Oups, Google a trafiqué la démo de son IA Gemini !

par Arielle Lovasoa

Il semblerait que Google subisse une énorme pression concernant son intelligence artificielle, Gemini. Au point où il en vienne à recourir à des manœuvres frauduleuses pour montrer son IA sous son meilleur jour.

En effet, le géant de la recherche a admis avoir modifié l’une des vidéos de démonstration de son modèle d’intelligence artificielle générative. Une modification qui a été remarquée et révélée au grand jour par Bloomberg.

Gemini était vu comme le rival de taille de ChatGPT

Google a récemment présenté Gemini, la nouvelle version de son modèle d’intelligence artificielle. En effet, contrairement aux dernières rumeurs, le lancement de l’IA n’a pas été reporté pour 2024.

 

Avec ce modèle d’IA, Google espérait tenir la cadence face à son rival en la matière, OpenAI. Concernant Gemini, cette itération est qualifiée de multimodale. Gemini se veut ainsi être le concurrent de GPT-4, le modèle de langage derrière la version payante de ChatGPT.

Néanmoins, Google n’a pas uniquement pour désir de tenir la cadence dans la course à l’IA. La firme de Mountain View vise à surpasser le robot conversationnel d’OpenAI en dotant Bard, son chatbot taillé pour la recherche en ligne, de Gemini Pro, l’une des déclinaisons du modèle d’IA.

Comment Google a-t-il usé de subterfuge pour tromper son public ?

Google n’a pas lésiné sur les moyens pour faire voir Gemini sous son meilleur jour. Et ce, même si cela signifie modifier l’une des vidéos de démonstration de l’IA. Selon Bloomberg, Google a reconnu avoir apporté des modifications à la vidéo de prise en main de Gemini.

 

Dans cette vidéo, on peut voir plusieurs interactions entre un utilisateur et l’IA. Parmi ces interactions, il y a le moment où l’usager demande à Gemini de prédire à quoi va ressembler un dessin sa genèse ou encore de suivre les mouvements d’une pièce de monnaie qui passe d’une main à une autre.

A lire aussi :   Sony dévoile sa nouvelle gamme Xperia X

Dans la description de la vidéo, Google indique que la démonstration de six minutes n’a pas été réalisée en conditions réelles. Selon Google, « la latence a été réduite et les réponses de Gemini ont été raccourcies par souci de brièveté ». En d’autres termes, l’IA n’a ni répondu ni réagi instantanément dans ses interactions avec son interlocuteur. Google a seulement utilisé une combinaison de séquences au lieu de filmer un échange en temps réel.

Pas d’interaction vocale directe avec Gemini et des requêtes raccourcies

Par ailleurs, Google n’a pas vraiment laissé un individu interagir avec la voix avec Gemini. Selon un porte-parole de l’entreprise, ce sont des images fixes de la séquence et des requêtes textelles qui ont été utilisées. Ces requêtes ont par la suite été enregistrées et ajoutées à la vidéo. Du coup, au montage, la vidéo donnait l’impression que quelqu’un communiquait oralement avec Gemini. Mais ce n’était pas le cas.

 

Et ce n’est pas tout. Google a raccourci les requêtes adressées à Gemini. En principe, il faut poser de longues questions détaillées à l’IA pour obtenir une réponse complète et pertinente. Pourtant, dans la voix-off, l’interlocuteur posait des questions courtes et vagues.

Enfin, Bloomberg rapporte que la démonstration a été réalisée à l’aide de Gemini Ultra, la version la plus puissante et sophistiquée de Gemini. Mais Google s’est bien gardé de le préciser alors que Gemini Ultra n’est pas encore disponible. La firme de Mountain View a donc voulu faire croire que la version 1.0 de Gemini était très aboutie. Que nenni !

A lire aussi :   PapaDuStream : la nouvelle adresse du site – Mars 2024

Vous pourriez également aimer

À PROPOS...

Julsa.fr est une fenêtre sur l’univers du jeu vidéo et de la high-tech. Notre mission ? Découvrir et partager avec vous les pépites du web, les jeux incontournables et les innovations technologiques qui façonnent notre quotidien. Plongez dans une exploration enrichissante et demeurez à la pointe des tendances digitales. En savoir plus…

Julsa.fr – © 2010-2024 -Tous droits réservés