Récapitulatif détaillé de la saison 2 de « Trapped » : Événements clés et retournements de situation

par JulSa_


Tout comme The BridgeJe me suis attachée aux personnages principaux de Piégé lorsque j’ai regardé la première saison. De plus, tout comme The BridgeJ’avais supposé que cette saison était unique : il était peu probable qu’un autre meurtre soit commis à cet endroit précis du pont de l’Øresund (entre la Suède et le Danemark), et une tempête de neige allait-elle encore confiner une enquête dans une petite ville côtière islandaise, vraiment ? Mais dans les deux cas, les téléspectateurs du monde entier ont adoré les lieux et les personnages. The Bridge suite… et maintenant Pris au piègea également fait son apparition sur nos écrans pour la saison 2.

J’ai regardé chaque épisode et j’en ai fait un récapitulatif complet.

Episodes 1 et 2

Piégé est familier mais différent : il n’y a pas de neige cette fois, mais des falaises inquiétantes et de larges avenues vertes. Le paysage et la cinématographie sont vraiment merveilleux. Bien sûr, certains membres clés de la distribution ne sont plus là. Lutherle dramatis personae a besoin de sang neuf.

Oh, mais c’est un plaisir de retrouver les deux personnages principaux. Hinrika est maintenant chef de la police, car Andri Ólafsson a trouvé les choses trop difficiles après les drames précédents et est parti pour un travail en ville. Mais comme par hasard, le centre ville (juste à côté du parlement) a été le théâtre d’une attaque vraiment brutale contre un politicien, et il s’est vu obligé de retourner dans sa ville rurale sans nom parce que c’est là que vivaient la victime et l’agresseur, ainsi que la famille et – espérons-le – l’histoire de la victime.

(Cette agression était vraiment brutale, Héréditaire-de qualité. La première saison contient aussi quelques images horribles, mais je ne pense pas qu’il y en ait eu avant le générique).

Récapitulatif de la saison 2 (épisodes 1-10)

Trapped Saison 2 (Crédit – RÚV)

Hinrika m’a impressionné en tant qu’officier de police très fort dans la première série de Pris au piègeet maintenant qu’elle est chef, la responsabilité lui pèse un peu. Elle manque de personnel et ne s’entend pas très bien avec son mari, qui n’est pas toujours d’accord. Et comme la plupart des personnages de la série, elle porte un manteau excessivement grand. Andri est manifestement très réticent à l’idée de revenir, bien qu’il soit accueilli chaleureusement par ses anciens collègues et qu’il bénéficie du respect que lui confèrent non seulement son statut d’ancien chef de police, mais aussi celui de fonctionnaire municipal.

Lui aussi a des problèmes familiaux – la moitié de sa famille vit (sans lui) à Reykjavik, et sa fille aînée vit avec une tante dans cette sinistre ville de moutons et de docks où il s’est rendu pour son enquête. Et lui aussi porte un manteau massif, bien que contrairement à Hinrika et à presque tout le monde, il mesure 6’5″. (Je me demande si c’est la raison pour laquelle certains journaux considèrent Ólafsson comme l’homme le plus sexy d’Islande).

Cette saison semble avoir plus de personnages que la première, et j’avoue qu’il n’est pas facile de distinguer certains d’entre eux : s’il ne s’agit pas de manteaux massifs, il s’agit d’un pull de style standard et/ou de barbes. D’accord, tout le monde n’a pas de barbe, mais la grande majorité d’entre eux, dès la sortie de l’adolescence, en ont une. Peut-être que les personnages qui se ressemblent seront un peu moins nombreux au fur et à mesure que l’histoire progresse.

Le réalisateur et créateur de la série, Baltasar Kormákur, nous plonge dans la mise en scène dans le premier épisode… Mais regardez d’abord la première saison si vous le pouvez : les anciennes relations ne sont pas réexpliquées ; les seules explications données concernent ce qui a pu changer depuis le départ d’Andri. La mise en scène concerne la politique, à la fois nationale et nationaliste ; les conflits familiaux, entre de nouveaux personnages encore plus que les anciens ; les préoccupations environnementales ; et un cadavre.

Le deuxième épisode ralentit un peu, accordant un peu plus d’attention aux détails. Les scénaristes Clive Bradley et Sigurjón Kjartansson font un excellent travail en introduisant une certaine richesse dans le scénario et en posant les bases de ce qui pourrait arriver, sans pour autant tomber dans l’excès de préfiguration ou d’allusions évidentes.

