Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image
Scroll to top

Top

4 Commentaires

Test : Dead or Alive 5

Test : Dead or Alive 5
Bastien

 

J’ai reçu récemment Dead Or Alive 5 et après 6 ans d’attente fébrile de ce nouvel opus, je vous livre mon test et mon avis ci après.

 Dead Or Alive est, après Tekken, la série de jeux de combats que je préfère le plus. Après un excellent quatrième opus exclusif à la 360, je fondais de gros espoirs sur ce cinquième volet qui, il faut bien le dire, s’annonçait absolument magnifique après les différents gaming live qu’il nous ait été donné de voir sur le net.

 

L’affiche avait de quoi faire saliver, des graphismes retravaillés, des arènes davantage interactives, deux nouveaux personnages et des guest stars de Virtua Fighter en prime, que demande le peuple ?

 

 

En lançant le jeu, une première chose me choque. Ce n’est qu’un détail pour beaucoup, mais pour moi cela compte, à savoir qu’aucune introduction au jeu n’est faite, et ça, pour un jeu de combat, ça fait vraiment tache (surtout si on compare son concurrent du moment qu’est Tekken Tag Tournament 2, et qui, lui, envoie du bois dès le début avec sa superbe cinématique !) ; mais bon poursuivons… On arrive sur le menu et là, mon dieu, que dire, c’est vide, on a franchement le sentiment que le jeu ne va pas nous offrir grand-chose à se mettre sous la dent… Les classiques modes Arcade, Time Attack, Survie, Tag Battle etc. que l’on a pu voir par le passé sont toujours là, et ils n’ont pas évolués d’un iota.

  

On a le droit en revanche à un mode Histoire, bien plus travaillé que par le passé, clairement, mais diablement mièvre et insipide ; l’histoire en elle-même est vraiment ficelée de bric et de broc, et ne ferait pas rougir un scénariste de Plus Belle La Vie… Le seul mérite que l’on peut trouver à ce mode est qu’il fait office de très bon didacticiel au jeu, et en cela c’est un bon point, pour le reste on repassera…

 

Passons au jeu en lui-même, graphiquement c’est vraiment très beau, les personnages sont beaucoup plus photo-réalistes que ceux que l’on peut voir chez Tekken, les demoiselles sont toujours aussi belles et…. en forme, c’est le moins que l’on puisse dire ! Les développeurs ont même eu la bonne idée d’insérer de la sueur sur les combattants, et ont également inséré des salissures en temps réel sur les costumes, franchement, c’est très réussi. En revanche, on ne peut pas dire que les décors soient très inspirés… Ils n’ont manifestement pas bénéficié du même soin que celui apporté aux personnages, c’est vraiment dommage, certaines arènes étant juste ridicules, comme celle du cirque, ou encore celle où vous vous battez au beau milieu d’une guerre civile…. N’importe quoi !!

 

 

On retrouve au casting de ce DOA, Akira, Pai et Sarah de Virtua Fighter, leurs styles de combat s’incorporent bien dans le soft et ravira les fans de la franchise de Sega. Certains personnages sont vraiment géniaux, dont notamment Rig, un petit nouveau qui se bat en pratiquant le tae-kwon-do ou encore Mila, une adepte du MMA ; par contre d’autres ont juste été « tués » dans cette version, comme par exemple Zack qui est juste RI-DI-CULE (je me demande encore ce que les développeurs ont fumé quand ils ont planché sur cette nouvelle version à moitié tarlouze du personnage…), ou encore Bayman qui a perdu tout son côté « froid » qui le caractérisait dans les précédents épisodes… A noter également l’absence de Léon du soft, peut-être un futur débarquement en DLC ?…

 

Le gameplay quant à lui n’a pas évolué n’ont plus, on retrouve toujours le système en « triangle » qui a fait la renommée de la série, un bouton pour les poings, un pour les pieds, un pour les chopes, et un pour les contres ; le cœur du gameplay résidant dans l’habile utilisation des contres, vous permettant de retourner très facilement une situation à votre avantage pour peu que vous arriviez à lire le jeu de votre adversaire et à être synchro avec ses attaques. Un nouveau type de coup a également été ajouté, à savoir celui qui consistera à lancer une sorte de « super combo » quand votre jauge d’énergie deviendra critique, ce qui aura pour effet d’envoyer valser votre adversaire dans les nombreux murs et/ou explosifs des arènes. Néanmoins, là encore un détail m’a choqué, c’est qu’aucun replay n’est disponible en fin de round et je trouve ça navrant pour un jeu de combat…

