Focus sur les courses les plus dures au monde

par JulSa_

Si pour certains le sport en général et la course en particulier ne riment qu’avec entretien physique et remise en forme, pour d’autres, c’est tout autre chose. Pour un certain nombre de pratiquants (en réalité une minorité), le sport et la course représentent avant tout un moyen de dépasser ses propres limites. Il ne s’agit alors plus d’un loisir ni d’une partie de plaisir, mais d’une quête insatiable d’aller toujours plus loin et en particulier au-delà de la souffrance et des craintes. C’est justement ce que proposent quelques-unes des courses les plus dures du monde qui ne s’adressent, vous l’aurez compris, qu’aux plus téméraires et aguerris des coureurs. 

Le marathon des sables (MDS)

Le marathon des sables ou MDS accueille coureurs et marcheurs du monde entier dans l’aridité extrême et désertique du sud marocain.  Au niveau national, le marathon des sables qui se déroule dans le Sahara est une épreuve sportive extrême suivie par de très nombreux Marocains qui paris sur les vainqueurs de la course sur le site Arabicbet.org.

Sa création par Patrick Bauer remonte à 1986. Les maîtres-mots ici sont endurance, résilience et autosuffisance en nourriture (l’eau étant distribuée tout au long du parcours). Ainsi, chaque participant se doit de porter près de 15 kilos de denrées alimentaires sur son dos sur une distance pouvant varier entre 240 et 255 km selon les éditions.

 

Pendant près d’une semaine, les participants devront franchir les étapes les unes après les autres, gérer leurs efforts, leurs vivres et leurs temps de repos tout en bravant la chaleur écrasante, les pistes rocailleuses et les dunes de sable.  

A lire aussi :   IRC : International Runnning Club, quand la passion du running rejoint le lifestyle !

Le marathon des sables se décompose en étapes à la longueur et la difficulté variable, néanmoins, l’une d’elles est particulièrement redoutée. Il s’agit d’une étape dite “marathon” d’une longueur de 90 km sans pause et dans les conditions susmentionnées. Autant dire que tous et toutes n’en viennent pas à bout. Le marathon des sables est désormais une course de référence dans la catégorie “extrême” et fait partie des dix étapes (la quatrième) de l’Ultra-Trail World Tour.

Iron Man : Réservé aux hommes de fer

Si ce nom ne vous dit rien si ce n’est vaguement un film de super-héros avec Robert Downey Jr, ce n’est pourtant pas de ça dont il s’agit. Non, l’IronMan dont nous allons parler aujourd’hui est une des versions les plus longues, éprouvantes et extrêmes de la discipline du triathlon. 

 

Le parcours, d’une distance totale de 226 kilomètres, demandait aux participants qui voudraient en venir à bout de franchir 3,8 km à la nage, 180 km à vélo, suivi d’un marathon d’une longueur de près de 42 km. Bien entendu, il s’agit d’un triathlon, ce qui signifie que toutes ces épreuves se font à la suite l’une de l’autre. L’origine de la course Iron Man est à chercher du côté de l’île d’Hawaï dans les années 70. Il s’agit d’abord d’une compétition officieuse et à la portée régionale dont la première édition a lieu en 1978 à Honolulu. 

Il s’agit désormais d’un événement mondial se déroulant sur plusieurs continents, rassemblant des milliers de participants et bénévoles du monde entier et dont les retombées économiques se chiffrent en dizaine de millions de dollars par édition.

A lire aussi :   Comment les films zombies influencent la pop culture ? 

Ultra-trail du mont blanc (UTMB)

L’Ultra-Trail du Mont-Blanc fut créé en 2003 en remplacement de la course originelle d’une longueur de 150 km dont le terrible incendie du tunnel du Mont-Blanc en 1999 précipita la fin (certains passages de l’épreuve ayant lieu sur route). L’Ultra-Trail du Mont-Blanc est désormais une course individuelle traversant un total de dix-huit communes à travers la France, la Suisse et l’Italie. De nombreux coureurs ont pu repérer à l’avance les parcours grâce au moteur de recherche de courses Kavval

 

Les distances peuvent être variables d’une édition à une autre, néanmoins, quand la distance reste “modérée” c’est le dénivelé qui devient dantesque. Ainsi, pour vous donner un ordre d’idée du niveau requise pour se frotter à l’Ultra-Trail du Mont-Blanc, voici un aperçu de ce que doivent endurer les prés de 10 000 coureurs pour pouvoir participer à la compétition. Ceux-ci doivent parcourir une distance de 170 km sans aucune étape et gravir un dénivelé positif de 10 000 m. Autant dire que chacun sait où il met les pieds lorsqu’il s’aventure dans un tel périple. L’Ultra-Trail du Mont-Blanc fut dès sa création qualifiée de course de tous les superlatifs et à vrai dire, on comprend pourquoi. 

Enfin, inutile de dire que sauf conditions vraiment extrêmes et qui pourraient mettre en péril l’intégrité physique des coureurs, ceux-ci doivent tout donner sous le soleil, la pluie, la neige et même la grêle.Amoureux des épreuves sportives extrêmes, vous ne manquerez pas de continuer l’expérience en tentant prochainement peut-être le challenge Koh Lanta !

Vous pourriez également aimer

À PROPOS...

Julsa.fr est une fenêtre sur l’univers du jeu vidéo et de la high-tech. Notre mission ? Découvrir et partager avec vous les pépites du web, les jeux incontournables et les innovations technologiques qui façonnent notre quotidien. Plongez dans une exploration enrichissante et demeurez à la pointe des tendances digitales. En savoir plus…

Julsa.fr – © 2010-2024 -Tous droits réservés