Il y a maintenant deux crimes (le politicien gravement blessé et le fermier mort) sur lesquels il faut enquêter et qui pourraient être liés. La ville est tellement petite qu’il n’est pas surprenant que le fils d’une des victimes devienne l’ami de la fille du détective. (J’espère qu’elle n’est pas condamnée : elle a assez souffert la dernière fois).

Le deuxième épisode nous en apprend plus sur la société d’énergie qui dérange à la fois l’environnement et « Hammer of Thor », le groupe bigot local. Nous faisons également la connaissance de quelques suspects probables.

Episodes 3 et 4

1714572539 666 Recapitulatif detaille de la saison 2 de Trapped Evenements1714572539 666 Recapitulatif detaille de la saison 2 de Trapped Evenements

Trapped Saison 2, Épisode 3 (Crédit – RÚV)

L’épisode 3 de la saison 2 approfondit plusieurs aspects de la vie locale, se concentrant apparemment plus sur ces aspects que sur l’action, du moins pendant un bon moment…

Les frères du dernier épisode sont toujours suspectés de meurtre ; le barbu est en prison, et le sans barbe se cache quelque part dans les montagnes, entraînant la police et même son père dans une traque pendant une bonne partie de l’épisode 3.

Le frère barbu ne semble pas s’inquiéter d’être en prison car « il est trop tard maintenant », et laisse échapper que Hammer of Thor a des projets très imminents. (C’est un peu une surprise lorsque son avocat non-blanc se présente ; on sent qu’il est réticent à serrer la main).

Pendant ce temps, la maire, Hafdis, reste très stoïque face à la menace de mort peinte sur la porte de son garage. En fait, dans ce cas, stoïque signifie complaisant : elle décide de ne pas prévenir la police, et on sent bien que c’est une mauvaise décision…

Pour l’essentiel, l’épisode 3 de la saison 2 ressemble davantage à Happy Valley que The Bridge, la police connaissant déjà intimement les suspects habituels et essayant de rassembler les pièces du puzzle.

Il y a quelques liens ténus, mais en général les pièces semblent encore très éloignées les unes des autres. Et puis il y a le cliffhanger quand la police découvre la menace qui pèse sur la maire, et qu’elle se retrouve en grande difficulté.

L’épisode 4 de la saison 2 contient beaucoup plus d’action, principalement autour de la collecte d’indices pour sauver le maire et de la destruction d’autres indices qui ne vont pas ensemble. Nous faisons plus ample connaissance avec le marteau de Thor… Et nous découvrons aussi à quel point la police est impatiente de boucler l’affaire.

Sauver le maire devient la priorité, si bien qu’ils ne remarquent presque pas les implications de l’affaire de meurtre précédente, et ont presque oublié la tragédie familiale qui a ouvert la saison… J’ai hâte de voir comment cela sera résolu.

En ce qui concerne les familles, le thème des relations familiales compliquées est tout aussi fort et complexe que dans la première saison. La femme de Gisli, l’homme qui s’est suicidé la semaine dernière, est mariée à son frère. Bárður, le partenaire de Hinrika, l’embarrasse plus que jamais maintenant qu’elle est chef.

Frères, relations entre tantes et neveux, filles éloignées… La ville est pleine de familles complexes. Mais une relation particulière prend peu à peu de l’importance dans l’intrigue : Thórhildur, quinze ans, la fille rebelle d’Andri, se rapproche d’Aron, dix-sept ans, le fils d’un des suspects de meurtre et le neveu de Gisli.

Episodes 5 et 6

Merde, Piégé saison 2, épisode 5 est sombre !

Il s’ouvre sur les fossoyeurs qui préparent le terrain pour l’enterrement de Gisli, et il y a un nuage gris ou un autre qui plane sur tout l’épisode. Parmi ces nuages noirs, Halla dit à toute la cérémonie funéraire qu’elle n’a pas pardonné à son frère, et Vikingur dit à la veillée funèbre une litanie d’autres vérités plus pointues. Son petit ami Edo est menacé au travail d’être démasqué (ce qui, apparemment, ne serait pas du tout bien vu au Ghana). Et l’autre relation sur le fil du rasoir tombe enfin : le chef de police Hinrika annonce à son mari Bárður qu’ils sont séparés.

