Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image
Scroll to top

Top

Un Commentaire

Rétro Test : Kirby’s Adventure sur Nes

Rétro Test : Kirby’s Adventure sur Nes
Bastien

 

Apprenez chers lecteurs que je n’ai qu’une parole. Comme je vous l’avais promis lors de mon test sur Kirby’s Dream Land, je vous propose aujourd’hui le test de Kirby’s Adventure sorti sur Nes en 1993.

 

On prend les même et on recommence. En effet, Kirby ayant déjà percé sur Game Boy, cet opus Nes assoira complètement sa notoriété dans le monde de Nintendo.

 

Car des qualités, ce titre n’en manque pas, il est même pour moi l’un des meilleurs jeux sur Nes. Vous dirigez une nouvelle fois la petite boule rose et votre objectif ce coup-ci est de prendre en chasse le roi Dadidou qui est soupçonné d’avoir volé les rêves des habitants du pays des songes ! Votre périple vous fera donc traverser moult paysages, divers et variés, et vous fera combattre de nombreux ennemis aux capacités bien différentes.

 

 

Pour vous aider dans votre quête, vous aurez la possibilité de compter sur un tout nouveau trait de caractère de Kirby qu’il n’avait pas sur l’opus Game Boy : celle d’absorber les capacités de ses ennemis une fois ce dernier avalé. Et c’est là que Kirby rentre dans la légende, car cette capacité va devenir sa marque de fabrique, son « blaz » comme on dit dans le milieu du rap (lol).

 

Des ennemis très divers croiseront donc le chemin de Kirby – dont, pour la première fois Meta Knight -, et avec eux des capacités que l’ont pourra de ce fait acquérir. Envoyer des lasers, attraper ses ennemis avec des prises de catch, se battre à l’épée, se transformer en pierre, faire des sauts de plusieurs mètres, se transformer en roue, combattre avec un parapluie, j’en passe et des meilleurs, telles seront les aptitudes de Kirby au cours de son voyage. Le fun dans l’histoire est de se demander quelles compétences l’on va gagner en avalant tel ou tel ennemi ^^.

 

Dès que vous vous ferez toucher, Kirby perdra sa capacité en cours et celle-ci prendra la forme d’une étoile qui se baladera sur l’écran, et que l’on pourra ré-avaler pour récupérer la capacité ! Une attention bienvenue de la part des développeurs car il est parfois rageant de perdre une bonne capacité à cause d’un ennemi à la con !

 

 

Les niveaux sont matérialisés par des portes que vous devez ouvrir, ces portes changeront de couleur et deviendront blanche si vous avez trouvé 100% des objets qu’il y a dedans. En plus, des niveaux, vous aurez aussi accès à des bonus stage, très drôles, vous permettant de gagner des vies. Ainsi, vous aurez la possibilité de diriger une grue à peluches, les peluches étant des vies (mais, comme dans la vraie vie, il est assez difficile d’en attraper !), ou encore des duels façon western contre des ennemis.

 

L’univers coloré et mignon de Kirby fait une fois de plus mouche, le scénario quant à lui réserve son lot de rebondissements, et globalement nous sommes en face d’une franche réussite.

 

Le gameplay est, comme tout les jeux Nintendo, millimétré et ne souffre d’aucune faille ; le graphisme quant à lui est au poil et aucune chute de framerate n’est à déplorer.

 

 

La durée de vie en revanche n’est pas terrible, car le jeu est somme toute assez facile et assez court, à plus fortes raisons si l’on prend en compte que le jeu propose un système de sauvegarde et de checkpoints multiples, impossible de ne pas finir le jeu dans ces conditions !

Le seul challenge concret du jeu est d’avoir toutes les portes blanches des niveaux du jeu, gage que tout a été fini à 100%.

 

Conclusion : Kirby’s Adventure est un titre majeur de la Nes ; bien pensé, bien réalisé, les superlatifs me manque pour qualifier ce jeu qui restera pour moi, avec Mario Bros 3, LE jeu vidéo de mon enfance, et auquel je continuerai de jouer avec toujours ce même plaisir qu’il y a presque 20 ans. Je recommande a quiconque ne s’y est pas essayé, de faire et terminer ce jeu impérativement !

 

Ma note : 18/20

 

Encore merci à Bastien pour ce nouveau Rétro Test 🙂

  • Tellement culte ce jeu, j’adore.

    J’ai toujours aimé la licence de toute façon.