Manhunt – Saison 1 : Explication de la fin (Apple TV+)

par JulSa_

Puissant, émouvant et chargé de sens, « The Final Act » est un sacré final, qui envoie un message d’espoir. Manhuntsur sa meilleure note à ce jour.

La fin de Manhunt commence, comme il se doit, dans le passé. Plus précisément, trois mois avant l’assassinat d’Abraham Lincoln au théâtre Ford, un soir à la Maison Blanche où Lincoln a nommé Edwin Stanton secrétaire à la guerre – il l’appelle Mars, le dieu romain de la guerre – et a appris que son fils n’avait plus que quelques jours à vivre.

Cette scène est révélatrice, à la fois parce qu’elle représente une boucle complète – la nomination initiale de Stanton avant de passer à son orchestration du « procès du siècle » visant à traduire en justice les assassins de Lincoln – et parce qu’elle montre le caractère de Lincoln. Lui et le médecin mentent à sa femme sur l’état de leur fils afin qu’elle puisse profiter d’une « dernière nuit de paix ». Et pourtant, il s’éclipse de la chambre au milieu de son chagrin pour parler affaires.

Pour la plupart des hommes, il s’agirait d’un carriérisme égoïste. Mais les affaires de Lincoln concernent l’ensemble de l’Amérique et les débuts de l’émancipation. C’est un homme d’État au sens propre du terme.

Jefferson Davis parlait de John Wilkes Booth comme de son « animal de compagnie ».

Le juge Holt expose les détails, et le problème devient immédiatement évident – il y a tellement de remous lorsque Jefferson Davis est cité comme conspirateur que le tribunal doit être ajourné cinq minutes après le début du procès.

« Ma cause vit et respire, et elle vivra toujours », déclare un Davis impénitent à Stanton depuis sa cellule, une phrase particulièrement puissante compte tenu du schisme politique qui semble plus prononcé que jamais. Il est naturellement satisfait, mais l’inspecteur Baker propose une solution potentielle à Stanton sous la forme de Conover, qui prétend être en possession d’un document connu sous le nom de « Lettre des animaux de compagnie ».

C’était le surnom que Davis donnait à John Wilkes Booth. Il l’appelait son « animal de compagnie ».

Mary Simms est un témoin vedette

Pendant ce temps, le procès commence sérieusement, avec les témoins de la défense et de l’accusation qui apparaissent pour nous rappeler les événements que nous avons vus plus tôt dans la saison et les éléments de preuve recueillis en cours de route. Il est fascinant de voir à quel point tout s’imbrique, à quel point chaque événement et chaque personne impliquée, même s’ils semblent insignifiants, ont une grande importance.

A lire aussi :   La fin de Coeurs en thérapie expliquée - Karl change-t-il d'avis ?

Mary Simms apparaît également comme un élément crucial du procès avant même d’être appelée à la barre, en persuadant Milo de témoigner en sa faveur et en donnant à Louis Weichmann un coup de pouce dans la bonne direction. Elle est un exemple éclatant de caractère et de bravoure, du genre de ceux sur lesquels l’Amérique s’est construite.

Milo se présente à la barre et dit la vérité. Mary aussi. Il en va de même pour Louis Weichmann, qui révèle non seulement des détails sur sa relation sexuelle avec John Surratt, mais déclare carrément que, même s’il a toutes les raisons de le défendre, il croit tout ce que Mary a dit à son sujet à la barre.

Stanton dit ce que nous pensons tous : « Vous êtes douée pour ça, Mlle Simms. »

Le témoignage de Conover sème le doute

Le témoignage de Conover est particulièrement intéressant. Il parle ouvertement de cette nature de rouage, de son rôle d’espion à la fois pour le ministère de la Guerre et pour le CSS, et de sa ferme conviction que non seulement Jefferson Davis était au courant du complot visant à assassiner Abraham Lincoln, mais qu’il en a lui-même donné l’ordre à son « animal de compagnie », John Wilkes Booth.

