Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image
Scroll to top

Top

Pas encore de commentaire

[Cinéma] Avis / Critique: Les Stagiaires

ERROR_815
  • Le 21 juin 2013
  • https://twitter.com/ERROR_815

Les Stagiaires

Quand 2 des poids lourds de la comédie américaine décident de faire un film sur la reconversion professionnelle, l’amitié et la compétition, le tout dans les bureaux du géant Google, cela donne Les Stagiaires.

Alors, comédie de l’année ou bide assuré ?

Réalisé par Shawn Levy (la nuit au musée, Real Steel), avec dans les rôles principales Vince Vaughn (Billy) et Owen Wilson (Nick), on aurait pu s’attendre à une comédie sympatoche, à l’image de Serial Noceurs. Il n’en est rien, Les Stagiaires est un navet qui enchaîne les clichés, des scènes lourdingues, le tout sous couvert d’une énooooorme publicité pour Google. Mais avant de rentrer dans les détails, retour sur le synopsis :

Billy et Nick, deux quarantenaires dont les carrières ont été pulvérisées par Internet, repartent à zéro en obtenant un stage chez Google, qui peut-être, débouchera sur un job. En compétition avec des petits génies de l’informatique tout droit sortis de l’école, ils vont devoir prouver qu’ils ne sont pas des dinosaures…

Les Stagiaires

« T’as pensé à allumer l’unité centrale ? j’me sens con là… »

Voilà, voilà… Donc de base, un scénario qui ne casse pas 3 pattes à un canard ! (j’adore cette expression !). C’est con, parce qu’en soit le film aurait pu avoir un bon potentiel, et ça se sent. Parler de la reconversion des quarantenaires dans des boulots geeks aurait pu fonctionner, tout comme la problématique évoquée des jeunes diplômés qui se retrouvent sans emplois en finissant leurs études et l’angoisse qui va avec. Bah non, il semblait plus simple d’en faire une comédie lourde dans laquelle les geeks sont tous des fans d’Harry Potter, scotchés à leurs écrans, et pour qui la meilleure soirée de leur vie est de se bourrer la gueule dans un strip club. Et les quarantenaires alors ? Bah eux sont des incultes totale de la technologie, ne sachant pas lire un mail, ignorant de ce qu’est un bug, ou ne sachant pas dire correctement online (mention spéciale à la scène « on the line » de Vince Vaughn, surement la scène la plus gonflante du film). Du cliché, encore du cliché, toujours du cliché…

Les Stagiaires

Bien sur dans toutes comédies américaines, un passage au bar est obligé !

Puis bon, si ça n’avait été que ça encore, ça aurait pu passer, ce n’est pas la première fois qu’une comédie américaine n’innove pas. Mais le pire, c’est toute cette pub à outrance pour Google. Alors oui le géant américain a du blé (c’est à se demander presque s’ils n’ont pas financé le film à eux tout seul), et oui leurs bureaux ont l’air d’un énorme parc de vacances ou tout est beau, tout le monde est gentil, bla bla bla… Mais bon, se manger du Gmail, du Google Drive et j’en passe pendant 2 heures… c’est long.

Bref, je ne vais pas vous mentir, j’ai esquissé quelques sourires pendant ces 2 heures, et j’ai surement du rigoler à une ou deux blagues simplettes, mais bon, pas de quoi se rouler par terre non plus.

Les Stagiaires, à voir si vous ne savez pas quoi faire de votre soirée, si vous êtes un gros fan de Google, ou si vous voulez voir ce que donne une partie de Quidditch dans le monde des moldus…

Ma note : 2/5