Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image
Scroll to top

Top

Pas encore de commentaire

Preview : Hands-on Bioshock Infinite

Lucian
  • Le 11 mars 2013
  • http://chez815etalex.com/
Oui le héros est badass

Oui le héros est badass

Nous avons eu l’occasion de tester le nouveau Bioshock Infinite dans un cadre plutôt pas mal (l’hôtel Royal Monceau). Voici notre preview.

Je dois vous avouer chers lecteurs que j’avais très peur de ce que pourrait être le jeu. Quels ont étés mes ressentis sur ce jeu qui a déjà récolté plus de 85 récompenses ?

Olympia, calme d'apparence mais les coups de feu claquent comme autant d'appels à la liberté.

Olympia, calme d’apparence mais les coups de feu claquent comme autant d’appels à la liberté.

La soirée a été divisée en deux parties, d’après une petite projection de trois vidéos (deux trailers et une séquence de gameplay de 10 minutes). Commenté par le génial Ken Levine (creative director et co-fondateur d’Irrational Games.

Leur but principal était de renouveler la franchise Bioshock en proposant un nouveau lieu pour placer l’intrigue, mixer cette dernière avec le gameplay, et surtout créer une vraie relation entre le joueur/Booker et son sidekick, Elisabeth. 
La relation entre les deux est là pour rappeler celle existant entre le Big Daddy et la Little Sister. Interagir avec Elisabeth devait se faire de manière plus spontanée, d’où la refonte de leur IA, afin de proposer un comportement cohérent et des actions plutôt étonnantes. La relation entre Booker et Elisabeth est appelée « Frenemy » par Levine, car la demoiselle sera confrontée à la violence (notamment les premières morts auxquelles elle sera témoin) et n’appréciera pas. De plus, son attachement au Song Bird rendra les combats plutôt difficiles.  

Elle sera votre partenaire, et vous aidera dans votre fuite (en combinant ses pouvoirs aux vôtes, en vous donnant des munitions ou de l’argent quand vous serez à sec…).

L’énigmatique Elisabeth est dotée de bien des pouvoirs

L’énigmatique Elisabeth est dotée de bien des pouvoirs

L’autre point important qui est ressorti de cette projection commentée est que les deux premiers Bioshocks comptaient l’histoire de Rapture. Vous découvrez la ville et ce qui s’y est passé. Quant à votre personnage, hormis le fait que vous soyez manipulé par Atlas, on sait peu de choses sur lui. Bioshock Infinite contera votre histoire

Olympai semble être dirigée par le Prophète, un vieil homme barbu se réclamant de pouvoir lire l'avenir. Ça ne vous rappelle rien ? (non je ne parle pas du Père Noël).

Olympia semble être dirigée par le Prophète, un vieil homme barbu se réclamant de pouvoir lire l’avenir. Ça ne vous rappelle rien ? (non je ne parle pas du Père Noël).

Venons en au hands-on en lui même. Le jeu a été testé sur PC, avec possibilité de jouer sur un pad (mais étant joueur PC, le bundle clavier/souris était inévitable). Ma session de jeu a duré environ 45 minutes

Nous avons donc eu la chance de découvrir Olympia, cette cité similaire à Rapture, mais flottant dans les airs.

Vous incarnez Booker Dewitt, ancien détective aux méthodes plutôt brutales (un ancien de la Gangster Squad ??) a des dettes de jeu. Dans le gouffre suite à la perte de sa femme, qui en accouchant perd l’enfant, il se voir proposer une manière originale d’effacer l’ardoise, et se voit confier les coordonnées d’Olympia, une ville volante aux allures de Paradis technologique (les fans de Steampunk seront ravis). Son objectif ? Ramener à New York une jeune fille captive appelée Elisabeth. Qu’à t-elle de spécial ? Vous le découvrirez en allant la chercher dans un centre plutôt spécial…

Pour ce faire, vous devrez explorer des environnements très steampunk, et combattre des menaces inédites. 

Les HandyMen, littéralement des personnes implantées dans ces énormes exo-squelettes seront vos ennemis les plus coriaces.

Les HandyMen, littéralement des personnes implantées dans ces énormes exo-squelettes seront vos ennemis les plus coriaces.

Les 20 premières minutes du jeu sont là pour montrer les actions basiques, et vous mettre dans l’ambiance d’Olympia, qui est assez spéciale c’est vrai. Des cocardes partout, des rails à crochet-ciel (Skyhook en anglais), des dirigeables… Ce sont de gros changements comparés à l’atmosphère humide et sombre de Rapture. Les effets en tout genre sont très beau, toujours dans la patte graphique Bioshockienne si je puis dire (petit plus sur les effets de fumée volumétrique). 

Pourtant les ennuis arrivent souvent sous la forme de tourelles ou des forces de l’ordre, qui vous considèrent comme un intrus. 

Au niveau des combats, les interactions sont nombreuses entre les différentes armes et les pouvoirs (j’ai pu tester le pistolet, la mitraillette et le fusil à pompe/ le pouvoir de boules de feu, de possession, des corbeaux) et très convaincantes. Mixez celà avec des déplacements très fluides (même lors des séquences en Skyhook, c’est très intuitif de sauter de rail en rail). Il sera donc possible d’avoir une expérience personnalisée en fonction de vos choix, ce qui est un gros plus.

BioShockInfinite_devils_kiss

A chaque fois que vous débloquez un nouveau pouvoir Booker hallucine le temps que son corps s’habitue.

L’histoire en elle-même intrigue au début, et petit à petit on se sent vraiment investi dans cette échappée furieuse, au point de vraiment se donner à fond des les affrontements et les quêtes qui font avancer le jeu. 

Bioshock Infinite sera donc un des jeux majeurs de 2013, que j’attends avec impatience. Pour rappel Bioshock Infinite à partir de 39,99€ sera disponible le 26 mars sur PC, Xbox 360 et PS3.

 

Comptez-vous l’acheter ?