Oui, il y a plus de noirceur que d’intrigue, mais c’est un grand épisode : les ombres sombres et la bande-son mélancolique qui l’accompagne lui confèrent une richesse tendue. Il est naturel qu’au sein de cette communauté proche, nous devions voir comment les gens réagissent à la fermeture et au départ.

Mais en même temps, Andri a fait comprendre à ses collègues qu’ils devaient se concentrer sur l’incendie criminel de Gisli sur Halla et le meurtre de Finnur : bien sûr, un complot terroriste a été déjoué dans le dernier épisode, mais il n’avait vraiment rien à voir avec l’affaire sur laquelle il avait quitté Reykjavik pour enquêter.

Ils font donc une petite enquête, retrouvent l’argent qu’Aron avait trouvé la dernière fois… Et c’est à peu près tout : l’épisode 5 de la saison 2 est vraiment plus un moment où tout le monde baisse les yeux en signe de profonde tristesse qu’un moment où l’on fait avancer l’intrigue.

(Je vois des similitudes avec True Detective parfois : les deux séries sont notoirement lentes, mais avec des périodes de drame et de tension, alternant avec de la philosophie et de l’émotion. Parfois, les scènes introspectives peuvent déclencher ou préfigurer les scènes dramatiques. Cependant, dans Piégél’alternance semble être presque un épisode, plutôt qu’une scène, à la fois).

Récapitulatif de la saison 2 (épisodes 1-10)Récapitulatif de la saison 2 (épisodes 1-10)

Trapped Saison 2 (Crédit – RÚV)

Mais ce que nous obtenons dans l’épisode 5, c’est un aperçu de l’histoire qui s’infiltre dans le présent. On nous dit qui a des secrets, mais on ne nous dit pas ce qu’ils sont ni ce que ces secrets font pour apparaître ici et maintenant.

A lire aussi :   Voici tout ce qui s'est passé dans la saison 2 de Tokyo Vice

Tout d’abord, ces fossoyeurs ont échangé quelques ragots et anecdotes sur le « mauvais sang » dans la famille de Gisli : l’un d’entre eux s’est souvenu que son arrière-grand-père (ou était-ce l’arrière-arrière-grand-père ?) avait disparu il y a des années, lorsque les frères et sœurs, aujourd’hui adultes, étaient encore petits.

Puis, vers la fin de l’épisode, lorsque Elín, la veuve de Gisli, partage une tasse de thé avec sa sœur Halla, Elín évoque le passé, et cela fait visiblement mal : « Je me souviens », dit-elle, « j’ai vu ». Halla est manifestement ébranlée.

L’épisode 6 de la saison 2 est l’un de ces épisodes qui tient plus de l’intrigue que de l’atmosphère et qui comporte trois volets distincts – et probablement importants – qui s’entrecroisent. Tout d’abord, Ketill (le fermier activiste et père des deux suspects de meurtre) est sur le flanc de la colline avec son cheval lorsqu’il rencontre des oiseaux et des animaux morts près de deux mares.

Ils ne sont pas seulement morts, mais dans un état déplorable, et il se demande naturellement si la même eau n’aurait pas été à l’origine du malaise de son fils Skuli (toujours à l’hôpital) à son retour.

Ensuite, Aron et Thórhildur sont interrogés par la police au sujet de l’argent qu’ils ont trouvé dans la maison de Finnur. Je pense qu’ils se sentent un peu stupides de ne pas avoir compris que l’argent pouvait avoir un rapport avec le meurtre de Finnur, mais ils ne le laissent pas paraître.

Et Thórhildur ne dit à personne – pas même à Aron – qu’elle a aussi trouvé un téléphone dans le sac d’argent. Son sens naïf de l’aventure lui fait prendre des risques inconnus lorsqu’elle commence à envoyer des messages sur ce téléphone… Et celui qui les reçoit veut l’argent.

Mais bon, le côté positif, c’est que la découverte de ce sac d’argent a enfin donné des pistes à la police. Ils ont quelques pièces à assembler, mais si seulement ils les comprenaient.

Le dernier volet de l’intrigue concerne Edo et Vikingur. Nous savons maintenant que Vikingur a un caractère bien trempé, qu’il garde sous silence, même si ce n’est pas facile. Apparemment, il a cassé le bras de Finnur une fois, après l’avoir confronté à son intimidation sur le lieu de travail.

Ainsi, lorsqu’il apprend qu’Edo est harcelé par ses collègues (sans que l’on sache s’il s’agit d’une question d’argent, de race ou de sexualité), Vikingur s’en va en trombe à l’usine.

