‘Faceless After Dark’ est un thriller bien réalisé mais le message et la fin sont déroutants

par JulSa_


Parfois, dans les films, les messages peuvent devenir flous, et c’est ce qui se passe dans Sans visage après la tombée de la nuit. Apparu comme une histoire sur la toxicité du fandom, il se transforme rapidement en quelque chose de beaucoup plus. Certes, je ne sais toujours pas comment me sentir à ce sujet.

Commençons par l’histoire : Sans visage après la tombée de la nuit suit Bowie, une actrice de série B de Scream Queen qui décroche son rôle dans un film d’horreur de clown tueur. L’obsession se transforme en réalité lorsqu’un fan dérangé la prend en otage et joue l’horrible intrigue du film.

Bowie trompe le public autant que la prémisse, mais le contexte atterrit dès le début. À la fin de son film, l’actrice n’aimait pas les choix créatifs, et l’obsession masculine qui a suivi est devenue intense et a construit un récit dans son esprit.

Sans visage après la tombée de la nuit devient étonnamment un film de vengeance de viol, mais sans le viol, mettant en avant des idées féministes dans un monde toxique. Cependant, le message est sans aucun doute faux. Dans Jeune femme prometteuse, j’ai compris le désir de sang du personnage de Carey Mulligan, Cassandra. Dans Sans visage après la tombée de la nuit, je ne savais pas à quoi servait la vengeance.

Faceless After Dark est un thriller bien realise mais le

Sans visage après la tombée de la nuit (Crédit – Dark Sky Films)

Pourquoi ce thriller est déroutant

Toutes mes excuses, mais je dois approfondir spoilers mineurs ici. Lorsque Bowie subit une invasion de domicile par un homme déguisé en clown, elle le tue. Mais elle ne l’a pas tué en luttant. Elle désirait le tuer. Le clown avait tort alors qu’il essayait de reconstituer son film. Ce qui suit est une histoire différente de la prémisse initiale, où Bowie attire les fans chez eux et, avant de les torturer et de les tuer, justifie pourquoi elle le fait. Elle fait tout cela pendant que sa petite amie, qui est une actrice à succès, fait un film.

Les motifs sont décrits explicitement par Bowie : avant de les tuer, elle fait des recherches sur les activités immorales qu’ils ont menées. Bowie se voit comme une femme Dexter, une actrice de film justicier.

A lire aussi :   La fin de la saison 12 de Curb Your Enthusiasm réécrit celle de Seinfeld

Mais c’est là que je ne suis pas sûr, car je suis assez convaincu, par la façon dont ce film est écrit, que le réalisateur comprend l’agenda de Bowie, ce qui n’a pas bien résonné avec moi. Tuer insensément parce qu’un fan vous a envoyé des messages privés de désirs sexuels, et que vous apprenez qu’il a une activité immorale, n’est pas une raison pour assassiner quelqu’un. Ce n’est pas non plus de la vengeance. Ce n’est pas parce qu’un fan a envahi la maison dans laquelle vous vous trouviez qu’il faut se transformer en tueur en série.

De plus, les tueurs en série suivent des modèles, mais il n’y avait pas de modèle chez les personnes qu’elle a tuées : d’un mari infidèle, d’un pédophile présumé à une femme homophobe. Ses actions n’avaient aucun sens.

Le réalisateur Raymond Wood tente d’imposer Joker-comme la logique d’une histoire tout en fournissant l’idéologie de l’esprit de Bowie : déteste-t-elle les hommes ? Est-elle en colère contre sa vie de film de série B et en veut plus ? Déteste-t-elle les gens moins progressistes ? A-t-elle toujours eu cela en elle ?

Qu’est-ce que c’est exactement ? Je n’ai pas eu cette réponse. Le Joker est juste en colère contre le monde avec un esprit dérangé. Bowie a la bosse parce que son film le plus populaire a attiré des simps effrayants. C’est un canyon massif entre les deux approches.

