Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image
Scroll to top

Top

Pas encore de commentaire

Compte rendu : Event Gameforge

Compte rendu : Event Gameforge
TheGouvan

C’est dans un bar, mais pas pour me murger cette fois, que cet évent’ m’a amené, être sobre dans un bar sombre, c’est chelou… En l’occurrence me voici dans les locaux du Meltdown bar, un endroit connu pour ses tournois de jeux vidéo; d’Hearthstone en passant par LoL, le Meltdown nous fait combattre dans des arènes Starcraftienne et dans tout ce qui se fait d’ailleurs en termes d’Esports.

L’event mets, aujourd’hui, en avant Trois jeux de Gameforge : Hex, Orcs Must Die Unchained ainsi que Sigils.

C’est une équipe fort sympathique qui nous reçoit, chacun des prod’, développeurs,, manager des jeux vont nous parler de leurs projets… Nous présenter les jeux (en anglais ou en français) et surtout pour paraphraser l’un d’eux « vous faire jouer parce que le jeu vaut mieux que des paroles ». C’est donc à mon tour de vous retranscrire tout ça sur papier (virtuel certes).

Des Tables et des ordinateurs sont positionnés en forme de « U », à nous de prendre place sur le jeu qui nous attire le plus, étant un grand fan de Magic The Gathering et d’Hearthstone, je choisis assez instinctivement le côté de la salle représentant « Hex », assis à côté d’autres gamer venu pour tester tout cela, je lance (comme à peu près tout le monde) le tuto du jeu.

Hex

Dès le début on sent la grosse inspiration Magic et pour cause les mecs qui bossent sur le jeu en sont friand, un tuto donc un peu poussif mais obligatoire pour saisir les mécaniques de base du jeu, les cartes sont bien foutues, le plateau de jeu est assez lisible et a de la gueule, pour ce qui est de la lecture des cartes, même choses que pour Magic un nombre définissant l’endurance de la carte, un autre la force et un dernier pour le coût de mana, mana représenté par des diamants de diverses couleurs, système donc pas vraiment perturbant pour les joueurs de TCG, (les couleurs et les diamants étant l’équivalent des terrains dans Magic).

Beaucoup de possibilité au premier abord, car pas mal de cartes, un texte, sur la plupart d’entre elles, qui prends effets une fois sur le plateaux (boost de créatures, destruction, meule etc).

Pour mieux comprendre la volonté de Gameforge face à ce jeu et à ses concurrents, je questionne la personne qui s’occupe de la communauté d’Hex en France, il me dit donc qu’il y a là plus de 800 cartes, un paquet de joueurs et plusieurs moyens d’acquérir lesdites cartes, soit en les achetant avec des pièces d’or (argent gagné in game), soit en pièces de Platine (véritable euros transformé en monnaie de jeu), ou encore via l’hôtel des ventes… Avant de passer à l’hôtel des ventes qui, selon moi, est un atout majeur de ce TCG, je voudrais expliquer rapidement le PVE, en effet comme pour les « Aventures » dans Hearthstone le jeu était présenté aujourd’hui pour l’arène PVE qui venait de sortir, des combats à foison, contre divers adversaires gérés par l’ordinateur, la difficulté allant crescendo, permettant donc de s’améliorer, se lancer un beau challenge en fonction du mode de jeu et gagner des Po.

En sommes un ajout non des moindres à l’univers d’Hex.

Hotel California

Le principe de l’hôtel des ventes est une chose qui manque tellement à Hearthstone, que l’annonce de la chose pour Hex m’a presque donné envie de tromper mes deux Femmes que sont Magic et Hearthstone, et de prendre une maîtresse… Un hôtel des ventes tout ce qu’il y a de plus normal pourtant, des joueurs mettent en ventes des cartes contre des Po ou des Pièces de Platines, et laisse d’autres joueurs enchérir ou faire un achat immédiat, la communauté fixe le prix, laissant parfois quelques excès de Zèle (ou de Seifer), notamment concernant une carte se vendant désormais pas loin de 30 euros… Ce qui fait cher la carte. On m’a assuré que la boite suivait de prêt ce qu’il se passait à l’hôtel des ventes et que certains défauts de cette dernière serait arrangée (les prix, l’accès un peu trop orienté pay to win etc).

En résumé un jeu de cartes basé sur le principe du MMORPG, qui a de bonnes, très bonnes idées et qui s’il trouve communauté à son pied devrait prendre du galon et contaminer pas mal de joueurs… Et de porte monnaie.