Épisodes 7 et 8

1714572539 316 Recapitulatif detaille de la saison 2 de Trapped Evenements1714572539 316 Recapitulatif detaille de la saison 2 de Trapped Evenements

Trapped Saison 2, Épisode 7 (Crédit – RÚV)

L’épisode 7 de la saison 2 commence par l’arrestation de Vikingur à la centrale électrique. Bien sûr, il l’a été : il est entré dans la centrale en colère et en est ressorti couvert de sang, laissant un corps derrière lui. Mais il dit qu’il n’a pas tué Pawel (et ne dit pas grand-chose d’autre), même si Pawel a bousculé Ebo et l’a menacé d’agression.

Ebo fait une déclaration à ce sujet à la police, pensant – naïvement – qu’il s’agit d’une raison valable pour justifier le tempérament de Vikingur ; mais malheureusement, cela n’a fait que fournir un motif à la police.

Halla ne veut toujours pas parler à sa sœur des « vieux souvenirs » qui ont ressurgi la dernière fois ; elle dit que ce n’est pas le bon moment pour en parler, et suggère même qu’Elín garde de « faux souvenirs ». Est-elle manipulatrice ou dans le déni ?

Thórhildur ne veut pas non plus quitter Siglufjörður pour la ville. Elle fait une telle crise en préparant ses bagages que lorsqu’Andri vient la chercher, sa tante prend sa défense et dit qu’elle devrait être autorisée à rester. « Parfois, il n’est pas facile d’être parent », dit Andri. « Ce n’est pas facile d’avoir des parents », répond Hinrika.

La relation d’Andri avec sa fille est donc toujours un peu bizarre, mais au moins elle peut se détendre à nouveau en sachant qu’elle peut rester entre amis… et heureusement, elle semble s’adoucir dans l’épisode suivant.

Une conférence de presse est organisée au sujet du dernier meurtre, et Andri déclare qu’ils ont quelqu’un en garde à vue, mais refuse de dire qui. De retour au poste de police, tout le monde s’agglutine autour de l’écran d’ordinateur pour regarder les images de vidéosurveillance de la nuit précédente : l’électricité a été coupée, mais la personne qui l’a fait n’a pas réalisé qu’il y avait deux caméras en dehors du circuit principal.

Les images montrent Pawel entrant dans l’usine, la panne, puis Vikingur entrant… Hinrika en conclut que Vikingur n’a pas pu être celui qui a coupé l’électricité, puisque cela se fait de l’intérieur du bâtiment.

Ils sont tous d’accord pour garder le silence sur ce qui semble maintenant être l’innocence de Vikingur (au moins jusqu’à ce qu’ils aient mis les choses au clair) ; c’est donc un peu bête quand Andri prend en sympathie la mère du pauvre homme et lui dit que le jeune homme est très probablement innocent : elle lutte pour garder cela pour elle (et je peux le comprendre).

Pendant qu’Andri et Hinrika sont en train de faire des interviews, Ásgeir flirte avec son collègue Guðrún, qui a un rôle technique (je ne sais pas trop quoi). Ásgeir commence à se plaindre d’être mis à l’écart depuis qu’Andri a réintégré l’équipe, et il est très heureux d’avoir la compagnie de Guðrún. Il lui permet d’utiliser un peu le bureau de Hinrika, et elle découvre – horreur – des photos d’échographie, ce qui l’amène à conclure que Hinrika est enceinte.

L’épisode se termine par la visite d’Ásgeir et de Bárður au lac où les oiseaux morts ont été trouvés la dernière fois. Après une discussion virile sur les relations amoureuses, la caméra s’arrête et montre des milliers de poissons morts flottant dans une magnifique baie.

L’épisode 8 s’ouvre sur les (très petites) funérailles de Finnur, la coupure de l’eau dans la ville et la mise en cause de l’entreprise, d’autant plus qu’elle envisage de collaborer avec American Aluminium et d’agrandir l’usine.

Lors d’une réunion publique, nous rencontrons pour la première fois ce fabuleux personnage que je m’attendais à voir tenir une bûche dès qu’elle a commencé à parler : la Log Lady a parlé de la pollution comme d’un signe que la ville est maudite, ce qui a mis tout le monde encore plus en colère.

