Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image
Scroll to top

Top

Pas encore de commentaire

[Test] Fire Emblem Echoes - Shadows of Valentia - 3DS

[Test] Fire Emblem Echoes – Shadows of Valentia – 3DS
TheGouvan

La stratégie en ce moment ce n’est pas mon fort, j’ai plus d’appart’ et je vis chez ma Meuf, je me tape des rages de dents et plutôt que d’aller voir le dentiste je me «shoot» au Whisky, j’avais prévu de rendre ce test plus tôt, mais je me suis foutu des trucs dans les pattes à faire, je bosse sur un EP de rap et j’ai pris en duo un roux végétarien, enfin bref, je pense que si l’on avait été dans un Mass Effect mes choix de vie auraient fait péter la Galaxie.
Heureusement nous sommes dans Fire Emblem echoes : Shadows Of Valentia et je ne foire que le destin d’une contrée et de deux protagonistes… Non, c’est pas terrible certes mais c’est moins violent que de condamner une Galaxie entière ne trouvez vous pas ?
Mais hormis mon manque de stratégie IRL est ce que ce remake sur 3DS de Fire Emblem fût stratégique ? «C’est pas faux» (parce qu’il n’y a p’têt’ pas que moi qui me plante).

«Alors moi, j’serais vous, je vous écouterais… Non, moi, j’serais nous, je vous… Si moi, j’étais vous, je vous écouterais ! Non, elle me fait chier cette phrase» !

Chapitre 1 :

Fire Emblem commence à être connu de beaucoup en occident, notamment depuis Awakening, de Marth dans Smash Bros et du précédent épisode en trois volets que fût Fates (un destin financier…).
Mais au cas où, Fire Emblem est un tactical RPG, dans un univers Médiéval-Fantastique, le jeu, initialement, oscille entre visual novels et combats Tactiques. Plusieurs épisodes sortirent au Japon mais n’ont jamais pu naviguer hors de l’île, jusqu’au 7ème volet, en 2003, Fire Emblem : Rekka No Ken, de fait, intellignet System et Nintendo avaient déjà créés nombres de Fire Emblem sans que notre cher pays n’en voit le bout de la cartouche, notamment en 1992, sur Famicom, un bien nommé Fire Emblem Gaiden,(un Gaiden est une histoire parallèlle) était apparu… Et le voilà qui repointe le bout de son pif en 2017, sur 3DS, sous le nom de Fire Emblem Echoes : Shadows Of Valentia.
Le jeu nous mets aux commandes d’Alm et de Célica, deux protagonistes qui verront leur destin séparé, se promettant une fois adulte de se retrouver, au-delà du fait de jouer deux personnages en parrallèlle, ce Fire Emblem change la donne en terme de gameplay et de ces éternels Visual Novels suivi de Combats Tactiques, nous auront, dans cet opus, la possibilité d’explorer des donjons, en déplaçant son personnage dans un univers en 3D, ainsi que de fouiller les villages et autres lieux en vue subjectives au moyen d’un Point’n’click.
Un petit changement, là aussi, concernant les armes destructibles qui, ici, ne le sont plus, chacun a un emplacement dans lequel il peut équiper, armes, anneaux, bouclier ou consommable).
Autre changement, les relations entre les personnages existent toujours via des dialogues qui se mettent en place pendant le combat, mais impossibilité de faire des enfants (Valentia aux pays des Stériles), ni de se marier.
«Une fois à une exécution, je m’approche d’une fille. Pour rigoler, je lui fais : «Vous êtes de la famille du pendu ?… C’était sa sœur… Bonjour l’approche».

Chapitre 2 :

Je parlais des combats, ces derniers ont subi quelques changements, rapport à Awakening ou Fates, notamment le fait que les MP ne soient plus, ni un nombre d’attaques lié à un grimoire, ici le coût de vos sorts se fera via vos PV, si cela peut paraître étrange aux premiers abords, cela n’en reste pas moins une très bonne idée, tant en terme de lecture que de stratégie, car il faudra y réfléchir à deux fois avant d’utiliser un sort puissant qui One Shot votre adversaire, mais qui vous laisserai à portée d’un coup mortel par le prochain assaillant.
Pour ce qui est des armes, non destructibles cette fois, elles vous permettront d’apprendre différentes techniques au fur et à mesure de leur utilisation et bien qu’il soit possible d’échanger votre équipement (un emplacement par perso) hors combat, en plein combat il vous faudra être à côté d’Alm ou de Célica pour avoir accès au convoi, rajoutant là un aspect tactique.
Toujours en combat, Mila une déesse, dont plusieurs statues la représentant sont disséminée dans le monde, a donné son nom à une horloge que vous possédez.

