Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image
Scroll to top

Top

Un Commentaire

Test : Torchlight (XBLA)

Test : Torchlight (XBLA)
JulSa_
  • Le 12 avril 2011
  • http://www.julsa.fr

Sorti en 2009 sur PC, Torchlight est un hack and slash qui a su ravir rapidement les fans de Diablo et fait sont apparition sur Xbox 360.
Ceux qui ont déjà joué à FATE The Cursed King, vont tout de suite comprendre de quel type de jeu nous allons parler tant la ressemblance est frappante. Car aujourd’hui nous allons parler d’un petit jeu vendu depuis peu sur le XBLA pour 1200 Microsoft points.

Torchlight est le nom de la charmante petite ville minière dans laquelle commencera votre aventure. C’est le lieu principal où vous y trouverez des PNJ qui vous donneront des quêtes pour faire avancer l’histoire. Certains marchands seront là pour vous vendre des équipements, des objets ou bien des parchemins de sorts, certains serviront à enchanter vos armures/armes et sertir des gemmes.
Au début du jeu vous devrez choisir parmi les trois classes de personnages. La classe de corps à corps : le Destructeur (Destroyer), la spécialiste des armes à distances : la Conquérante (Vainquisher) et celui qui lance des sorts/arcanes à distance : l’Alchimiste (Alchemist).

 

Comme beaucoup de jeux de ce genre, les ennemis que vous tuez vous donneront de l’expérience et un nombre affolant de loot à ramasser. Avec ces points d’expérience vous monterez de niveau et ainsi gagnerez des points pour améliorer vos caractéristiques, apprendre une nouvelle compétence ou bien les rendre plus puissantes. Ces compétences sont rangées dans trois arbres  et c’est en vous orientant dans une en particulier que vous définirez votre affinité en combat. De plus il y a des sorts que l’on peut apprendre en ramassant des parchemins laissés par vos ennemis. Ou achetés via un marchand.
Vous aurez bien besoin de ces sorts, car sur votre chemin se trouve des ennemis basiques, mais aussi parfois des monstres bien plus puissants. Ceux là vous laisse beaucoup d’expérience et objets, mais aussi de la renommée.

 

Pour ma part, je ne sais pas si j’ai pris le perso lassant ou si je ne suis pas allé assez loin dans le jeu, mais qu’est-ce que je me suis ennuyé. J’ai pris la jeune conquérante, avec très vite un fusil et il me suffisait juste de tapoter sur A tout le temps et d’avancer dans une direction, s’en est devenu répétitif à mourir d’ennuis. On progresse donc avec une facilité déconcertante même quand on monte plus haut dans les niveaux de difficulté à condition bien sûr de ne pas laisser d’ennemis derrière soi. Il y a environ trente niveaux mais j’ai abandonné bien avant.
Techniquement le jeu n’est pas impressionnant et surtout il manque d’histoire, car on doit exploiter des mines et aller toujours plus bas… À croire que l’on va ressortir de l’autre côté de la planète !

 

De plus il est impossible de sauvegarder entre deux « fontaines de renaissance ». Ce qui oblige le joueur qui doit quitter le jeu prématurément à devoir se retaper tout le niveau à son retour. Sachant qu’il y a entre deux fontaines entre une et deux heures de jeu.
Pourtant, il possède un certain charme grâce à son style. En effet, graphiquement Runic Games a choisi de s’orienter vers un style cartoon avec des couleurs assez vives, contrairement à ses semblables qui eux sont plutôt dans une tonalité photo réaliste. En ce qui concerne les musiques on reconnait certains titres et bruitages issus de la série Diablo.

Pour conclure, Torchlight est un hack and slash old school avec une ressemblance à Diablo, mais aussi avec un univers graphique plus « fun ». Cette ressemblance est beaucoup dû au fait qu’il a été développé par la même équipe et qu’au final il n’aura aucun mal à séduire tous les amateurs du genre. Mais on sent qu’il ne possède pas sa propre âme et qu’il tente souvent de plagier son grand-frère et le manque de modes multijoueurs n’aide pas à oublier ces défauts.

  • Je sais même pas si je vais réussir à le finir ce jeu…