Quoi qu’il en soit, le « visiteur étranger » d’American Aluminium est en route, accompagné de Halla, qui est – bien sûr – ministre de l’industrie. Ils doivent visiter l’usine et en préciser les plans. Mais il ne peut pas voir grand-chose de l’usine, car une partie est une scène de crime !

Au milieu de la visite, le directeur (ou guide), David, est emmené par la police pour discuter de la grosse enveloppe pleine d’argent qu’il a donnée à la veuve de Finnur après l’enterrement. Il avoue qu’il s’agissait d’une dette de jeu envers Finnur et qu’il jouait aussi au poker avec Pawel (mais pas avec Vikingur). Il n’est pas arrêté, mais la police est très méfiante.

Il y a des problèmes de communication au sein de l’équipe de police tout au long de l’épisode huit : Ásgeir est tenu à l’écart de la théorie des autres sur l’innocence de Vikingur et Hinrika essaie de se faire des idées plus tard. Et oh, elle s’énerve à propos de l’utilisation de son bureau ! Elle n’est pas enceinte…

Edo est toujours très nerveux parmi ses collègues. Son beau-frère essaie de l’encourager en lui disant qu’ils pourront rentrer chez eux dans quelques jours, mais en attendant, il reste chez des amis.

Thórhildur se réconcilie à nouveau avec Aron, après avoir partagé avec lui une partie de sa colère d’hier. C’est là qu’elle s’adoucit et qu’elle avoue avoir trouvé le redoutable téléphone dans le sac contenant l’argent de Finnur.

Aron la persuade de l’apporter à la police, mais son père n’est pas là, et elle le confie à Ásgeir, qui l’écoute avec sympathie. Il essaie d’appeler Andri, mais celui-ci est en train d’interroger le directeur de l’usine et ne prend pas l’appel (malgré les reproches sur les communications).

Steinunn, la mère de Víkingur, a une fabuleuse rencontre avec la dame aux troncs d’arbres (mais il n’y a toujours pas de tronc d’arbre) :

Comment lever une malédiction qui nous a été jetée par la vie elle-même ? On pourrait penser qu’un sacrifice suffirait. Il y a du mal, du mal qui bouillonne sous la famille dans laquelle vous vous êtes marié. Vous n’en avez pas encore vu la moitié !

Andri essaie d’appeler Andri, mais il semble qu’il soit sur le point d’être en retard pour son rendez-vous avec Guðrún, alors il prend le téléphone du « tueur » avec lui… et il sonne… et il y a un… Luther-à la manière d’un cliffhanger sanglant.

Episodes 9 et 10

Ce final permet de clore les choses, mais laissez-moi vous avertir que tout n’est pas expliqué clairement. Certains exposés sont un peu hâtifs, certaines résolutions sont un peu vagues, et certaines actions sont un peu tirées par les cheveux. Mais ce sont les gens qui font cette série pour moi (encore plus que le paysage) : en ce qui me concerne, le mystère est là simplement pour que nous puissions apprendre à connaître des personnages formidables, terre à terre et crédibles, tout le monde (même si certaines de leurs décisions ne sont pas tout à fait).

A lire aussi :   Fallout - Saison 1 : Explication de tous les épisodes !

L’épisode 9 s’ouvre sur la panique d’Andri et Hinrika au sujet de leur collègue Ásgeir, qu’ils n’arrivent pas à joindre. Nous savons qu’il a été gravement poignardé, mais elles ne savent pas dans quel genre de piège il est tombé, juste qu’il ne répond pas au téléphone. Heureusement, la police dispose d’une application pour retrouver sa voiture… malheureusement, la voiture est brûlée lorsqu’ils arrivent à la trouver, et avec la bien-aimée Ásgeir à l’intérieur.

(Personnellement, je ne comprends pas pourquoi tant de téléspectateurs l’aimaient tant, ayant toujours trouvé qu’Ásgeir était un peu terne et parfois un jobard. Mais c’est le cas. Cette saison, il s’est également montré plus engagé dans son travail et plus compatissant envers ses clients. Et – comme ils le disaient il y a quelques épisodes – ils ont tous les trois formé une équipe… alors oui, il va nous manquer.)

Désolé, mais c’était vraiment Ásgeir dans la voiture. Il est facile de douter et d’espérer jusqu’à ce qu’on le voie préparé pour l’autopsie par Guðrún, l’officier technicien pour lequel il devait préparer le dîner hier soir. Elle est l’image même du stoïcisme professionnel, notamment lorsque Bárður vient apporter des vêtements pour l’enterrement d’Ásgeir.

