Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image
Scroll to top

Top

Pas encore de commentaire

[Test] Dragon Ball FighterZ, le jeu de combat que tout le monde attendait ?

[Test] Dragon Ball FighterZ, le jeu de combat que tout le monde attendait ?
Maxi
  • Le 10 mars 2018

Après un Guilty Gear Xrd Revelator excellentissime grâce au dynamisme de ses combats et ses mécaniques de jeu riches. Arc System Works nous sort un jeu d’une licence qui a marqué toute une génération, Dragon Ball Z. Après deux très bons jeux que sont Xenoverse 1 et 2, les fans en demandent plus et l’attente pour ce Dragon Ball FighterZ en a chamboulé plus d’un d’entre nous. Notamment par sa 2D dynamique et ses animations fidèles au manga. Alors ? Que donne ce Dragon Ball FighterZ ?

Un gameplay simple, pour des combos simples.

Les jeux de combat de VSF (Versus Fighting) ont la particularité d’exiger beaucoup d’entraînement pour maîtriser un personnage, en jouant dans le mode entraînement pour apprendre chaque combo. Ici, le joueur n’est pas obligé de passer par cette case, il peut très bien s’amuser en jouant en ligne ou en arcade sans s’entraîner. Comme chaque jeu de VSF, nous avons un coup simple, un coup moyen et un coup puissant, ainsi qu’une boule de KI. La particularité de ce jeu c’est le switch entre les trois personnages. Cet échange de personnages crée un véritable dynamisme propre au jeu de Bandai, ça va très vite, mais on arrive à suivre chaque mouvement et on prend énormément de plaisir à enchaîner les combos et les attaques spéciales de son personnage. Ce grand changement par rapport à Guilty Gear, qui au départ est le jeu où Dragon Ball FighterZ reprend les bases de gameplay de ce dernier, nous rajoute du coup la petite nouveauté, ce switch à 3 personnages. Mais attention ! Faites bien attention, vous ne pouvez pas spammer les gâchettes pour changer de personnages, vous aurez un délai d’attente pour changer de personnages. Quand un personnage au combat effectue un changement, pourra grâce à une certaine jauge potentielle (une jauge bleue) récupérer de la vie pour éviter le K.O en 3 secondes.

Plusieurs petits détails s’offriront à vous pour bien commencer le jeu et enchaîner les coups sur votre adversaire. En effet, vous aurez des combos spéciaux qui permettront de faire de gros dégâts à votre adversaire grâce à votre jauge de Ki. En effet, grâce à ça, cette jauge vous permettra d’utiliser une attaque spéciale qui peut consommer une jauge ou trois jauges. Bien évidemment, celle de trois jauge fera plus mal que celle à une jauge, mais en plus de ça, vous pourrez sortir un combo, si vous avez assez de barre de jauge, qui vous permettra d’utiliser deux attaques spéciales de deux personnages que vous avez dans votre équipe en même temps. En plus de faire d’énorme dégâts, on assistera à une destruction massive de l’adversaire qui ne déplaira à personne, notamment grâce à des animations digne de ce nom qui fait toute la beauté de ce jeu. En parlant de ça, les animations vous feront changer les décors pendant les combats, de créer des interactivité entre chaque personnages qui se sont déjà rencontrés lors de la série (comme les combats Tenshinan contre Nappa / Trunks contre Freezer par exemple). Arc System Works savent très bien y faire avec les fans, et ils le montrent bien.

Pleins de petits clins d’œils feront sourire tous les fans de Dragon Ball, en plus d’avoir un jeu de combat avec des mécaniques de jeux excellentes, nous avons une direction artistique à couper le souffle (Testé sur une PS4 Slim, et ça claque quand même ! ).

WE GOTTA POWER… MAIS UN SCENARIO BIEN NUL

Dragon Ball FighterZ propose un roster de 24 personnages, dont 21 si on ne débloque pas les autres. C’est amplement suffisant pour un début, surtout que d’autres arriveront en DLC (on parle déjà de Broly et Cooler qui seront accessibles si vous avez le season pass). C’est une bonne moyenne et il faut savoir que chaque personnage est différent, on ne retrouve en aucun cas un même gameplay entre deux personnages. On prendre du plaisir à mélanger les équipes comme Gotenks, Black et Nappa par exemple, mais aussi créer une cohésion d’équipe comme Trunks, Goku et Vegeta par exemple, où on aura le droit à une petite animations entre eux.

Resituons le contexte, le jeu se déroule lors la série Dragon Ball Super, entre l’arc du tournoi des 2 univers et de l’arc Zama-Black, on ne sait pas exactement où précisément. Concernant le mode histoire, nous avons 3 arcs différents, l’arc Goku , L’arc Freezer-Cell et l’arc C21, la grande méchante de cette histoire, déblocable à la fin de ces 3 « modes » de jeu de l’histoire. On aurait aimé des personnages déblocables comme dans les jeux Versus Fighting de l’époque 2D mais Bandai a décidé de ne pas opter pour ce choix, en débloquant uniquement C-21 et les SSJ Blue de Vegeta et Goku.

