La fin de ‘The Sympathizer’ jette une nouvelle lumière sur l’ensemble du spectacle

par JulSa_


« Endings Are Hard, Aren’t They ? » est un final magistral, recontextualisant une grande partie de Le sympathisant de manière profonde.

Tout au long Le sympathisant, nous avons toujours su que le capitaine finirait par retourner au Vietnam, interrogé par les personnes pour lesquelles il a passé toute la saison à espionner. Épisode 6 nous a montré comment il y est arrivé, dans le cadre de la mission malavisée du général de reprendre le pays aux communistes. L’épisode 7, « Les fins sont difficiles, n’est-ce pas ? », nous montre ce qui se passe ensuite. Et la fin de Le sympathisant, difficile ou non, est un morceau de télévision assez frappant.

Il y a une qualité étrangement aliénante dans ce final. Le capitaine vient du Vietnam, mais nous ne l’avons pas vu y passer beaucoup de temps, et une grande partie de l’intrigue a tourné autour de la lente progression de l’occidentalisation. Le capitaine est soudainement de retour « à la maison », et la majeure partie du dialogue est sous-titrée en vietnamien crée une ambiance étrange. Nous nous sentons aussi captifs que lui.

Claude offre au capitaine une porte de sortie

L’appareil de renseignement américain n’est pas exactement connu pour faire des solides aux gens. Mais le capitaine a une opportunité qu’il aimerait probablement saisir. Claude lui offre une boisson contenant une substance qui le rendra malade pendant deux jours. C’est une issue. Il peut dévier la mission suicide du général, et ainsi être capturé lorsqu’elle échoue inévitablement.

Il est difficile de dire pourquoi Claude fait cela. Sentimentalité, peut-être. Mais c’est plus probablement parce qu’il ne veut pas que le capitaine révèle ce qu’il a appris lors de l’interrogatoire. Claude a découvert que le capitaine était un agent double parce que l’appartement de Sonny était sur écoute, ce qui signifie que le capitaine opérait sous son nez pendant un certain temps. Pourtant, il ne semble pas si surpris – ni même contrarié – de découvrir ce que le capitaine préparait vraiment.

Rééducation

Comme on pouvait s’y attendre, le capitaine et Bon sont capturés. Tous les autres sont tués. Mais ils ne doivent pas se considérer comme des prisonniers, en soi, mais comme des invités poliment rééduqués dans les voies du communisme vietnamien.

Mais qu’y a-t-il à apprendre ? Le capitaine était déjà désillusionné par sa mission avant de retourner au Vietnam. Il est revenu dans un pays qu’il ne reconnaît pas, pour raconter et reraconter une histoire que le commandant édite au fur et à mesure. La vérité est ce que vous – ou quelqu’un d’autre – en faites. Le capitaine s’est attaché à une cause qui est indifférente à sa vérité, ou à celle de quelqu’un d’autre.

A lire aussi :   La Chronique des Bridgerton Saison 3, épisode 2 expliqué – Un premier baiser surprise

C’est une grande déclaration de dire que tout était une perte de temps. Mais c’était vraiment le cas.

D’homme à homme

Alors que dans les flash-forwards, nous n’avons vu que le capitaine interagir avec le commandant, car il s’avère qu’il est responsable devant quelqu’un d’autre – le vieil ami du capitaine, Man, qui est maintenant le commissaire nord-vietnamien et passe tout son temps à porter une capuche blanche avec un seul trou pour l’œil parce que pendant le jour de la libération, il a été grillé au napalm.

Le destin de l’homme est important pour le capitaine car il est le plus emblématique de la façon dont la patrie a changé. Cet officier autrefois primitif et approprié est maintenant une épave, une masse de tissu cicatriciel accro à la morphine dont le visage doit être caché pour ne pas saper le message qu’il épouse.

Robert Downey Jr. L’autorité blanche est-elle

Au départ, le casting de Robert Downey Jr. dans plusieurs rôles ressemblait à un flex, une tentative ostentatoire de faire de ses débuts à la télévision un gros problème. Mais la fin de Le sympathisant révèle que ce choix est une œuvre de génie sournois.

