Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image
Scroll to top

Top

Un Commentaire

Rétro Test : Super Mario Land sur Game Boy

Rétro Test : Super Mario Land sur Game Boy
Bastien

 

Acheté récemment pour ma collection, je me suis décidé à relancer la catégorie rétro-test (désolé pour l’attente au passage !) avec l’un des plus grands jeux de la Game Boy, Super Mario Land.

 

Sortie en France en même temps que la console de Nintendo, en septembre 1990 (ouch, je prends un coup de vieux là – -‘), Super Mario Land a tenté le pari d’offrir la même expérience de jeu que son homologue Super Mario Bros sorti sur Nes 3 ans auparavant, le pari est-il gagné ? Réponse dans ce test !

 

Super Mario Land, c’est un jeu en marge de tous les autres Mario. Le but est naturellement toujours de sauver Daisy, néanmoins cet opus va apporter quelques subtilités de gameplay, notamment avec l’ajout de phases de shoot à la R-Type !

 

 

Dans cet opus, nous allons donc arpenter 4 mondes dont chacun comporte 3 niveaux, pour faire la traque à un nouveau méchant : Tatanga. Cet odieux personnage, qui n’est ni plus ni moins qu’un extra-terrestre, a kidnappé Daisy et… voilà. Ce scénario, parfaitement convenu au demeurant, est concrètement celui que chaque volet de Mario nous ressert, en changeant parfois le nom des protagonistes.

 

Pour le reste, les mécaniques de Mario sont toujours là, en revanche elles ont été quelques peu modifiées. Ainsi, on retrouvera toujours le champignon qui fait grandir, la fleur qui permet de cracher des boules de feu, mais il est à noter que pour la première fois dans un Mario (et peut être même la seule, sauf erreur de ma part) la boule de feu que l’on jette rebondit contre les sols, plafonds et murs, et qu’elle permet de ramasser des pièces qui se verraient inaccessibles pour notre plombier ! On trouvera également la fameuse étoile d’invincibilité, qui, lorsqu’on la ramasse nous gratifie du thème très connu « French Cancan » – qui, là encore, sera la seule fois qu’il sera utilisé -.

 

 

On trouvera aussi pour la première et seule fois dans un Mario, des phases de shoot à la R-Type où Mario devra défourailler à tout va à bord de son sous-marin ou de son avion. S’il peut paraître curieux de prime abord de voir Mario dans de telles phases de jeu, force est de constater qu’elles ont le mérite de varier un peu l’aventure, et il faut bien avouer que c’est appréciable.

 

Au niveau sonore, on ne retrouve aucun thème connu de la série Mario, mais les nouveaux morceaux collent très bien avec l’univers, et certains sont devenus des classiques de Mario, comme le Ground Theme ou le Underground Theme.

 

Niveau graphisme, le jeu est pour l’époque, très beau et fluide, bien que certains décors soient très vides parfois ; la variété des décors est assez vaste, on part de l’Egypte, à l’île de Pâques, en passant par le Japon, l’aventure est très dépaysante !

 

 

Dernier point, la durée de vie ; l’aventure est très courte et très simple. J’ai fini le jeu en l’espace de 45 min, en perdant d’ailleurs pas mal de vies ! Je défie d’ailleurs quiconque de voir un jour un écran de Game Over sur Super Mario Land car je pense que même un casual gamer pourra finir ce jeu très facilement !

 

Conclusion : Super Mario Land fait partie de ces jeux classiques de la Game Boy avec lequel on prend toujours autant de plaisir à allumer sa console. D’une facilité déconcertante, cet opus ne brille pas par sa longévité, en revanche il représente une valeur sûre de la portable de Nintendo, et permettra à bon nombre de joueurs débutants de se faire la main sur un jeu qui ne présente pas fondamentalement un gros challenge, mais qui de surcroît procure une bonne dose de fun !

 

Ma note : 16/20

 

  • Il faut absolument que je me rachète une GameBoy ! ^^