Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image
Scroll to top

Top

Pas encore de commentaire

[Test] Ys VIII - Lacrimosa of Dana - Ps Vita -

[Test] Ys VIII – Lacrimosa of Dana – Ps Vita
Lusgem
  • Le 22 novembre 2017
  • https://twitter.com/lusgem

Ys fait partie des séries que je n’aurais certainement jamais connu sans m’être intéressé à la ludothèque de la Ps Vita. Ys – Memories of Celceta m’avait laissé un très bon souvenir et m’avait rappeler à quel point les J-RPG d’actions pouvaient être géniaux et jouissif. C’est donc avec impatience que j’attendais Ys VIII – Lacrimosa of Dana.

Histoire

Alors qu’Adol, notre cher héros aux cheveux rouges, naviguait paisiblement en tant que membre de l’équipage d’un bateau de croisière, leur voyage fut interrompu par une immense créature tentaculaire. Peu de temps après, ils échouèrent sur une ile légendaire, mystérieuse et surtout, déserte. Adol va d’abord faire la rencontre de la jeune Laksha, puis d’autres membres de l’équipage du « Lombardie » pour finalement décider de créer tout un village de naufragés. En parallèle de leur exploration de l’ile pour assurer leur survie et leur fuite, Adol va commencer à rêver d’une certaine Dana, une prêtresse aux cheveux bleus semblant être intimement liée à l’ile.

Univers

L’histoire d’Ys – Lacrimosa of Dana n’est pas ce qu’on peut faire de plus original, une ile déserte, une civilisation mystérieuse, mais ce n’est pas pour autant que ce qui se construit autour est dénuée d’intérêt. On s’accroche assez vite aux personnages, autant les jouables que les non jouables. D’autant plus que vous devrez gérer votre village et votre réputation au sein de celui-ci pour obtenir la bonne fin du jeu. Pour augmenter votre affinité avec les habitants, vous devrez les aider, en apprenant à les connaitre et en accomplissant certaines nombreuses quêtes annexes pour eux. Développer votre village et votre réputation n’ont pas pour seul but d’obtenir la vraie fin du jeu, vous aurez aussi des « magasins » (marchant grâce à une forme de troc, leur situation actuelle ne demandant pas l’apparition d’une monnaie), une forge, un tailleur, un médecin… qui agrandiront leur offre en fonction de ce que vous pourrez faire pour eux. Malheureusement, ce village sera souvent la cible des monstres peuplant l’ile, et vous devrez quelques fois interrompre votre aventure pour venir défendre ce dernier. Cette dernière possibilité n’est pas un problème en soit car elle permet de s’entrainer au combat et de gagner un peu d’expérience et de récompenses, mais malheureusement, les attaques surviennent souvent au mauvais moment, quand on a envie d’avancer dans la trame principale du jeu. Heureusement, pour vous aider, vous pourrez développer vos moyens de défense en ajoutant des bâtiments entre autres. 

Le gout de l’aventure

Que ça soit à travers son système de combat ou de l’envie d’exploration que ce jeu procure et à l’instar de Ys – Memories of Celceta, on comprend totalement le statut d’aventurier de notre héros. Ys – Lacrimosa of Dana nous offre un système de combat ultra dynamique basé sur des attaques simples, rapides et vraiment efficaces visuellement. Par l’intermédiaire des nombreux personnages jouables, vous pourrez choisir votre style de combat préféré et même vous adapter en fonction de l’ennemi puisqu’il suffit d’appuyer sur un seul bouton pour changer instantanément de personnage. Les différents adversaires que vous rencontrerez vous offriront l’occasion d’essayer tous les personnages jouables, même si je vous avoue avoir souvent délaissé ceux à distances comme Hummel dont le gameplay s’éloignait de la façon dont j’avais envie de jouer à cet opus. Certains personnages étant quasiment inefficaces contre certains types de monstres, le jeu vous forcera souvent à changer de personnages ou même à fuir tellement la difficulté peut augmenter rapidement.
La dynamique offerte par le jeu à travers ses combats ou même la vitesse de déplacement des personnages vous donneront une furieuse envie d’exploration. L’ile étant déserte et inconnue des protagonistes récemment échoués, on vous demandera rapidement de produire une carte complète de cette dernière. Chaque zone ayant un pourcentage d’exploration associé (ainsi que son nombre de coffres), il sera assez facile de savoir où vous en êtes dans votre découverte de l’ile. Cette petite fonctionnalité m’a donné envie de faire le jeu à fond, d’en découvrir les moindres détails quitte à revenir explorer les zones qui étaient inaccessibles lors de mon premier passage. Inaccessibles car comme souvent, il vous faudra des objets spéciaux tels que des gants d’escalades ou encore un accessoire vous permettant de respirer sous l’eau. Il m’est alors souvent arrivé d’interrompre mon aventure pour compléter les zones où il ne me manquait qu’un petit pourcentage de terres à explorer. Cela fut rendu possible grâce aux stèles permettant le voyage instantané, qui étaient toutes idéalement placés dans chaque zone pour rendre l’exploration moins pénibles et nous éviter de perdre du temps à rusher une map entière.

La vraie fin de la Ps Vita ?

Si la Ps Vita ne fait plus beaucoup parler d’elle depuis sa sortie, c’est à cause de son échec commercial et de l’abandon de cette dernière par Sony en Occident. Mais il y a des gens, comme moi qui y croyaient encore, qui trouvait encore quelques pépites (comme Persona 4 Golden , ou encore Ys – Memories of Celceta) et qui pensaient que cette console avait encore de bons moments à nous faire vivre. Et c’était le cas, je n’ai jamais regretté l’achat de la petite portable de Sony. Mais cette fois-ci c’était différent, j’ai eu du mal à aller au bout du jeu, et ce n’était pas à cause de la qualité de ce dernier mais plutôt à cause de la console qui commençait finalement à montrer des signes de faiblesses pour un jeu qui semblait trop grand pour elle. Ys VIII sur Ps Vita n’est pas très agréable à regarder, ce qui en soit est excusable, vu l’âge de la bête mais qui fait un drôle d’effet sur un jeu aussi récent. Malheureusement, ce n’est pas tout, ce jeu a aussi fait souffert ma Ps Vita qui a plantée une bonne cinquantaine de fois. Ne connaissant personne ayant fait ce titre sur Ps Vita, et n’ayant pas de deuxième console pour essayer, je ne peux pas garantir que ce problème vient du jeu (mais je soutiens que ma console ne m’a jamais posé de problèmes sur un autre jeu), je vous invite donc à me faire part de votre expérience dans les commentaires. Je regrette un petit peu de l’avoir fait dans sa version portable, même si il me paraissait évident qu’un action RPG de ce type s’y prêtait parfaitement (J’aurais tellement aimé pouvoir le faire sur Nintendo Switch !)

 

 

Les Points Positifs :

  • Système de combat ultra dynamique
  • L’envie d’exploration
  • L’OST
  • La DA sympathique
  • Le village des naufragés
Les Points Négatifs :

  • Techniquement pas génial
  • Les attaques du village pas toujours bien placées

Pour Conclure

8

sur 10

La série Ys nous offre encore une fois un excellent J-RPG bourré d'action et qui saura étancher votre soif d'aventure. Cependant, je vous dirigerais d'avantage vers la version PS4 pour découvrir ce titre, même si sa version Ps Vita est loin d'être injouable.