Inutile de dire que les seules révélations auxquelles le capitaine arrive après des jours de torture concernent lui-même. L’un d’eux est un souvenir refoulé de sa mère violée par un prêtre français qui ressemble – tous ensemble maintenant – à Robert Downey Jr. Le ressentiment bouillonnant du capitaine pour ce type est devenu le prisme à travers lequel il a vu toutes les figures blanches et occidentales qu’il a rencontrées, des espions de la CIA aux sénateurs américains en passant par les professeurs et les cinéastes d’auteur.

Ils sont tous Robert Downey Jr. parce qu’ils sont, pour le capitaine, fonctionnellement la même personne – les reflets d’un régime qui écrase tout sur son passage qui ne ressemble pas ou ne pense pas de la même manière. Et nous revenons donc à la bouteille de Coca-Cola.

Coca-Cola est mauvais pour vous

L’humble bouteille de Coca-Cola était apparue à quelques reprises comme un motif récurrent de l’Americana, mais encore une fois, Le sympathisant L’épisode 7 lui donne un sens plus profond et plus sombre.

A lire aussi :   Queen of Tears Episode 16 connaît la fin heureuse qu'on mérite

À un moment donné, l’homme montre au capitaine le film terminé que Niko a fait. C’est, selon les normes américaines, assez progressiste – Niko trpour honorer sa promesse. Mais avec le contexte supplémentaire de ce qui est arrivé à la mère du capitaine, nous savons pourquoi il s’est énervé à propos de la scène de viol. Cette révélation en entraîne une autre – qu’il a caché, à lui-même et à ses interrogateurs, ce qui est arrivé à l’espion nord-vietnamien qui a été tourmenté sur une scène de théâtre en Le premier épisode.

Elle a été agressée sexuellement – avec une bouteille de Coca-Cola. Le capitaine imagine le scénario différemment à chaque fois ; lui tentant héroïquement d’intervenir (ce qu’il ne fait pas), et la bouteille de Coca-Cola étant forcée dans sa bouche. Il a créé des interprétations moins violentes de l’événement qu’il peut plus facilement concilier avec sa conscience.

Elle ne l’a jamais vendu. Elle croyait en la cause, comme lui. Cela ne semble pas en valoir la peine à la fin.

Les fantômes de qui nous étions

À aucun moment, le capitaine ne reconnaît le Vietnam qu’il aimait. Les décors du film de Niko ressemblaient davantage à la patrie de son enfance, même si elle était pleine de difficultés à l’époque.

Il ne se reconnaît jamais non plus. Il pensait que sa cause était juste et que son histoire était vraie, mais aucune de ces choses n’est la réalité. Sa cause n’était rien parce que rien n’est ce qui reste de l’autre côté d’un combat raté. Les gens, les valeurs, la culture, ils sont perdus. Le combat est terminé.

Avec l’aide de Man, le capitaine et Bon s’échappent sur un bateau avec de nombreuses autres familles, et le bateau les emmène probablement loin du Vietnam, espérons-le en sécurité. La tension entre le capitaine et Bon, le fait caché que le capitaine a été un espion communiste pendant tout ce temps, n’a pas d’importance – Bon dit carrément que non, puisque tout ce qui compte, c’est qu’ils soient amis. Il y a eu suffisamment d’aveux.

Alors que le capitaine s’éloigne, il regarde vers le rivage et le voit rempli des fantômes des Vietnamiens tués pendant la guerre. Ils ne sont pas là, pas vraiment. Tout ce qui reste est comme l’Homme l’a dit – rien. C’était une leçon difficile à apprendre, et elle ne pouvait être apprise que de la manière la plus dure. Mais le capitaine y est finalement arrivé.

Vous pourriez également aimer

À PROPOS...

Julsa.fr est une fenêtre sur l’univers du jeu vidéo et de la high-tech. Notre mission ? Découvrir et partager avec vous les pépites du web, les jeux incontournables et les innovations technologiques qui façonnent notre quotidien. Plongez dans une exploration enrichissante et demeurez à la pointe des tendances digitales. En savoir plus…

Julsa.fr – © 2010-2024 -Tous droits réservés