Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image
Scroll to top

Top

2 Commentaires

Test Atelier Meruru

Test: Atelier Meruru The Apprentice of Arland
Negikun

 

Atelier Meruru The Apprentice of Arland est le nouveau volet de la série des « Atelier » sortis sur PS3. Après Rorona et Totori, c’est au tour de la jeune Merurulince (dit Meruru) d’apprendre les ficelles de l’alchimie !
Pour ceux qui ont joué aux volets précédents, vous trouverez vite vos repères, car même si le jeu présente quelques nouveautés intéressantes, il ressemble beaucoup à ses prédécesseurs.
Le jeu est toujours en anglais (malgré la notice en français) mais les dialogues sont plutôt simples et se comprennent facilement, de plus vous avez le choix d’écouter les personnages en anglais ou en japonais.

 

 

Avant de commencer le jeu on vous propose via le menu principal un prologue afin de vous résumer l’histoire des volets précédents et de vous montrer l’importance de l’alchimie.
Puis l’on se lance dans la nouvelle aventure où l’on incarne Meruru, la princesse du royaume d’Arls.
Ce royaume situé aux abords de la république d’Arland ne dispose pas de technologies développées, c’est pourquoi on y envoie Totori, une alchimiste talentueuse pour aider les habitants. Car oui avec l’alchimie on peut tout faire et aider tout le monde !

 

 

Notre jeune ingénue qui s’ennuie à mourir dans son château découvre alors un domaine qui va la passionner et décide de devenir l’apprentie de Totori.
Malheureusement cette activité n’est pas du gout de son père qui préférerait qu’elle s’occupe plutôt du royaume… C’est Rufus, le majordome qui trouve alors comment réconcilier tout le monde. Il soumet l’idée au roi de tester Meruru en lui donnant pour objectif d’aider la population et d’atteindre un certain niveau de croissance en seulement 3 ans.
Il va donc nous falloir réaliser plusieurs quêtes pour gagner de l’argent et de la popularité qui nous serviront à la construction de nouveaux bâtiments qui nous donneront des bonus et une augmentation d’habitants.
Ces quêtes demandent de nettoyer une zone de monstres pour que de nouvelles personnes puissent s’installer, puis ensuite de leur apporter des objets que vous pourrez créer dans votre atelier si vous avez trouvé ce qu’il faut pour le créer.

 

   

 

Le joueur devra donc jongler entre les phases de jeu où il récolte les ingrédients en les ramassant dans les niveaux ou en affrontant des monstres, et la création dans votre atelier.
Ce système de synthèse est vraiment simple et intuitif, on comprend rapidement les subtilités et l’importance des objets que l’on ramasse qui peuvent être les même mais avoir une valeur et des statistiques différents.
C’est cette diversité qui vous permettra de créer de nombreux éléments comme des potions, des bombes, des matériaux, mais avec des bonus qui peuvent varier.

 

 

Mais attention ! L’élément le plus important à surveiller dans ce jeu c’est le temps. Vous avez 3 ans pour atteindre votre but et ils filent très vite…
Voyager, récolter des ingrédients, combattre, revenir, créer des objets… Toutes ces actions vont vous couter des heures ou des jours, il va donc falloir faire très attention pour éviter les déplacements inutiles !
Mais rassurez-vous, il est assez facile d’atteindre l’objectif des 30 000 habitants en 3 ans. Si vous y arrivez sachez que le jeu se fini de toutes façons au début de votre 5ème année et qu’il vous faudra à peu près 25h de jeu pour les atteindre. Pendant ces 2 ans vous pourrez continuer à développer le royaume pour accéder à de lointaines contrées où se cachent quelques boss très puissants qui vous donneront bien du mal.
Selon vos exploits et l’affinité que vous avez avec vos alliés, le jeu vous proposera différentes fins ce qui augmente la durée de vie du jeu pour ceux qui ont le courage de tout voir…
Notez cependant qu’une fois les 5 ans passés, vous devez recommencer le jeu en perdant tout, sauf les éléments que vous aviez équipés sur vous.

 

  

 

Les phases de combats se déroulent comme celles d’un JRPG classique au tour par tour. Notre héroïne est accompagnée de 2 personnages que vous aurez choisis et qui disposent chacun de capacités différentes. On peut donc attaquer, lancer un sort, se défendre, ou même fuir car la difficulté des combats peut très vite monter.
Heureusement grâce à l’alchimie on pourra confectionner des armes et des objets pour élaborer des stratégies selon les types d’ennemis qui fréquentent la zone où nous sommes.
Il faudra aussi bien faire attention à la jauge à côté de vos alliés car elle permet d’enchainer des combos, ou bien de protéger Meruru d’une attaque ennemie.
Si au début du jeu les combats ne sont pas très palpitants, ils deviennent assez vite technique avec l’arrivée de plusieurs personnages avec des attaques différentes et du répertoire de recettes de Meruru qui devient de plus en plus complet.

 

   

 

Graphiquement on est face à deux domaines opposés… Un style 2D magnifique pour les dialogues des personnages, et un univers en 3D assez pauvre avec des décors plutôt vides et des animations assez rigides.
Pourtant après quelques heures de jeu on y fait plus attention, l’ambiance coloré et le style en cell shading fini par nous charmer et on explore les différentes zones avec joie pour y chercher des ressources.
Les musiques sont plutôt sympas, à part celle du forgeron qui peut sembler humoristique la première fois et qui finalement vous énervera à chaque visite…
Ce qui est vraiment insupportable dans le jeu ce sont les cut scene qui arrivent tout le temps quand vous êtes en ville. Elles mettent en scène les personnages dans des situations souvent inutiles et on finit par tapoter X pour les passer…

 

   

 

En conclusion, cet Atelier Meruru m’a beaucoup surpris. Il peut sembler répétitif, mais les missions à réaliser, les ressources à aller chercher, et la création d’objet se font tellement vite que l’on ne se rend pas compte que cela fait des heures qu’on est sur le jeu…
Malgré l’introduction qui dure plus d’une heure et qui n’est pas bien passionnante, le titre nous propose rapidement toujours plus de nouvelles zones et de nouvelles recettes qui nous donnent envie de continuer.
Il est quand même triste de ne pas pouvoir continuer sa partie une fois les 5 ans passés car il reste toujours des choses à faire !
La durée de vie est plutôt modeste si on ne veut pas faire de Newgame+ et l’absence de traduction est regrettable même si le scénario ne vole pas bien haut… On espère qu’elle sera présente dans le 4ème volet, Atelier Ayesha qui sort ce mois-ci au Japon ! ^^

 

Note: 13/20

L’Atelier Meruru est un jeu PS3 uniquement.