1715980268 980 Faceless After Dark est un thriller bien realise mais le1715980268 980 Faceless After Dark est un thriller bien realise mais le

Kathrine Barnes dans Faceless After Dark (Crédit – Dark Sky Films)

Mais cela n’enlève rien à la réalisation du film, que j’ai plutôt apprécié. Raymond Wood a clairement l’œil pour la caméra, avec une grande utilisation des effets de lumière et des perspectives bien imposées. Il a l’œil pour la cinématographie, et il le montre bien ici.

Et puis il y a les performances. Je ne peux pas parler beaucoup pour les collègues de soutien, mais Jenna Kanell joue sans effort Bowie, allant du super calme au maniaque. Sans visage après la tombée de la nuit est un portfolio pour Kanell car il montre sa gamme à divers moments, ce qui est en même temps une critique du film qui ne peut pas se faire une idée de ce que son personnage représente. Jenna a compris la caméra et la direction. Il y a des plans sublimes où Kanell pense au public de l’autre côté de l’objectif.

A lire aussi :   La Chronique des Bridgerton, saison 3, épisode 1 expliqué – Penelope décide qu’elle veut un mari... Avec l’aide de Colin

Et c’est pourquoi je suis confus, je suppose. Cette horreur est beaucoup, mais aussi très peu en même temps. Avec une excellente production, une réalisation et une performance centrale, à la fin du film brutal, vous ne savez tout simplement pas où en tenir avec lui.

Je suppose que tout ce que je peux conclure, c’est que le personnage était beaucoup trop délirant, et qu’un acte de violence a transformé sa vision du monde privilégiée en monstre. Je ne suis pas du tout impressionné, car l’histoire perd toute valeur intellectuelle.

La fin de ‘Faceless After Dark’ est plus étrange que les meurtres

1715980268 859 Faceless After Dark est un thriller bien realise mais le1715980268 859 Faceless After Dark est un thriller bien realise mais le

Bowie perd la tête dans un After Dark sans visage (Crédit – Dark Sky Films)

Une fois que Bowie l’a sorti de son système et ressent la pression de son étrange connexion avec Ryan, elle appelle elle-même la police, parlant dans une énigme presque étrange.

La police arrive à la maison et voit les horreurs. C’est une occasion manquée car la police est arrivée plus tôt dans le film après avoir été alertée d’une perturbation. La police est horrifiée par ce que Bowie a fait.

Alors que nous arrivons à la fin de Sans visage après la tombée de la nuit, Bowie est maintenant en détention mais plus dérangé que jamais. Pendant ce temps, ironiquement, sa petite amie, qui est une actrice à succès, joue dans une série sur Bowie et les meurtres qu’elle a commis. Elle joue le personnage de Bowie et est maintenant surnommée la prochaine Scream Queen. Les médias sociaux se moquent de la vraie Bowie, la qualifiant d’actrice de films de série B qui n’a pas reçu assez d’attention pour justifier les meurtres.

La fin montre l’ironie du showbiz et à quel point il peut être superficiel. Montrer la petite amie profiter de la chute de son partenaire et devenir célèbre peut être l’une des principales raisons pour lesquelles Bowie est devenu malade en premier lieu.

Mais ensuite, la scène de mi-générique brouille encore plus le message. Une autre actrice écoute un podcast dans lequel un homme critique l’industrie et la relie aux femmes qui essaient de pratiquer des sports masculins. Elle regarde un couteau et sourit à la caméra. Est-ce un virus ou quelque chose comme ça ? Je suis sûr que la nuance me manque, mais heureusement, je n’ai pas besoin d’écrire à nouveau sur ce film.

Vous pourriez également aimer

À PROPOS...

Julsa.fr est une fenêtre sur l’univers du jeu vidéo et de la high-tech. Notre mission ? Découvrir et partager avec vous les pépites du web, les jeux incontournables et les innovations technologiques qui façonnent notre quotidien. Plongez dans une exploration enrichissante et demeurez à la pointe des tendances digitales. En savoir plus…

Julsa.fr – © 2010-2024 -Tous droits réservés