Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image
Scroll to top

Top

Pas encore de commentaire

[Cinéma] Avis / Critique : Les Nouveaux Sauvages

[Cinéma] Avis / Critique : Les Nouveaux Sauvages
ERROR_815
  • Le 14 janvier 2015
  • https://twitter.com/ERROR_815

Après les récents événements de ce début d’année 2015, je pense qu’il va être bon de rire un peu et c’est pourquoi je vous propose aujourd’hui la critique des Nouveaux Sauvages, l’un des plus gros pétages de câble de l’histoire du cinéma.

Prévu pour le 14 Janvier sur nos écrans, les Nouveaux Sauvages, ou Relatos Salvajes si vous voulez le titre original, est le troisième film du réalisateur argentin Damián Szifrón. Au programme de l’humour noir (bien noir même), du rire, de l’énervement… Bref avant de vous en dire plus, jetons un coup d’œil au synopsis :

L’inégalité, l’injustice et l’exigence auxquelles nous expose le monde où l’on vit provoquent du stress et des dépressions chez beaucoup de gens. Certains craquent. Les Nouveaux sauvages est un film sur eux. 

Vulnérables face à une réalité qui soudain change et devient imprévisible, les héros des Nouveaux sauvages franchissent l’étroite frontière qui sépare la civilisation de la barbarie. Une trahison amour, le retour d’un passé refoulé, la violence enfermée dans un détail quotidien, sont autant de prétextes qui les entraînent dans un vertige où ils perdent les pédales et éprouve l’indéniable plaisir du pétage de plombs.

GRAVITY

Ce qui surprend et ce qui plait au premier abord avec les Nouveaux Sauvages c’est ce parti pris un peu à contre-courant de ce qui se fait actuellement, de nous offrir un film composé de plusieurs petites histoires sans aucun lien entre elles. Celui-ci démarre d’ailleurs de manière magistrale avec une intro tout simplement hilarante et qui donne le ton dès le départ, on est parti pour un bon 2 heure de cinéma déjanté mais réfléchi. Car contrairement aux comédies américaines traitant d’un sujet similaire (de personnes qui partent en live et envoient tout valdinguer) mais de manière totalement stupide, Damián Szifrón a bien compris que le pétage de câble était un problème de société qui pouvait toucher tout le monde. Le film nous permet donc de suivre les vies d’un avocat à qui l’on tente de voler habillement de l’argent, d’un agent de démolition qui reçoit le PV de trop, d’une mariée trompée ou encore d’une cuisinière âgée dans un resto d’autoroute. En soit des gens que l’on croise dans la vie de tous les jours, et pour qui tout se passe relativement bien jusqu’au jour du passage à l’acte, celui qui fait mal, celui qui libère, celui qui fait du bien.

GRAVITY

C’est aussi la force des Nouveaux Sauvages de nous offrir des histoires hilarantes, tristes, énervantes à travers des personnages lambda. Ces gens qui comme nous sont confrontés à des injustices ou des situations totalement énervantes… Le genre d’histoires digne des légendes urbaines dont on se demande si cela est bel et bien arrivé un jour et dont on se rend compte à travers le film et les circonstances des évènements vécus que ce genre d’histoires est totalement possible et presque justifié. Chaque épisode est porté par un duo ou un trio d’acteurs quasiment inconnu (chez nous en tout cas), mais vraiment bon et qui fonctionne à merveille, à l’image de cette course poursuite en voiture, ou ce mariage avec ce couple aussi fou l’un que l’autre.

On pourra reprocher au film de Damián Szifrón d’être assez inégale dans son rythme et ses histoires : certaines sont longues, mal jouées et assez bancales dans leur progressions, tandis que d’autres sont courtes et totalement réussies. Mais à part ça, pas grand choses à lui reprocher.

GRAVITY 

Pour Conclure

7

sur 10

Les Nouveaux Sauvages n’est pas le film de l’année bien sûr, mais il a le mérite de proposer autre chose, quelque chose de frais, de puissant, de jouissif. On rit, on s’énerve, ça nous déstresse, nous fait du bien. Le film de Damián Szifrón nous permet de nous défouler un peu inconsciemment malgré ce début d’année 2015 relativement merdique. A voir !