«Après demain, à partir d’aujourd’hui» ?

L’horloge de Mila donc vous permettra de revenir en arrière pendant ledit combat, de fait vous pourrez tenter des approches différentes ou revenir en arrière pour éviter que l’un de vos compagnons ne vois cette flèche, fatale, qui s’était abattue sur lui, quelque secondes plus tôt.

«Sans blague on pourrait pas fêter la mort des mecs que je connais pour une fois ?

C’est toujours la mort de vos potes à vous que l’on fête, moi dans quatre jours c’est l’anniversaire de la mort d’un oncle à moi, sans faire exprès il s’est tiré dessus avec un arc».
Les combats donc sont assez souples, tant grâce à cette horloge, qu’au XP que vos personnages vont gagner, car dans cet épisode beaucoup de combats random seront de la partie, tant sur la carte que dans les donjons, ajoutons à cela deux mode de difficulté, «Normal» et «Difficile» ainsi que le choix d’avoir ou non des permadeath.

Pour résumer : Fire emblem echoes se situera entre Fire Emblem fates : Héritage et Fire Emblem Fates : Conquête.

Chapitre 3 :

Fire Emblem echoes : Shadows Of Valentia n’en reste pas moins plaisant, tant au niveau de l’ambiance qui s’en dégage, car même si l’on reste sur le sempiternel «Les Méchants sont trop méchants et les gentils sont trop gentils», et ce jusque dans leur skin, l’univers est fort plaisant et nous immerge complètement dans l’histoire d’Alm et de Célica, le sentiment de leur relation étant au centre des émotions du jeu, niveau gameplay la diversité, en rapport aux autres opus, est plaisante, car pouvoir se balader dans des donjons, à la shin megami Tensei, pour collecter trésors et s’abreuver à des fontaines (nous permettant de gagner XP/PV/ATT etc), permets de sortir du rythme rébarbatif de combat/visual novel.
De plus vous devrez, pour changer de classe trouver dans certains de ces donjons les statues de Mila, vous permettant donc de changer de classes, mais aussi d’enlever votre fatigue (malus qui à terme baisse vos pv max), en donnant une offrande à Mila.
Certes les donjons sont loin d’être exceptionnels, les combats à l’intérieur peuvent parfois agacer, tant ils sont simples et redondant, tout comme les combats random à l’extérieur, cela étant à titre personnel je trouve ce mode «exploration» intéressant quant au rythme du jeu.
Dans un autre style, mais toujours positif pour casser le rythme, vous vous baladerez dans certains endroits en vue subjective, notamment dans les villages, à la manière d’un point’n’click, vous permettant de récupérer des objets, parler à des pnj, recruter de nouveaux membres pour votre équipe, rencontrer un forgeron que vous paierez pour améliorer vos armes ou en acheter de nouvelles etc.

Chapitre 4 :

Concernant le remake du jeu, bien qu’à l’époque l’aspect qui cassait les codes de Fire Emblem (à savoir l’exploration des donjons et des villages) ne fût pas au goût de tous, il sera gardé ici, mais ce remake a subi tout de même quelques retouches, au delà de l’aspect graphique évidemment, des cinématiques, des dialogues ainsi que des personnages supplémentaires y sont ajoutés et les musiques retravaillées, musiques qui, sont pour beaucoup dans l’immersion du jeu.
«Ben si, si c’est le même volume sonore, on dit «équidistant», S’ils sont équidistants en même temps que nous, on peut repérer le dragon par rapport à une certaine distance. Si le dragon s’éloigne, on s’ra équidistant, mais ça s’ra vachement moins précis et… Et pas réciproque»
Seul hic, le season pass à 45 euros, soit le prix du jeu…

La non-possibilité de choisir entre la VO et la Version américaine…
et l’aspect un peu naïf de certains dialogues.

Pour Conclure

8

sur 10

Fire Emblem echoes : Shadows Of Valentia apporte de la nouveauté à la licence et nous permets de jouer à un jeu que nous n'avions pu toucher en 1992 si nous n'étions pas Japonais, de plus le remake apporte de nombreux plus très intéressants, seul quelques dialogues un peu niais et une histoire, disons des méchants et des gentils, un peu trop teintés de manichéïsmes sont à déplorer, mais cela n'enlève en rien l'immersion dans l'univers du jeu. Les phases de gameplay sont variées et ces changements restent plaisant. L'histoire de nos deux protagonistes est prenante, le fait de jouer Alm et Célica, chacun de leur côté amplifie ce sentiment. En sommes un très bon Fire Emblem tant pour les initiés que pour les Néophites.