Faisons un petit tour de ce mode histoire, qui est le gros point noir de ce jeu. On va pas passer par quatre chemins, c’est long, c’est lourd, c’est ennuyant, et on ne s’amuse que sur les trois premiers combats pour apprendre les bases du jeu, mais alors pourquoi ? Parce que le mode histoire propose aucun mode de difficulté, on a l’impression de jouer contre l’IA du mode entraînement où on a choisi l’option de ne pas attaquer et de ne pas se défendre. Certes, cela permet de servir de Didacticiel, mais il y a déjà un mode pour ça ! (et la bêta nous permettait déjà d’utiliser le didacticiel, on n’avait pas besoin du mode histoire pour ça ! ) On trouvera donc l’excuse de s’entraîner sur chaque personnage pour être meilleur sur les combos lors du mode arcade et online. Mais sans rire, même ma mémé de 105 ans pourrait y arriver.

Le mode histoire est un scénario à part et n’est pas dans la continuité de Dragon Ball Super. Ici, nous affrontons une armée de clones zombies créés par C21, un cyborg qui mélange les capacités des cyborgs tel que C-17 et C-18 par exemple, mais à la particularité de transformer ces ennemis en friandise pour les manger et gagner de la force (Coucou Boo ! ). Sur le papier, ça pouvait être intéressant, mais il n’y a aucune cinématique passionnante qui nous fait penser à l’anime Dragon Ball, on essaye de suivre l’histoire, mais au bout d’un arc, on passera vite les dialogues pour vite finir ce mode et débloquer C-21.

Concernant le mode arcade, la difficulté est quand même un peu plus poussée, c’est ici alors que le joueur pourra avoir un minimum d’entraînement contre une IA plus forte avec deux modes de difficultés. Vous l’aurez compris, seulement 2 modes solo sont présents, mais pour un jeu Versus Fighting, on ne va pas s’en plaindre, notamment avec le mode histoire qui est (un peu trop) long.

Nous aurions aimé des musiques officiels de l’anime qui aurait un peu rattraper la déception de ce mode histoire, mais les Voix Japonnaise sont quant à elles bien présentes, même si on le sait tous, on aurait aimé les voix françaises de Brigitte Lecordier et Eric Legrand qui nous auraient fait très plaisir !

Des modes multijoueur travaillés, avec un mode en ligne avec des petits défauts.

Passons aux plus intéressants et dont la communication de Bandai a le plus été faite, le mode multijoueur pour lequel vous aurez besoin d’un abonnement PlayStation Plus ! Le mode local permet de s’affronter sur la même console à 2 joueurs, mais est rajouté le mode tournoi local ! Ce que permet de jouer à autant que vous voulez, cela crée un arbre de tournoi et libre à vous de créer vos propres options : combat solo, combat trio, etc… De quoi animer les soirées entre fans du jeu mais aussi de Versus Fighting !

Concernant le mode online, Bandai avait déjà fait quelques tests lors de la bêta qui ne s’est pas montré très concluant, avec des problèmes de serveurs pendant presque deux journées, qu’ils ont réussi à résoudre ces problèmes lors de la sortie Day One. MAIS (parce que oui il y a toujours un MAIS) les erreurs de Hall sont encore fréquentes. C’est-à-dire que vous pouvez faire un combat classé mais en plein milieu vous déconnecter du hall et donc de la partie, ce qui vous fera faire une défaite en plus ! Mais ce n’est pas tout, beaucoup ce sont pleins des « arènes » qui sont inaccessibles et, pour l’instant, Bandai n’a toujours rien fait pour corriger ce problème. Mis à part ça, le mode en ligne reste très propre, même les petites connexions ne seront pas désavantagés. Concernant le matchmaking, les débutant tomberont avec des débutants, qui permettront de s’améliorer encore et encore ! Le matchmaking est là pour jouer soit avec un niveau égal, soit un niveau élevé par rapport à votre propose niveau.

Vous l’aurez compris, Dragon Ball FighterZ propose aux puristes de VSF de s’améliorer pour montrer au top du top, avec un système de grade pour situé le niveau de chaque personne, un classement pour essayer de gravir les échelons et une rediffusion de tous les matchs que vous avez faits auparavant, pour visionner les erreurs à ne pas refaire lors de vos prochains combats. Il y en a pour tous les goûts et pour tous les styles !

divider] [/divider]

 

Les Points Positifs :

  • Un roster complet
  • C’est magnifique
  • Le dynamisme des combats en 3 v 3
  • Un mode Online complet qui pousse à progresser
  • Les animations fidèles à l’anime
  • Un tournoi Local fun
  • Une jeu de combat pour les fans de Versus mais aussi pour les débutants !

Les Points négatifs :

  • Le mode histoire très ennuyant
  • Pas de musiques officielles
  • Quelques bugs sur les serveurs online

Pour Conclure

8.5

sur 10

Dragon Ball FighterZ signe là le meilleur jeu de combat Dragon Ball, une claque graphique, un dynamisme bien à lui et des animations sans aucune faute, Bandai fait plaisir aux fans en proposant un roster varié et bien choisi. Le jeu est fait pour les puristes de Versus, mais aussi pour les débutants qui veulent se lancer aux jeux de combat, personne ne sera perdu, tout le monde s'y retrouve et prend du plaisir à jouer l'un contre l'autre, même si la défaite est présente. Malgré une mode histoire plus que décevante, Arc System Work se rattrape sur un mode local et online convaincants qui nous feront passer des heures à se battre contre nos amis ou des parfaits inconnus. Dragon Ball FighterZ est le jeu qu'on attendait sur cette génération de console, et on espère que Bandai ne lâchera pas la communauté et proposeront d'autre contenus à l'avenir