Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image
Scroll to top

Top

Pas encore de commentaire

Test: Puppeteer

Test: Puppeteer
Negikun

Présenté lors de la Gamescom de 2012, ce nouveau titre de Japan Studio propose un jeu de plateforme mettant en place un enfant transformé en marionnette décapitée. Tête qui sera interchangeable pour avancer dans l’aventure et récupérer les fragments de pierre de Lune.

Plutôt destiné aux grands enfants, son atmosphère sombre et originale méritera tout de même son Pegi 12.

Puppeteer test (8)

Puppeteer nous plonge dans un univers théâtral qui prend la forme d’un spectacle de marionnettes. L’histoire nous présente la Déesse de la Lune qui a été trahie par son ancien nounours qui lui a volé ses ciseaux magiques et son pouvoir de la pierre de Lune. Devenu le Roi Ours de la Lune il aime transformer des enfants en marionnettes pour montrer sa supériorité. Le joueur incarne un de ces enfants, Kutaro, qui a été décapité puis jeté dans les douves du château. Nous devrons donc retrouver des têtes pour partir explorer le royaume du Roi Ours et retrouver les fragments de Pierre Lune qui y sont dissimulés.

Puppeteer test (7)

Puppeteer test (14)

On peut équiper jusqu’à 3 têtes différentes que l’on pourra switcher pour utiliser leurs pouvoirs. Au début de l’aventure on pourra trouver la tête squelette, la tête hamburger ou encore la tête banane. Ces têtes seront également vos points de vie car lorsque vous vous faites toucher, vous perdrez votre tête qui roulera au sol et vous aurez quelques secondes pour la récupérer avant qu’elle ne disparaisse.
Cette utilisation des têtes est finalement très anecdotique car on peut finalement traverser tout un niveau avec la même tête, elles servent surtout à trouver les éléments cachés. Ce qui est tout de même dommage lorsqu’il s’agit du gameplay le plus mis en avant dans le jeu.

Puppeteer test (9)

Le héros est accompagné au début par un chat fantôme que l’on peut contrôler avec le stick droit. En le déplaçant dans les décors on peut farfouiller dans tous les recoins pour trouver des cristaux ou des têtes. Petit contrôle simple qui vient s’ajouter aux commandes du personnage principal qui peut explorer les décors de théâtre de toutes part et même en profondeur. Il pourra également couper certains éléments à l’aide de ses ciseaux magiques récupérés au début du jeu.

Puppeteer test (10)

Le jeu se divise en 21 niveaux répertoriés dans 7 actes (chapitres) qui se traversent plutôt rapidement. On a souvent l’impression de passer à côté de certains détails et à la fin de chaque niveau il y a un compte rendu pour savoir si l’on a bien trouvé les têtes et les Pierres cachés. Si nous n’avions pas les têtes qu’il fallait pour tout avoir on peut recommencer les niveaux à notre guise, ce qui augmente le Replay value.
Il existe également un mode multijoueur avec le PS Move qui est finalement plutôt ennuyant pour le second joueur.

Puppeteer test (11)

L’univers magique de Puppeteer  enchante les joueurs avec des décors originaux dans un style en « carton » comme s’ils étaient fabriqués pour une vraie pièce de théâtre. Le jeu se rapproche un peu de l’esthétique graphique de Little Big Planet, mais avec un côté magique et féerique en plus.
L’ambiance sonore est bien travaillée avec des bruitages qui mettent dans l’ambiance et même des retours du « public » comme des cris de stupeurs ou des applaudissements qui nous immerge vraiment dans une salle de théâtre.
Tout est vraiment bien travaillé pour faire rêver les joueurs qui sont acteurs manette en main et pourtant aussi spectateur de ce spectacle de marionnettes légèrement macabre.

Puppeteer test (12)

 

Pour Conclure

7.5

sur 10

Tout est vraiment bien travaillé pour faire rêver les joueurs qui sont acteurs manette en main et pourtant aussi spectateur de ce spectacle de marionnettes légèrement macabre.