 

 

Parlons de la bande son maintenant, le doublage en anglais est juste parfaitement immonde, Helena se tape un accent français à couper au couteau… fort heureusement il sera possible de remettre les vois en japonais ; par contre j’ai trouvé quelque chose de parfaitement honteux, c’est que toutes les voix des personnages de Virtua Fighter ne sont pas enregistrées en « HD » et sont diffusées en « Mono », on se croirait revenir à l’époque de la Dreamcast… de fait cela créé un véritable décalage avec les voix des personnages de DOA et cela donne l’impression que le jeu a vraiment été bâclé sur ce point. Ne parlons pas de la synchronisation labiale des personnages qui n’est vraiment pas au point non plus.

 

Au chapitre des déceptions, on notera également que lorsqu’on lance plusieurs parties successives en mode arcade, on retombe systématiquement toujours sur les mêmes arènes, et en plus dans le même ordre, ce qui donne franchement le sentiment que le jeu ne se renouvèle pas ; ce qui est dommage car le soft recèle de nombreuses arènes, dont une qui m’a particulièrement plu et qui est la réplique de la pagode que Bruce Lee arpente dans « Le Jeu de la Mort », vraiment très réussi !

 

 

Enfin, comble du fan de DOA, un mode « spectateur » est disponible et vous permet de voir l’IA combattre pendant que vous prendrez des photos des personnages, et plus particulièrement (on s’en doute ;)) des belles demoiselles exhibant leurs plastiques de rêves !

 

Conclusion : Si je pouvais donner un humble conseil aux développeurs de Team Ninja, ce serait impérativement de corriger les imperfections qui se sont glissées ça et là dans le soft par l’intermédiaire d’un patch, car malgré les grandes qualités de ce Dead Or Alive 5, il y a comme un goût d’inachevé tant on a l’impression que le jeu a été taillé à la serpe, recyclant encore et toujours un concept vu et revu… Le manque de nouveautés et de contenus est rédhibitoire comparé à ce que la concurrence est capable de proposer, Tekken Tag Tournament 2 en tête, néanmoins la nervosité du gameplay, son accessibilité et le soin apporté aux graphismes font de ce DOA un bon cru qui ravira les fans de jeux de combat qui ne veulent pas se prendre la tête avec la maniabilité – peut-être plus élitiste – d’un Tekken; il n’aurait donc pas manqué grand-chose pour en faire LE jeu de combat de l’année, mais trop de mauvais points lui retirent d’office ce potentiel titre. Pour ma part, je vais retourner sur DOA 2, restant à mon sens le meilleur de tous.

 

Ma note : 15/20

 

Dead or Alive 5 est disponible sur Xbox 360, et PS3.

 

  • On a l’air de faire vite le tour du jeu apparemment. Personnellement je suis comme toi, j’aime retrouver les replays ou encore les introductions cinématiques avant d’arriver au menu principale, ce qui donne tout le charme d’un jeu de baston et nous plonge déjà dedans. En tout cas vivement la sortie d’un jeu de combat qui est « Injustice : Les Dieux sont parmi nous » en 2013 qui ressemble fortement au jeu de castagne que je recherche !

    • injustice devrait ressembler davantage au dernier mortal kombat je pense, et en ce sens, il devrait peut être être bon, mais les modes de jeu ont intérêt à être originaux pour donner un souffle au genre baston 2D ! 😉

  • C’est drôle en lisant ton test j’étais sûr que la note serai moins bonne, mais l’effet de la plastique ou celle du fan habitué à relevé le niveau 😉

  • non honnêtement DOA5 est un bon jeu mais en 6 ans de temps on était en droit d’avoir un jeu mieux fini, après il va sans dire que la note reflète l’excellente technique du moteur 3D plutôt que du contenu ! ^^