Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image
Scroll to top

Top

Pas encore de commentaire

Test : Hotline Miami 2 Wrong Number

Test : Hotline Miami 2 Wrong Number
ERROR_815
  • Le 19 mai 2015
  • https://twitter.com/ERROR_815

Trois ans après un premier épisode qui avait bousculé les codes du jeu vidéo et de la violence vidéo-ludique, Hotline Miami est de retour avec un épisode 2 nommé Wrong Number. Au programme du pixel bien crade, de l’ultra violence, un gameplay super exigeant et une BO d’une perfection absolue.

Hotline Miami premier du nom avait été une bouffée de fraicheur et de violence dans l’univers du jeu vidéo. Développé par Dennaton Games, le jeu était un condensé de violence fun en vue de top avec de gros pixels flashy, une ambiance 80’, un gameplay ultra exigeant qui vous faisait recommencer votre partie une bonne vingtaine de fois (à l’époque le jeu s’orientait déjà vers une logique de speedrun) et une bande originale rétro éléctro géniale et qui collait parfaitement à l’univers développé. Après un tel succès, il était logique qu’une suite nous soit offerte un jour ce qui fut chose faite le 10 Mars dernier (oui je suis un peu en retard sur ce test). Qu’on se le dise tout de suite, Hotline Miami 2 : Wrong Number n’offre que très peu de nouveautés par rapport au premier opus : le gameplay reste le même, les graphismes aussi, seule l’histoire, la BO et quelques personnages changent. En même temps pourquoi changer une recette qui a si bien marché ?!

GRAVITY

Graphiquement, le jeu n’a pas bougé d’un pouce. Ce dernier se veut toujours rétro (à l’image du premier GTA) en vue de haut, la seule chose qui change à peu près est les environnements dans lesquels le joueur va évoluer. On retrouvera les bars ou les squats crades de Miami, mais on aura cette fois-ci l’occasion d’embarquer sur un cargo ou même de mettre les pieds dans la jungle du Vietnam via un Flashback. Les lumières flashy sont toujours au rendez-vous tout comme les énormes splashs de sang lorsque vous éclatez un ennemi. Je ne sais pas si c’est moi, mais j’ai trouvé que ces derniers étaient légèrement plus travaillés et détaillés par rapport à Hotline Miami premier du nom.

GRAVITY

Coté gameplay, tout pareil. On avance, on tire, coupe, frappe ou fusille tout ce qui bouge. Bien sûr si vous êtes familier du premier opus, vous saurez sans doute qu’un level ne peut pas se passer en une seule fois. Le jeu étant basé sur le concept du Die and Retry (comprenez : meurt et recommence), il vous faudra apprendre le niveau par cœur, du placement des ennemis aux portes et baies vitrées que vous pourrez utiliser à votre avantage. On notera aussi la présence de nouveaux personnages à jouer, notamment Alex & Ash qui se jouent en duo et qui est un vrai kiff, l’un a un flingue, l’autre une tronçonneuse… #CARNAGE #LEKIFF. Petit reproche que je pourrais faire au jeu de ce côté-là c’est l’IA qui ne semble pas vraiment développé et qui aura par moment des comportements douteux. Un autre problème vient aussi du Level Design qui est beaucoup plus ouvert et qui empêchera le joueur de se cacher dans des recoins. Il faudra donc utiliser la caméra longue portée afin de shooter au mieux les ennemis.

GRAVITY

Mais ce qui fait la grande force de Hotline Miami 2, plus que ses graphismes, plus que son gameplay, c’est sa bande originale, véritable chef d’œuvre d’électro rétro. La BO du premier opus était déjà balèze, celle-ci monte d’un cran dans la perfection. Etant un gros consommateur de ce genre de musique, j’étais content de retrouver des noms que je connaissais déjà comme (en vrac) : Perturbator, El Huevo, Scattle, Jasper Byrne ou encore M|O|O|N… Bref si vous êtes familier de ce genre de musique, ces noms ne vous seront pas inconnus et vous pouvez me croire quand je vous dis que jouer en écoutant les compos de ces artistes est un kiff ultime.

GRAVITY

Pour Conclure

9

sur 10

Hotline Miami 2 : Wrong Number nous replonge de manière réussie dans l’ambiance crade des années 80 avec un gameplay encore plus exigeant, un scénar’ plus travaillé et une bande son électro de toute beauté. Je vous le conseille… FOR-TE-MENT !