Test : Disney Infinity sur Wii

par Bastien

Après avoir récemment reçu et testé Disney Infinity sur Wii, je vous en livre ici mes impressions au travers de ce test.

 

Surfant sur la vague de la – juteuse – licence Skylanders, Disney avait annoncé il y a quelques temps travailler sur une franchise du même type. Les fans étaient alors aux anges, car l’univers Disney est juste gigantesque et plein de potentiel, surtout pour une licence calquée sur le concept Skylanders, qui promet donc d’offrir des aventures palpitantes et diversifiées. Mais ça, c’était sur le papier… Dans la pratique on se prend déjà une première claque en constatant que malgré l’immensité des possibilités dont jouissaient Disney, ces derniers ne se sont contentés de proposer aux joueurs que des personnages issus de films récents voire très récents (Les Indestructibles, Monstre & Cie, Pirate Des Caraïbes, Toy Story, Cars, Lone Ranger, Les Mondes de Ralph…), exit donc les grands classiques tels Aladdin, Robin des Bois, Le Roi Lion et/ou les personnages cultes comme Donald, Tic & Tac ou Dingo ! Un comble pour un jeu qui vend « l’infinité » dans son titre !

 disney-infinity-xbox-360-1378394413-092

Pour ce qui concerne le jeu en lui-même, découvrant totalement le système de figurines que l’on pose sur un plateau et qui génère le personnage idoine à l’écran, j’ai déjà pu constater que le concept est assez sympa ; les figurines de ce Disney Infinity étant du reste de très bonne qualité. Chaque personnage pourra donc partir à l’aventure dans son propre univers… et uniquement le sien, vous ne pourrez donc pas aller dans le monde des Indestructibles avec Jack Sparrow par exemple.

 

Chaque aventure se déroule un peu à la manière d’un mini GTA, vous dirigez votre personnage dans un environnement « ouvert » (bien que blindé de murs invisibles), et l’amènerez à effectuer des missions très redondantes puisqu’elles consisteront uniquement à aller d’un point A à un point B, aller chercher quelque chose, ou détruire le méchant de service. Pas de quoi pavoiser donc, néanmoins on aura le plaisir d’entendre une bande-son impeccable, tirée des films dans lesquels vous faîtes évoluer vos personnages, ainsi que les VF afférentes.b

 

Visuellement, on est sur Wii… Tout est dit. C’est moche, vraiment moche. De l’aliasing à tire larigots, ça pique les yeux, et pourtant je joue en YUV, alors je n’imagine même pas ce que ça donne avec le RGB classique…. J’aurais apprécié tester les versions PS3 et XBOX 360 pour vérifier si ces soucis techniques y sont toujours présent, car fondamentalement je pense que l’aspect cartoon des graphismes est très bien rendu et fera le job auprès des enfants auxquels s’adresse clairement ce soft.

 disney-infinity-xbox-360-1378394413-098

Niveau jouabilité, ça pêche pas mal aussi, le wiimote et le nunchuk ne sont clairement pas ergonomique, et il faut dire que Disney Infinity ne facilite en rien la tâche, les phases d’escalades sont de véritables purges, les personnages en font souvent qu’à leurs têtes sans respecter les directions qu’on leur donne, la gestion des caméras est ca-ta-stro-phique, les combats vous prendront la gaufre bien comme il faut car aucun système de « lock » n’est disponible, c’est donc souvent la foire à la saucisse lors des joutes ; de plus beaucoup d’ennemis sont totalement pétés, vous escaladez un pan de mur, et vous avez un ennemi qui vous attend en haut et vous défonce à bout touchant sans même que vous ne puissiez vous défendre, le coup vous fait tomber, et hop vous recommencez à grimper, et vous réitérez le manège une bonne demi-douzaine de fois en priant le Ciel que vous réussissiez enfin à lui foutre son arme dans le c…

 

Chaque aventure se finie en à peu près 2-3h, la progression est simpliste au possible, il n’y a pas de réel challenge, hormis l’intelligence artificielle parfois abusée et les bugs qui, par leur simple existence, trouveront le moyen de vous faire perdre du temps, et donc gagner artificiellement en durée de vie. Sachant que dans le « Starter Pack » que j’ai pu tester, vous n’avez droit qu’à 3 personnages, il ne vous faudra que 6-8h pour finir le jeu. Si vous souhaitez prolonger l’expérience, il vous faudra passer la main au portefeuille en achetant de nouvelles figurines, et à 13€ la figurine, autant dire que l’heure de jeu va vite vous revenir chère !!! De plus, il convient de savoir que pour pouvoir jouer à deux, il faut nécessairement deux personnages d’une même licence ! Sachant que dans ce Starter Pack nous avons 3 personnages de 3 franchises différentes, cela revient à dire que dès le départ on vous invite à passer à la caisse si vous souhaitez jouer à deux…. Je trouve personnellement ce procédé un peu lamentable.

 

Reste que les environnements sont plutôt sympathiques, fidèles aux films qu’ils retranscrivent, et qu’il est tout de même amusant d’y évoluer, bien que les temps de chargements soient un peu trop présents à mon goût (impossible de passer d’un quartier à l’autre de la ville des Indestructibles sans avoir un écran de chargement par exemple).

 

 

Un dernier point de ce Disney Infinity est qu’il vous sera possible de créer vous-même votre propre environnement grâce aux pièces que vous aurez glané au fur et à mesure de vos aventures, et pour le coup, il faut reconnaître qu’il y en a beaucoup ; par contre cet outil de création est mal adapté, pas ergonomique, les perspectives des pièces que l’on veut mettre sur un terrain ne sont pas mises en valeur, bref c’est la croix et la javel bannière, à plus fortes raisons qu’il n’est pas possible de jouer à Disney Infinity sur le net, donc l’intérêt de créer un bel environnement, et d’y passer du temps pour sa conception, tout ça pour s’y balader tout seul, est à mon sens complètement nul.

 

Related Posts

1

Résumé de l'actualité : Semaine 16 27 avril 2014 - 17 h 59 min

[…] autre annonce a fait du bruit cette semaine. Le jeu Disney Infinity a fait parler de lui (Test sur le blog). Les développeurs ont teasé avec un trailer une certaine […]

Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.