Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image
Scroll to top

Top

Pas encore de commentaire

[Test] La Terre du Milieu, L'Ombre de la Guerre : Witnessss

[Test] La Terre du Milieu, L’Ombre de la Guerre : Witnessss
Gornwain

L’œuvre mirifique de Tolkien passionne encore une foule incroyable et chaque nouvelle itération de franchise canonisée ou non, fait office à chaque fois d’un joli tremblement dans la sphère vidéoludique. Penchons-nous donc sur la dernière en date : La Terre du Milieu : L’Ombre de la Guerre, développé par Warner en collaboration avec le studio Monolith (connu entre autres pour les saga F.E.A.R et Condemned.

 

La Guerre EST l’histoire :

Et cette histoire est la suivante : nous retrouvons Talion et Celebrimbor devant la création d’un nouvel anneau, censé pouvoir renverser les armées orques ainsi que Sauron et le détruire. Mais avant cela, les hommes n’ont pas dit leur dernier mot au Mordor et nos personnages (Nous) allons devoir les aider, sous fond de complot avec Arachne, araignée mue en oracle qui a un lien très profond avec l’anneau et le Seigneur des Ténèbres. La défense de la forteresse humaine pour accéder à un Palantir est notre objectif de départ.

[expand title= »SPOIL (cliquez pour lire) »]Mais le Roi-Sorcier (non invité de la fiesta) triomphe sur la citadelle et du dernier bastion humain sur le domaine du Mordor.

Du coup, la conquête de territoires et d’armées pour les retourner contre Sauron peut alors commencer. Il apparaît clairement que les Anneaux, tout comme Celebrimbor sont maudits à jamais, qu’importent leur création et leur but précis, Sauron les corrompt à chaque fois car il leur est intimement lié de par son histoire avec le seigneur elfe.

On voit d’ailleurs une relation bien plus trouble entre le Rôdeur et Celebrimbor et entre tous les autres personnages que cet anneau « du Bien » arrive tout de même à altérer.

La fin est donc forcément ouverte, avec une vraie interrogation laissée sur la victoire sur Sauron, acquise grâce à Frodon (lien avec le 3ème film) et le devenir du duo Spectre/Tallion, ce dernier étant passé dans les ombres aux côtés des Neuf. [/expand]

 

La Terre du Milieu : L'Ombre de la Guerre : Minas Ithil

Critique historique :

Pour conclure de mes 40 heures de jeu, je dirais que l’introduction autour de Minas Ithil est beaucoup trop longue, mais installe un bon stand-alone au niveau de la création de Minas Morgul en matière de scénario. Toutefois, la campagne est relativement bien scénarisée, avec plusieurs arcs différents correspond chacun à un personnage secondaire, bien vu.

Ma plus grande déception porte sur la fin de la trame principale. Le plot twist de fin est intéressant, mais complètement gâché au regard du combat de fin [expand title= »SPOIL (cliquez pour lire) »]contre le Seigneur des Ténèbres, bien trop anecdotique alors que c’est vraiment le plus gros morceau de l’univers du Seigneur des Anneaux. [/expand]

Également sur le dernier acte qui tourne en rond sur la protection de forteresses contre les assauts guerriers répétés de Sauron [expand title= »SPOIL (cliquez pour lire) »]n’ayant plus de rival à part Talion corrompu [/expand] , encourageant les batailles totalement aléatoires entre victoire écrasante et défaite cuisante, totalement rageante car il faut TOUTES les reconquérir par la suite : de la défense encore et toujours (plutôt ennuyant pour un vrai end game). EXEMPLE : Un certain parfum de punitif flotte quand un chef de guerre coriace nous occis alors que la victoire était offerte à 99 % !

La Terre du Milieu : L'Ombre de la Guerre ; Orques

Silence bande de Schrack, ça tourne. MOTEUR. Action !

Alors oui le jeu est plutôt joli et on voit clairement la continuité de celui-ci avec le premier opus. Une différence est à souligner sur l’apport des textures 4K (20Go+ quand même 😯 ) sur un moteur certes correct, mais qui au regard des évolutions récentes va devoir entamer un vrai virage, car arriver à son maximum.

L’optimisation est plutôt bonne. La 4K a toutefois besoin de beaucoup de puissance graphique pour admirer son plein potentiel, mais la version Haute est largement suffisante et le niveau produit donne un effet relativement sympathique avec quelques réglages. Quelques subsistances de bug d’affichage ou de RNG lors de batailles ou d’embuscades, ou les OOB des ennemis au sein du monde ouvert ne gâcheront votre plaisir que quelques secondes tout au plus.

Un vrai travail de fond a été entrepris sur la modélisation des visages des personnages principaux et cela se voit, notre Talion n’a rien à voir avec l’ancien. Les orques bénéficient aussi de ce relooking visagiste et participe directement à l’amélioration du système Nemesis du premier opus.

Le système Nemesis en mode roue de la fortune

Notre cher et tendre mode Nemesis est beaucoup plus travaillé dans cette Ombre de la Guerre, on prend un réel plaisir en voyant les efforts des développeurs pour apporter de la variété, mais aussi de la continuité dans une idée qui était intéressante et maintenant bien plus élaborée. Les ennemis sont bien plus difficiles à vaincre, les dialogues tout aléatoire et toujours adaptés à la situation sont bluffants de réalisme et de personnalisation (une mort récente, trahison, victoire sur nous, …).

Les orques sont très réussis, j’ai ressenti beaucoup moins de redondance d’équipements que dans le premier opus (il me semble n’avoir vu qu’une seule fois un Chef ressemblant à un autre en 40H de jeu).