Et la suite ?

Etant assez pris par Hex et questionnant à tout bout de champs ce que le jeu comptait devenir, j’avoue avoir moins tâté les autres jeux, bah ouais il fallait choisir, cela étant j’ai pu en voir assez pour vous développer ce que Orcs Must die Unchained allait déverser comme hémoglobine et Testostérone.

Orcs Must Die Unchained

Troisième opus de la série Orcs must die, mais pour la première fois ici en mode baston en ligne free to play, OMDU promets du lourd, (en même temps ce sont des Orcs), car bien que le mode solo et coop soit toujours d’actu c’est le 5 contre 5 qui va plaire aux fans de la série, eh oui quoi de mieux que d’écraser un adversaire réel qui se chargera de réduire son écran d’ordi et son clavier à néant suite à sa défaite… (Surtout en Allemagne).

10 Héros seront disponibles, passant de casteur à cac et autres classes habituées à l’univers Heroic Fantasy, leur but (et donc le votre) sera dans un premier temps de cumuler assez de ressources pour préparer votre attaque… Ou votre défense, car oui deux options de choix en terme de stratégie de base s’offriront à vous, attaquer ou garder vos positions en préparant la défense (à base de pièges et autres saloperies qui feront rager vos adversaires), le but à terme étant d’envoyer un certain nombre d’Orcs dans la pièce centrale, ce qui évidemment sera une tannée si vous ne vous êtes pas préparé à booster votre équipe et ne vous servez pas de péons comme chair à canon.

En termes de gameplay le but est de faire quelque chose d’accessible et de fun, et ça marche, en effets les « raccourcis » sont simple, et la prise en main rapide (deux boutons claviers pour compétences héros, deux boutons souris pour actions principales et molette pour la pose de piège et autres actions alternatives).

Encore une fois le jeu sonne free to play mais il serait possible de devoir débourser quelques euros afin de bénéficier de l’intégralité du jeu… à voir si les choses n’en arrivent pas comme pour Hex à un final «Pay to win».

Du reste le jeu est réellement prenant, les idées sont bonnes, le côté funky est accessible permets de se plonger rapidement dans l’univers et de comprendre les subtilités du jeu assez rapidement.

And the last is…

Bah oui Sigils.. Un MOBA qui se joue sur tablette, pratique pour jouer partout et laisser de côté son puissance 4 pocket… Vous commencerez dans une pièce centrale où il est, de là, possible d’interagir avec des joueurs (ajout d’amis, discussions, duel etc), par la suite vous aurez accès à des zones PVE, assez conséquentes d’ailleurs, un total de 6 zones/donjons environ, chaque endroit se compose de trois combats, la plupart du temps il faudra défourailler des vagues de monstres afin que le boss pointe le bout de son pif (ou de ce qui s’en approche).

Belle possibilité de faire la chose en coop (bande de dégueulasse), et de looter pas mal d’objets, de fait même si les Moba sont clairement orienté PVP, laisser de côté le PVE serait une erreur., cela étant le PVP a pour but de se friter la tête (ou de se faire friter), à moins d’avoir mal compris, je n’ai pas vu de capture de flag ou autre, mais un but commun tout de même dézinguer tout le monde, il est possible que les choses s’ajoutent au fur et à mesure si ce n’est déjà le cas.

Cela étant le jeu, pour un free to play, est assez bien fournit, 15 champions dispos, des combats 3vs3, pas mal d’objets, de la coop, le mode PVE, conséquent, le tout nous amenant vraiment à être stratégique dans le choix du stuff et la cohésion de notre équipe. À vos Tablettes et… C’est naze comme début de slogan.

Bref.

Pour en revenir à cette event, un bel avenir pour Gameforge en prévision, qui s’axe sur le free to play, des gens clairements disponibles qui étaient là pour répondre à la moindre de nos questions, mettant en avant le respect et la fidélisation du joueur. Espérons que le staff entourant Gameforge reste dans cet état d’esprit, j’ai eu le retour d’un ami qui pendant longtemps a joué à Aion, il m’a dit que les modos qu’il avait rencontrés durant son épopée n’avaient pas été d’une écoute particulièrement professionnel lors de certains désagréments in game… Cela étant les moutons noirs font souvent plus de bruits que tout les autres qui eux font bien leur taff.

Ravi en tout cas d’avoir rencontré toutes ces personnes et d’avoir (enfin) découvert le Meltdown bar.