Hinrika est endeuillée mais stoïque, elle aussi, bien qu’Andri – l’ours rongé par la culpabilité qu’il est – prenne très mal cette perte. Rassurer Thórhildur en lui disant que ce n’est pas de sa faute (c’est pourtant le cas !) est trop dur pour lui, et il faut que Hinrika (en criant et en frappant à la porte) le remette en selle.

De toute façon, indépendamment de la faute, Thórhildur doit quitter Siglufjörður et aller loin : de tous les indices qu’elle a vus sur le téléphone du méchant, le seul texte dont elle se souvient est celui qui dit qu’il l’a vue à l’enterrement, donc tout le monde est d’accord pour dire qu’elle pourrait être en danger.

Par chance, les deux prochains avions pour Reykjavík sont complets. Andri insiste donc pour que sa tante Laufey la conduise jusqu’à Reykjavík.

Pendant ce temps, Víkingur est libéré de prison et rentre chez lui pour une rencontre avec Ebo. Et de véritables déchets toxiques sont découverts dans un recoin entre des rochers à flanc de colline, ce qui explique l’eau empoisonnée.

Andri et Hinrika vont donc parler à Stefán, qui dirige l’entreprise d’élimination des déchets. Stefán ? Stefán ? Qui est Stefán ? Je l’avais un peu ignoré jusqu’à présent, car il ne semblait pas avoir beaucoup de personnalité au-delà d’un sourire insipide, ni de raison d’être au-delà de donner à Ebo un peu d’espace pour s’écraser lorsqu’il était malmené. Mais les gars de la platine disent que Stefán s’est fait porter pâle, et la femme de Stefán suppose qu’il est au travail…

Récapitulatif de la saison 2 (épisodes 1-10)Récapitulatif de la saison 2 (épisodes 1-10)

Trapped Saison 2 (Crédit – RÚV)

Sur la route de Reykjavík, Thórhildur se plaint d’avoir faim et, lorsqu’on lui offre des sandwichs faits maison avec amour, elle se plaint de ne pas pouvoir manger de crevettes. Laufey s’arrête donc à une station-service pour se ravitailler, et dit à Thórhildur et à Aron (qui l’a accompagnée) de ne pas bouger. Quelles sont les chances ? Thórhildur a besoin de faire pipi et insiste pour entrer, tandis que le galant Aron insiste sur le fait que cela ne se produira que s’il y va aussi.

Les toilettes sont étrangement vides, mais le galant Aron attend dehors… et tombe sur Stefán (c’est donc pour cela qu’il n’était ni chez lui ni au travail), qui l’attaque, puis assomme et attrape Thórhildur. Maintenant que nous avons vu quelqu’un commettre un acte de violence (et pas seulement une scène de crime) et que nous avons un suspect clé, l’épisode se termine.

L’épisode 10 de la saison 2 est également réalisé par Baltasar Kormákur, scénariste et créateur de la série. Il est rempli de flashbacks, d’explications, d’hommes lunatiques, de discours passionnés, et d’une autre mort… et de cochons.

Le premier flashback se situe au début de l’épisode, et montre Finnur essayant de persuader Gisli de vendre sa terre… Je ne vais pas faire un récapitulatif complet de cet épisode, car il va dans tous les sens.

Je vais vous dire à peu près ce qui s’est passé (et je ne peux pas vous promettre que c’est exactement dans le bon ordre) et je vais essayer de vous expliquer à peu près pourquoi… mais j’aimerais bien que la Log Lady réapparaisse cette semaine pour nous donner un résumé en rimes ou quelque chose comme ça. C’est un peu comme l’histoire de la raison, tout a un sens en regardant l’épisode mais semble vague après coup.

Stefán est très clairement le méchant, ayant volé Thórhildur et s’étant enfui avec elle dans sa voiture par monts et par vaux. Et comme la police a trouvé Aron et la vidéo de surveillance de la station-service, elle le sait aussi maintenant.

Mais s’il avait un plan il y a quelques jours, il l’a complètement perdu de vue et semble ne plus s’en soucier non plus. La voiture de Stefán reste bloquée dans l’eau au début de l’épisode, et il ne fait aucun effort pour s’enfuir avec son otage : un cavalier l’aperçoit en train de porter la jeune fille et le signale à la police. Il se dirige vers une cabane de ski, mais la laisse tomber sur une pente rocheuse ! (Je crois que j’ai glapi en regardant ce passage : c’était très réaliste.) Tout le monde le poursuit maintenant, même un hélicoptère de la police, sur lequel il a le culot de tirer ; par conséquent, lorsque la police retrouve la cabane, elle sait qu’il est armé.

