de l’immeuble, en passant par toute une série d’obstacles à survoler en faisant du Parkour. Ainsi s’achevait la première partie de la démo.

dyinglight_screenshot03_gamescom

La deuxième nous faisait arriver à l’extérieur de l’immeuble, à la nuit tombée. Le petit soucis dans Dying Light, c’est que les zombies sont beaucoup plus agressifs et forts la nuit tombée. Sans compter qu’un des développeurs nous avait pris en chasse avec un infecté spécial (très similaire au Hunter de Left for Dead . ). Cet infecté se déplaçait en haut des bâtiments, et pouvait faire une attaque qui tuait sur le coup…Sauf si on utilisait le deuxième mode de la lampe torche, qui activait le mode UV. Les UV ne réussissent pas trop aux infectés, et ça affaiblissait suffisamment le monstre pour le tuer au corps-à-corps. Nous avions aussi la capacité de sonder un endroit pour savoir où était l’infecté spécial. C’était donc une course contre la montre, il fallait échapper aux attaques des zombies et du Hunter tout en détruisant les zombies-ruches qui spawnent des zombies (je suppose). Beaucoup de déplacements, quelques morts, et surtout de la coordination nous ont permis de survivre, en utilisant beaucoup la lampe UV.

dyinglight_screenshot07_E3

Outre le côté coopératif, il y avait des petites séquences où les deux joueurs devaient compléter des tâches le plus vite possible, et ce individuellement, histoire de rendre le jeu plus compétitif. C’était bien amené et très sympa.

 dyinglight_screenshot08_E3

Au final, Dying Light risque fort d’être un excellent jeu pour quiconque est lassé du jeu de zombie classique. Les déplacements, l’open world,  et la coop à 4 pourraient être la clé du succès à sa sortie en février 2015.