Les affrontements parfois avec un chef seul sont très faciles, si l’on a pris le temps de « farmer » un petit peu. Mais les choses se corsent à haut niveau ou lorsque parfois 5/6 chefs se suivent à la suite, chacun complétant les faiblesses des autres. Et on pestera plus d’une fois dans ces cas-là sur l’absence de delocking pour inverser la tendance et éliminer le plus dangereux le plus rapidement possible !

La Terre du Milieu : L'Ombre de la Guerre : Tableau Nemesis

Mais tu vas mourir à la fin ?

Au sujet des chefs suprêmes, ceux-ci sont parfois très harassants, très probablement une combinaison d’effets particuliers du fait de la RNG, mais pour moi ça a été parfois 20 minutes de sueur froide, RNG qui joue encore un rôle dans la grande différence par rapport aux ennemis soit très facile ou trop compliqué.

L’extension du Nemesis est la possibilité de rentrer à l’intérieur du nouveau système de Vendetta, donnant la possibilité de venger un autre joueur en ligne tombé au combat contre un chef plus fort ; agrémenté d’un système de grade pour devenir le plus grand assassin de tous les temps. Cela ne m’a pas semblé très intéressant sur le long terme je trouve que ce genre de multi tourne trop vite en rond, mais ce n’est qu’un avis subjectif !

Un micro bémol : bizarrement, je n’ai connu aucune vraie trahison ou sauvetage in extremis pour ma part de la part des orques. J’aurais bien aimé me faire poignarder dans le dos ou qu’un de mes orques se sacrifie pour moi. Meh .. tant pis 😎 

Un gameplay aux petits oignons, flambé au grog

Je le soulignais plus haut, les nombreuses orientations de quêtes donnent un peu de dynamisme à la quête principale, avec plusieurs arcs différents pour une même trame principale (quêtes annexes D’Eltariel, des hommes du Gondor, de la Magie, d’Arachne, …). La difficulté générale a aussi était nettement rehaussée avec un mode « ennemi juré » qui donne un vrai challenge personnel que j’ai désactivé au bout de 15 minutes 😆 .

Mon plus gros reproche est toujours le même à cette série, et l’Ombre de la Guerre ne fait pas exception : la facilité de cassage du jeu. Je m’explique.Le rythme peut être totalement figé en accédant au menu en plein combat, l’IA est constamment aux fraises au niveau de la reconnaissance de l’ennemi, avec parfois plusieurs secondes de retard avec mes déplacements.

L’identification des ennemis trop facile et constamment suivant le schéma suivant : trouver un vers, puis l’interroger, s’enfuir et se diriger vers notre nouvel ennemi. Ennemi qui parfois subit un décalage très important en différence de niveau lors d’attaques de forteresse suivant le moment où l’on décide de s’y attaquer (farming). J’avais parfois entre 50 et 100 niveaux de plus que l’assaillant, rendant le combat ennuyeux. Le Saut fantomatique est beaucoup plus puissant, mais pour contrebalancer cela, la carte s’en retrouve beaucoup plus grande et nécessite donc de débloquer de nombreux points d’aptitudes pour couvrir des distances sans cesse plus longues.

Quid de la stratégie ?

J’aurais pensé que les territoires seraient plus nombreux a conquérir que juste 5 forteresses (et encore), cela fait perdre un peu d’intérêt au titre qui veut nous faire jouer une guerre. De plus, l’IA ne se bat pas pour les reconquêtes, laissant de côté toute la dimension stratégie qui pouvait sortir son épingle du jeu que le tout-Action. Warner préfère laisser jouer le multijoueur pour faire durer le plaisir et permettre aux joueurs de se combattre en ligne. Même si le système de coffres permet toujours aux payeurs d’avoir les meilleurs armes/Chefs ; à relativiser avec le fait que les drops sont facilités par la réalisation d’objectifs dans la quête principale. Donc Pay to Win, oui mais juste un doigt. 😉 

La Terre du Milieu : L'Ombre de la Guerre : Forteresse

Autres points positifs de l’Ombre de la Guerre

Quelques points supplémentaires concernent pêle-mêle les musiques qui créent une bonne ambiance, mais pas assez épique pour le coup lorsqu’elles doivent l’être. Les environnements différents en design offrent de nombreuses possibilités d’attaques sur une carte plus grande, mais avec des facilités de déplacements rapides vers les différentes missions pour ne pas trop perdre de temps.

Au sujet des collectables a gogo, ils donnent plus de durée de vie au titre. On pourrait croire à du remplissage, mais c’est une bonne idée d’intégrer des aptitudes spéciales lors de la complétion de ceux-ci, mettant tous les joueurs sur un pied d’égalité sur le solo (le multi c’est une autre histoire) quand bien même beaucoup de missions permettent le déblocage rapide d’équipements ou de bonus.

Au sujet des nouveaux DLC du jeu, je ne peux y répondre mais cela introduit de nouvelles sections de hordes, de nouveaux objets et quelques nouvelles missions. Le jeu principal est déjà suffisamment prenant, je reste toutefois intéressé par vos retours le cas échéant 🙂 

Et enfin, tous les nostalgiques des premiers films vont vraiment aimer combattre des ennemis terriblement redoutés, mais je ne vous en dit pas plus …

La Terre du Milieu : L'Ombre de la Guerre : Dragon

Pour Conclure

"La Terre du Milieu : L'Ombre de la Guerre", par Warner Bros Games et Monolith Studios
8.5

Consistant

La Terre du Milieu : L'Ombre de la Guerre est le digne successeur de son aîné, renforçant ses points forts du début et traçant de nouveaux sentiers, avec une bonne dose de réussite. Quelques points noirs d'optimisation et de conclusion d'histoire sont encore à noter, mais il n'est plus très loin de révéler son plein potentiel, vers une prochaine suite qui sait !