Pendant ce temps, Andri interroge la mère de Stefán, Jórunn, pour « mieux comprendre ». Elle révèle qu’elle n’a jamais aimé Stefán comme elle le souhaitait : elle l’a adopté lorsqu’il était bébé et n’est pas sa vraie mère, ce qui constitue le premier grand secret de l’épisode.

Il interroge ensuite Elín, la mère d’Aron et sœur d’Halla, qui lui raconte ce qu’elle a vu il y a des années. Dans cette scène, nous découvrons ce que les fossoyeurs avaient en tête et ce que Halla avait nié (et c’est un flashback très bien écrit) : Elín, Halla et le père de Gisli les battaient, enfermant parfois les plus âgés dans l’enclos à cochons, et violant aussi Halla, ce dont Gisli a fait de son mieux pour la protéger.

Un jour, c’est la goutte d’eau qui fait déborder le vase : Gisli le frappe plusieurs fois à la tête avec un outil agricole, et les jumeaux traînent son corps jusqu’aux cochons… C’est pourquoi le corps de leur père n’a jamais été retrouvé, et que Gisli était un homme profondément troublé.

Ainsi, au moment où Andri rattrape Stefán sur le flanc de la montagne et, contre l’avis de tous, pénètre sans arme dans le refuge, il éprouve une certaine compassion pour l’histoire fâcheuse qui l’a fait basculer dans la violence.

Son objectif principal est bien sûr de faire dire à Stefán où se trouve Thórhildur, mais ce faisant, il amène Stefán à parler des déchets toxiques, de l’argent qu’il avait mis de côté pour les travailleurs étrangers, de la façon dont Finnur a essayé de le garder pour lui (afin de pouvoir acheter la terre de Gisli) et du fait que s’il n’avait pas trouvé cet argent, Thórhildur ne serait pas dans la situation dans laquelle elle se trouve maintenant.

Malheureusement, Stefán se retrouve dans une situation désespérée et se tire une balle, mais pas avant qu’Andri ne trouve un morceau de vêtement de Thórhildur et ne le jette par la fenêtre pour que les chiens de recherche puissent l’utiliser.

Le temps de l’épilogue et nous avons un autre homme mort ; Thórhildur sauvée et à l’hôpital avec sa famille autour d’elle ; Vikingur seul, maintenant qu’Ebo est retourné au Ghana et à sa famille (bien qu’il parle à nouveau à sa mère) ; et Hinrika qui refuse de reprendre Bárður, bien qu’elle se languisse clairement du bébé qui n’a jamais existé.

Le thème de la parentalité est très présent dans cette saison. Il y a bien quelques détails à régler, comme le gang du Marteau de Thor et l’affaire de l’American Aluminium, mais il ne s’agit que d’une intrigue secondaire. Certains disent qu’il n’a jamais été clair que Stefán avait tué Ásgeir, mais je pense que c’est plus dû à une écriture un peu molle qu’à la présence d’un tueur supplémentaire.

Dans l’ensemble, la deuxième saison présente une intrigue complexe qui est de moins en moins crédible au fur et à mesure que l’on s’y attarde. Mais les personnages sont soit adorables, soit bien dessinés, soit douloureusement réalistes, avec un jeu d’acteur et un travail de caméra à la hauteur. Je recommanderai cette série à tous ceux qui ne sont pas rebutés par les sous-titres (et l’idée d’un violeur qui se venge par l’intermédiaire de cochons affamés), et elle m’a donné envie de la regarder. A la dérive.

Et voilà qui termine mon récapitulatif de la saison 2 de Trapped ! Quel a été votre épisode préféré ou moins préféré ? Une scène s’est-elle démarquée ? Commentez ci-dessous.

Vous pourriez également aimer

À PROPOS...

Julsa.fr est une fenêtre sur l’univers du jeu vidéo et de la high-tech. Notre mission ? Découvrir et partager avec vous les pépites du web, les jeux incontournables et les innovations technologiques qui façonnent notre quotidien. Plongez dans une exploration enrichissante et demeurez à la pointe des tendances digitales. En savoir plus…

Julsa.fr – © 2010-2024 -Tous droits réservés