Mais il jette également un sérieux doute sur ses affirmations en « s’exprimant mal » et en se trompant sur une date cruciale. Cela s’avère essentiel car lorsque le tribunal se réunit à nouveau et qu’un verdict a été rendu, il n’y a pas suffisamment de preuves pour étayer l’accusation de grande conspiration. Le juge en chef tient néanmoins à préciser qu’il pense que Davis est aussi coupable que Booth, mais qu’il faudra attendre d’autres enquêtes et l’histoire pour le prouver.

Quelle est l’issue du procès ?

Pendant ce temps, les sentences sont prononcées à l’encontre des personnes présentes dans la salle d’audience, lues à haute voix par Stanton. Mary Surratt, Lewis Powell, George Atzerodt et David Herold sont tous reconnus coupables et condamnés à mort. Edward Spangler est reconnu coupable et condamné à six ans de prison. Samuel Mudd est reconnu coupable et condamné à la prison à vie et aux travaux forcés.

A lire aussi :   La fin de 'My Oni Girl' est spirituelle et pleine d’espoir

Certaines questions restent nébuleuses. Le testament bancal de Conover aurait été influencé par George Sanders et un paquet qu’il aurait envoyé à Conover depuis Londres. Et le fait que Stanton ait supprimé 18 pages du journal de Booth, l’impliquant vraisemblablement d’une manière ou d’une autre, est dissimulé – la reconnaissance est davantage destinée aux conspirateurs qui savent que les théories populaires incluent l’assassinat de Lincoln comme vengeance d’une tentative d’assassinat sur Jefferson Davis, que Stanton a orchestrée, et l’affirmation un peu plus folle que Stanton lui-même faisait partie de la conspiration.

Épilogue

Dans les dernières scènes de la saison, Andrew Johnson remplace Stanton au poste de secrétaire à la Guerre et choisit le pire endroit pour lui annoncer la nouvelle : une collecte de fonds pour le Freedmen’s Bureau (toujours cette ordure). Avec un dernier flash-back sur une réunion avec Abe qu’il a eue la veille de son assassinat, au cours de laquelle il a tenté de démissionner de son poste et Abe lui a assuré que lui et le pays avaient besoin qu’il maintienne le cap, Stanton se barricade dans le département de la guerre.

Un épilogue nous apprend qu’il y est resté trois mois, conservant son poste. Johnson devient le premier président américain à être mis en accusation, comme l’avait annoncé Stanton. À une voix près, il reste en fonction, mais n’obtient pas de second mandat.

John Surratt Jr. est extradé vers les États-Unis mais n’est pas condamné. Il s’est vanté de son association avec Booth à travers l’Amérique.

Cinq mois après le procès, le 13e amendement est ratifié et l’esclavage est aboli sur tout le territoire des États-Unis. Six mois plus tard, le 14e amendement est adopté et les Noirs se voient accorder la citoyenneté et une protection égale.

Manhunt se termine la veille de Noël, quatre ans après l’assassinat, avec la nomination d’Edwin Stanton à la Cour Suprême, qui peut enfin terminer le travail de Lincoln, et qui meurt dans son fauteuil d’une défaillance organique liée à l’asthme avant même d’en avoir eu l’occasion.

En voix off, Mary Simms nous apprend que deux mois après le décès de Stanton, le 15e amendement de la Constitution américaine a été ratifié. Il garantit le droit de vote aux citoyens américains, quelle que soit leur race ou leur condition d’esclave. Il s’agit du dernier des trois amendements de Lincoln sur la reconstruction.

Vous pourriez également aimer

À PROPOS...

Julsa.fr est une fenêtre sur l’univers du jeu vidéo et de la high-tech. Notre mission ? Découvrir et partager avec vous les pépites du web, les jeux incontournables et les innovations technologiques qui façonnent notre quotidien. Plongez dans une exploration enrichissante et demeurez à la pointe des tendances digitales. En savoir plus…

Julsa.fr – © 2010-2024 -Tous droits réservés